chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
97 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dead Elephant - Year of the Elephant

Chronique

Dead Elephant Year of the Elephant
Mine de rien, cela faisait un moment depuis ma dernière découverte d’un groupe de sludge aussi prenant. Une rencontre qui ne se serait pas faite sans l’écrit d’un ami au sujet des Grecs – inutile de le citer, vous connaissez mes sources depuis le temps non ? – et qui, dans sa description d’une musique aussi actuelle qu’intègre par bien des aspects, m’a invité à dépasser un nom repoussoir (tout ce qui touche au pachydermique est épidermique, chez moi) pour me plonger dans ce deuxième longue-durée de Dead Elephant.

Et grand bien m’en a pris ! Cette formation attachée à l’underground (disque autoproduit, aucune couverture médiatique, membres inconnus...) contient tout ce que j’apprécie dans le genre tout en possédant une identité propre, moderne mais n’oubliant pas ses racines. Sludge, doom et black metal se marient ici, ce qui, sur le papier, pourra renvoyer à pléthore de projets décevants mais fonctionne magiquement quarante-six minutes durant. Year of the Elephant plaira autant aux amateurs d’un sludge difforme, fier de ses haillons, qu’à ceux appréciant les œuvres au noir, s’enfonçant dans une forêt crépusculaire pour maudire le monde, soi inclus. Dès « The Juicer », un son lourd, toxique, nous envahit, contrebalançant ce groove typique, moelleux et clochard, renvoyant au premier Unearthly Trance dans une version pouilleuse et rancunière. Clairement, la bande n’est pas prête d’intégrer un CHRS pour se réinsérer en société : son domicile est plus à chercher dans les forêts où les honnêtes gens ne se risquent pas la nuit venue, partageant son bivouac avec Dead Woman’s Ditch ou encore les Français de Malemort.

Cela, grandement, tient à une voix, étouffée de haine autant que prophétique, charriant ses prêches solitaires et drogués lors de ses pérégrinations nocturnes. Mais Dead Elephant ne se contente pas de rester sur ce simple atout, développant sa synthèse lors de longues plages possédant leurs lots d’instants gourmands pour fanatiques du riff plombant, à commencer par ce morceau-titre et son passage répété, progressivement de plus en plus empoisonné, et sa coupure nette entraînant dans son obsession black metal. Du sludge / doom / black metal qui parvient à unir ces différents styles pour n’en faire qu’un, comme une évidence ? Cela pourra paraître simple, ça l’est d’ailleurs, mais c’est également si rare !

On se laisse emporter donc, sans critique ou suspicion, jusqu’au bord de ce psychédélisme que trouve Dead Elephant dans son creuset de misère. Plus qu’un exercice de style réussi, Year of the Elephant gratte à mains nues la terre pour s’engouffrer en sa fin vers un autre monde, frôlant le fantastique, les relents quasi-dub de « Space Octopus » mêlant entêtement et angoisse comme un mauvais trip. Un naturel qui ne lâche jamais l’écoute et son avancée, permettant de passer outre les instants trop flottants que possède cet album, notamment dans ce ventre qu’il a un peu mou par moments (sur « Vothros » principalement).

Pourtant, difficile de ne pas être estomaqué par Year of the Elephant. Alors que Heavy, Huge and Rotten, premier longue-durée des Grecs, me laisse une impression trop fade, son successeur m’emporte avec lui avec facilité, par des compositions travaillées ainsi qu’une exécution sauvage et exaltée. La preuve, une fois de plus, que le sludge, derrière ses images de camés trop foutus pour la vie, est avant tout une musique de passion, où l’important n’est pas tant de respecter tel ou tel code que de donner le sentiment de s’abîmer dans l’abîme. Et Dead Elephant s’y frotte avec dévotion, son sang se mêlant à la sève, sa chair moisie comme du lichen, parasite et dégueulasse comme le grouillant des bois laissés à l’abandon. Ceux-ci, clairement, sont son campement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
24/06/2019 19:05
note: 8/10
Ouais, les noms en Elephant ça n'est pas très engageant, surtout quand ils sont déjà pris par un groupe italien de post-metal-sludge-noisecore-machin tout bidon.

Et pourtant...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dead Elephant
Sludge / Doom / Black Metal
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dead Elephant
Dead Elephant
Sludge / Doom / Black Metal - 2015 - Grèce
  

tracklist
01.   The Juicer
02.   Year of the Elephant
03.   T.H.C. (The Heretic Circle)
04.   Vothros
05.   Space Octopus

Durée : 45 minutes 55 secondes

parution
20 Mars 2019

Essayez aussi
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Season of Seance, Science of Silence

2003 - Rise Above Records
  
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  
Mudbath
Mudbath
Corrado Zeller

2015 - Lost Pilgrims
  
Indian
Indian
From All Purity

2014 - Relapse Records
  

Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique