chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
153 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gardsghastr - Slit Throat Requiem

Chronique

Gardsghastr Slit Throat Requiem
Tombé en désuétude pendant un grand nombre d’années, le Black Metal symphonique est en train de refaire une percée sans que l’on sache vraiment pourquoi. Si Vargrav semble avoir été l’initiateur de ce renouveau avec la sortie début 2018 du surprenant Netherstorm, d’autres groupes lui ont depuis emboîté le pas. C’est le cas de Gardsghastr, un obscur projet mené à l’international dont personne n’avait jamais entendu parler avant l’annonce de cette signature sur Profound Lore Records. Comme on pouvait néanmoins s’y attendre, le groupe n’est pas mené par une équipe de bras-cassés puisque l’on trouve tout de même d’un côté le Suédois hyperactif Swartadauþuz (Azelisassath, Bekëth Nexëhmü, Demonomantic, Digerdöden, Gnipahålan...) et son compatriote Glömd du groupe de Dungeon Synth Nahtskelduz et de l’autres les Américains tout aussi impliqués que sont Alex Poole (Chaos Moon, Entheogen, Guðveiki, Krieg, Martröð, Ringarë, Skáphe...), Steven Blackburn (Chaos Moon, Entheogen, Guðveiki...) et Jack Blackburn (Chaos Moon, Entheogen, Guðveiki...). Une réunion de dévots dont le premier album intitulé Slit Throat Requiem est paru il y a quelques semaines maintenant.

S’inscrivant dans une démarche visant à remettre au goût du jour un genre que beaucoup ont dénigré pour ses nombreuses fautes de goûts qu’elles soient musicales (claviers pouet-pouet ultra cheap, ambiances beaucoup trop théâtrales pour être honnêtes...) ou extra-musicales (chemises à jabot, chaussures à plates-formes, ¾ en cuir à la Matrix...), Gardsghastr a pris grand soin à ne pas tomber dans ces travers pour le moins rédhibitoires.

A l’instar d’un Vargrav, les claviers occupent chez Gardsghastr une place absolument prépondérante, servant naturellement de base atmosphérique à l’ensemble des morceaux de ce premier album. Sans pour autant se tailler la part du lion, ces claviers proposés le plus souvent sous formes de nappes synthétiques viennent ainsi tapisser chacune de ces huit compositions en y insufflant ces mêmes atmosphères spectrales, éthérées et spatiales qui ne sont pas sans rappeler la grandeur et la majestuosité d’un Emperor ou bien la terreur froide et indicible évoquée par le Black Metal des Suisses de Darkspace. Comme souvent dans le genre, ces nappes servent également d’introductions ou bien de transitions entre les morceaux, occupant dans ces quelques moments tout l’espace comme pour mieux prolonger le voyage et créer du lien entre chaque morceau. Étonnamment ce n’est pas Swartadauþuz qui est aux commandes du clavier ici (quiconque a déjà écouté Bekëth Nexëhmü, connait son intérêt pour cet instrument et ces longues plages d’ambiances) mais Alex Poole et Steven Blackburn. Les deux s’en tirent évidemment avec les honneurs et réussissent à ne pas imposer ces sonorités tout en les rendant paradoxalement incontournables tout au long de l’album. Un beau travail d’équilibre qui fait de Slit Throat Requiem un disque particulièrement riche de nuances et de textures.

Musicalement, Gardsghastr n’a pas d’autres prétentions que celle de proposer un Black Metal de qualité. Du coup, il n’est absolument pas question de réinventer quoi que ce soit ici mais plutôt de rendre hommage à un genre bien souvent ringardisé en lui redonnant tout simplement ses lettres de noblesse. A l’aide de compositions ambitieuses s’étirant généralement entre sept et dix minutes, le groupe américano-suédois joue la carte de l’intensité avec bien souvent de longues séquences menées poignée dans l’angle. Si les blasts et autres trémolos incisifs se taillent ainsi la part du lion pendant près d’une heure, les moments de répit et autres variations bien senties restent néanmoins nombreux, permettant véritablement de souffler et d’apprécier la grandeur et la majestuosité d’une telle formule. Naturellement, difficile de ne pas penser à Emperor (particulièrement flagrant sur un titre tel que "Journey Through Stagnant Time And Misery") même si Gardsghastr réussi à sa bâtir une certaine identité grâce, justement, à ces séquences plus en retenues dont certaines aux sonorités pas loin de flirter avec le Post-Hardcore à la Isis (les deux premières minutes de "Diabolical Reverence") ou plus simplement le Post-Black Metal (le début de "Slit Throat Requiem" que n’aurait certainement pas renié The Great Old Ones par exemple, le break mélodique de "Beasts Of Horn And Wing").

