chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Forlorn Hope - Over the Hills

Chronique

Forlorn Hope Over the Hills
Connaissez-vous l'expression "ne jamais juger un livre à sa couverture"? Je pense que oui. Vous devez alors savoir ce qu'elle signifie: qu'il ne faut jamais juger quelqu'un ou quelque chose par son apparence. Personnellement, j'ai souvent entendu cette expression utilisée dans un contexte qui visait à défendre quelque chose plutôt qu'à le critiquer ou l'attaquer: "cette personne est différente mais qui te dit qu'elle est méchante? Il ne faut pas juger un livre à sa couverture, voyons!" C'est dans ce genre de contexte que j'entend cette expression utilisée. Du moins, je n'ai jamais eu d'exemples du contraire... jusqu'à aujourd'hui.

En effet, cette expression, je pourrais - et je suis fou, je dis plutôt "je peux"! - parfaitement l'employer pour le debut-album des anglais de Forlorn Hope, groupe qui sort un peu de nulle part, je dois le dire: formé en 2017 sous le nom de Fatal Disappointment, la plupart des membres viennent du groupe de folk symphonique Cathar, qui n'a vécu qu'un an, de '14 à '15, le temps d'un EP. Vous en conviendrez, nous n'avons pas affaire là à des professionnels de la scène, d'autant qu'aucun des membres n'a l'air d'avoir des activités externes comme producteur, ingénieur du son, artiste... ou simplement invité ailleurs. Pourquoi m'embêter à détailler leur carrière musicale? Car elle permet de comprendre l'album que je m'apprête à décrire.

Revenons-en au premier point de cette chronique: ne jamais juger un livre à sa couverture. Et oui, en effet, cette expression s'applique également à cet album. Regardez sa pochette: un logo doré qui claque et qui est bien détaillé, un dessin style peinture à l'huile avec un super ciel et des nuages détaillés et un champ de bataille tout en couleurs qui représente une scène complexe. Cela dit, ne portez pas trop attention aux détails, vous risquez presque de voir le strabisme des soldats dessinés façon Gaston Lagaffe en arrière plan. Moi, quand je vois ça, je me dis une chose: ça annonce du heavy épique, ça annonce quelque chose de glorieux et de tonitruant, ça annonce des lignes de chant mémorables avec derrière des samples de canons dont seul Tchaïkovsky en est le maître! Et pourtant...

Pourtant, rien de tout ça. Forlorn Hope, c'est du même acabit que Civil War, pour ceux qui connaissent (pour les autres, c'est un groupe formé par d'anciens membres de Sabaton et que j'apprécie plus que ce dernier): il propose un heavy metal à mi-chemin entre les grosses productions modernes allemandes et une petite touche de oldschool en saupoudrant le tout de claviers (bien qu'ici ils ne sont pas très présents, on est pas sur du symphonique). Et comme Civil War, ils prennent leur pied sur les guerres napoléoniennes. Mais la comparaison avec le groupe suédois s'arrête à ces deux points: On ne retrouve rien d'intéressant chez Forlorn Hope, et qu'on peut retrouver ailleurs. Les claviers sont en retrait, pour ne pas dire qu'ils sont inexistants, le son des guitares est épouvantable et le chanteur a une voix extrêmement faible, ce qui ne donne aucun charme aux refrains qui le forcent à monter dans les aigus (et là, c'est la boucherie...) et les riffs... je peux même pas dire qu'ils sont mauvais, parce que ça sous-entendrait qu'il y en a.

Les mélodies ne sont pas vraiment présentes non plus, et quand il y en a, le groupe n'hésite pas à les copier-coller, comme dans les refrains de "Rifle" et "Forlorn Hope". Et non, je n'exagère pas sur l'expression "copier-coller": même tempo, même mélodie, même gamme. Le seul changement, c'est les paroles. Et ça blablate, et ça blablate... on a plus l'impression d'entendre un prof d'Histoire donner cours à des étudiants plutôt qu'un album de metal bien pêchu. Déjà que la voix n'est pas très charismatique et franchement faiblarde et limitée (bref, tout l'inverse de ce que l'on est en droit d'attendre pour du heavy), le groupe nous fait l'affront de la supporter pratiquement à chaque minute du disque, au détriment évidemment des autres parties instrumentales qui s'effacent complètement. Civil War, au moins, même si ce n'est guère plus original en terme de compositions, avaient l'excellent Nils Patrik Johansson derrière le micro qui sauvait les meubles. Ici... rien.

Tout bon album sans imagination utilise toujours la même formule magique: composer un morceau extrêmement générique sans prendre aucun risque et réutiliser cette méthode pour tous les autres titres. Et ici, c'est pareil: d'habitude, je suis assez friand de name-dropping pour illustrer mes propos quand je décris tout ce qui touche au détail musical comme un solo ou une mélodie, mais ici, même pas besoin: je peux parler pour l'album entier. La moindre chose s'applique partout, ce qui rend ce disque incroyablement répétitif et insipide.

Comprenez-vous, maintenant, pourquoi j'ai dressé un petit portrait des musiciens, un peu plus tôt? Sans carrière musicale, sans background derrière eux, il était difficile pour Forlorn Hope d'être le Dio britannique. Il est évidemment très compliqué de sortir un chef d'oeuvre dès le premier album quand on débute, mais cet album relève surtout de la mauvaise assimilation et ré-utilisation des codes du genre pour parvenir à convaincre l'auditoire. Dans un sens, cet album est bien, car il nous rappelle que tout ce que l'on prend pour acquis chez les groupes qu'on aime écouter ne l'est pas, en fait, et qu'il a fallu que les musiciens réfléchissent dessus. Il nous rappelle aussi que le parcours d'artiste est loin d'être aisé et que, quand on commence, il faut plus s'attendre à enchaîner les concerts avec autant de monde sur scène que dans le public que hurler "Bonsoir Paris!" à Bercy...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

andreas_hansen citer
andreas_hansen
28/07/2019 14:46
Jean-Clint a écrit : C'est vrai que le chant est quand même pas fameux, j'ai déjà eu du mal sur l'extrait proposé alors sur l'album complet j'imagine même pas ... Moqueur

Et encore, l'extrait que j'ai mis, c'est le seul morceau que je trouve à peu près sympa et punchy!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
28/07/2019 13:07
C'est vrai que le chant est quand même pas fameux, j'ai déjà eu du mal sur l'extrait proposé alors sur l'album complet j'imagine même pas ... Moqueur
andreas_hansen citer
andreas_hansen
27/07/2019 23:42
MoM a écrit : Le chant est pas dégueu du tout, mais la production est calamiteuse. Les instruments sonnent pas Heavy du tout, et le tout baigne dans une répétitivité assez forte.
Dommage car le chant a vraiment ce côté story teller qui passe bien.


Sérieux?? Purée, moi je le trouve d'une faiblesse, il me plaît pas, il me donne pas envie de poursuivre l'album avec lui.
MoM citer
MoM
27/07/2019 19:14
Le chant est pas dégueu du tout, mais la production est calamiteuse. Les instruments sonnent pas Heavy du tout, et le tout baigne dans une répétitivité assez forte.
Dommage car le chant a vraiment ce côté story teller qui passe bien.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Forlorn Hope
Heavy Metal
2019 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 3.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Forlorn Hope
Forlorn Hope
Heavy Metal - 2017 - Royaume-Uni
  

vidéos
Rifles
Rifles
Forlorn Hope

Extrait de "Over the Hills"
  

tracklist
01.   Introduction  (01:16)
02.   Vive L'Empereur  (05:02)
03.   Rifles  (02:52)
04.   Talavera  (03:56)
05.   War in the Shadows  (04:55)
06.   The Eagle Hunters  (03:10)
07.   Die Hard  (03:26)
08.   Badajoz  (05:33)
09.   Man of Secrets, Man of Honour  (04:54)
10.   Masterstrike  (03:13)
11.   Vitoria  (03:10)
12.   Over the Hills and Far Away  (03:49)
13.   Forlorn Hope  (03:23)

Durée : 48:39

line up
parution
26 Juillet 2019

Essayez plutôt
Night Demon
Night Demon
Curse Of The Damned

2015 - Steamhammer Records (SPV)
  
Chevalier
Chevalier
A Call To Arms (EP)

2017 - Autoproduction
  
Judas Priest
Judas Priest
Redeemer Of Souls

2014 - Epic Records
  
Steelwing
Steelwing
Zone Of Alienation

2012 - Noiseart Records
  
Air Raid
Air Raid
Across The Line

2017 - High Roller Records
  

BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Mournful Congregation
The Icubus of Karma
Lire la chronique
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Belenos
Argoat
Lire la chronique
Undeath
Demo '19 (Démo)
Lire la chronique
Total Hate
Throne Behind A Black Veil
Lire la chronique
10 MoM Challenge n°3 - Ceci n'est pas du DEATH !
Lire le podcast
Entombed A.D.
Bowels Of Earth
Lire la chronique
Mavorim
Silent Leges Inter Arma
Lire la chronique
Asagraum
Dawn of Infinite Fire
Lire la chronique
PPCM #23 - CELTIC pas beau ce METAL-là ?
Lire le podcast
Mgla
Age Of Excuse
Lire la chronique
Kruksog
Foster Prudence
Lire la chronique
Darkend
Spiritual Resonance
Lire la chronique
Adherent
Demo MMXVII (Démo)
Lire la chronique
Power From Hell
Profound Evil Presence
Lire la chronique
Imperial Cult
Spasm of Light
Lire la chronique
Jupiterian
Terraforming
Lire la chronique
Vitriol
To Bathe From The Throat Of...
Lire la chronique
Atlantean Kodex
The Course of Empire
Lire la chronique
Acid Witch
Evil Sound Screamers
Lire la chronique
Lutomysl
Ecce Homo
Lire la chronique
Various Artists
Slave to the Grind (DVD)
Lire la chronique
Temple Of Dread
Blood Craving Mantras
Lire la chronique
Antichrist Siege Machine
Schism Perpetration
Lire la chronique
Illdisposed
Reveal Your Soul For The Dead
Lire la chronique
Furia
Grudzień za grudniem
Lire la chronique
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
Rotted
Pestilent Tomb
Lire la chronique