Entre Gardsghastr, Vargrav et Ringarë (dont on parlera très prochainement), on tient là un solide trio de groupes souhaitant remettre au goût du jour un genre longtemps boudé à cause de cette image qu’il a longtemps lui-même véhiculé. Heureusement, Slit Throat Requiem évite tous les écueils possibles pour ne s’intéresser qu’à l’essentiel : produire une musique aussi efficace qu’authentique où chaque instrument trouve sa place et son utilité. Certes, le groupe n’invente rien, empruntant notamment cette espèce de grandiloquence et de majestuosité aux Norvégiens d’Emperor mais on le leur pardonnera bien volontiers tant chaque morceau tient ici merveilleusement bien la route. Servi par une production moderne mais très juste (pas d’artifices inutiles ni de sonorités totalement abusées), ce premier album rempli parfaitement son office et devrait être en mesure de combler tous les amateurs de Black Metal symphonique, s’il en existe encore.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
10/09/2019 09:40
note: 9/10
Niightwanderer a écrit : Vais me pencher sur les autres projets du bonhomme et les autres groupes cités du coup.

Tu as de quoi faire Mr Green
AxGxB citer
AxGxB
10/09/2019 08:03
note: 8.5/10
Cool, bonne(s) découverte(s) du coup Clin d'oeil
Niightwanderer citer
Niightwanderer
09/09/2019 14:52
Très bonne découverte. merci pour la chronique. Chopé de suite sur Discog a un prix raisonnable. Ecouté ce matin au 3/4 et 1ère très bonne impressions : je ne vois pas comment un amateur du genre qui serait titillé par la chronique n'y trouverait pas son compte. Vais me pencher sur les autres projets du bonhomme et les autres groupes cités du coup.
Neuro citer
Neuro
29/08/2019 09:37
C'est un grand plaisir de voir de tels albums sortir aujourd'hui pour un genre que l'on croyait totalement tombé aux oubliettes. Vraiment excellent.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
29/08/2019 09:21
note: 8.5/10
C'est vrai que c'est excellent ce truc, je n'avais jamais entendu parler de ce groupe et je sens que je vais réparer ça bientôt ! Comme quoi avec VARGRAV et PROFANE BURIAL le genre est en plein renouveau !
Sagamore citer
Sagamore
29/08/2019 09:09
note: 9/10
D'ordinaire allergique aux salades de claviers dans le Black, je me suis laissé cueillir par cet album. Grandiose, majestueux, les qualificatifs ne manquent pas. Fantastique.
Fabulon citer
Fabulon
29/08/2019 09:07
Bonne piqure de rappel!
Il va falloir que je me le choppe celui là.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gardsghastr
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  7.63/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gardsghastr
Gardsghastr
Black Metal - Etats-Unis / Suède
  

tracklist
01.   Promethean Flame  (05:10)
02.   Of Crimson Eyes  (08:14)
03.   Slit Throat Requiem  (07:23)
04.   Journey Through Stagnant Time And Misery  (09:08)
05.   Beasts Of Horn And Wing  (10:42)
06.   Diabolical Reverence  (05:29)
07.   Unfurl The Profane Wisdom  (08:42)
08.   Outro  (04:04)

Durée : 58:52

line up
parution
12 Avril 2019

Essayez aussi
Riivaus
Riivaus
Lyöden Taudein Ja Kirouksin

2017 - Wolfspell Records
  
Ordinul Negru
Ordinul Negru
Sorcery of Darkness

2015 - Loud Rage Music
  
Kult
Kult
The Eternal Darkness I Adore

2018 - Folter Records
  
Amestigon
Amestigon
Sun Of All Suns

2010 - Hau Ruck!
  
Besatt
Besatt
Tempus Apocalypsis

2012 - Witching Hour Productions
  

Album de l'année
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique
Nova
Veniamo Dal Cielo
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
Helloween
Keepers of the Seven Keys p...
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Black Mold
Tales of Degradation (Démo)
Lire la chronique
RAM
The Throne Within
Lire la chronique
White Ward
Love Exchange Failure
Lire la chronique
Adversary
Forgotten Remains Of Death ...
Lire la chronique
Svart Crown
Wolves Among The Ashes
Lire la chronique
Leprophiliac
Caskets Of Flesh (Démo)
Lire la chronique
Nawaharjan
Lokabrenna
Lire la chronique
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
Ulcerot
Necuratu (Démo)
Lire la chronique
Etoile Filante
Magnum Opus Caelestis
Lire la chronique