chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
112 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Enforcer - Zenith

Chronique

Enforcer Zenith
Alors celle-là, je ne l'avais pas vue venir ! J'avais bien écrit dans ma conclusion de la chronique du dernier album From Beyond : "ils n'ont qu'à sortir des albums pourris et j'oublierai mes superlatifs et autres dithyrambes !". Mais les gars, c'était de l'ironie hein, fallait pas le prendre au pied de la lettre !? Bon, j'exagère, ce Zenith n'est pas pourri. Il est juste en partie raté, maladroit, opportuniste, frustrant et donc décevant. Surtout, il dévoile un nouveau Enforcer qui nous prend par surprise, et pas comme on aime.

Malgré mon pessimisme légendaire et l'adage "tous les groupes finissent par décevoir", j'avoue que je plaçais Enforcer en tellement haute estime que je n'attendais pas autre chose des Suédois qu'une nouvelle pépite de heavy/speed ras la gueule de riffs jouissifs, de mélodies exquises, de rythmiques enlevées, de solos endiablés et de lignes de chant catchy mémorables. C'est donc avec une grande joie que j'accueille la sortie d'un nouvel opus en avril dernier sur Nuclear Blast. La pochette est jolie en plus, ils ont vraiment fait des efforts là-dessus. Je télécharge en toute confiance le promo pour l'uploader sur mon iPod (ouais je suis devenu super moderne ...) et l'écouter religieusement. Bim, un grand coup derrière la nuque ! Qu'est-ce que c'est que ce bordel ?! Pourquoi ça joue au ralenti ?! Je me suis gouré de promo ?! Ah bah non. L' iPod déconne ?! Pas possible voyons, c'est Apple ! Il a bien fallu se rendre à l'évidence, ce n'est pas un problème technique. Non, le problème, c'est Enforcer ! Enforcer qui a dû se dire que Mötley Crüe et Def Leppard, c'était quand même ultra cool, ils se tapaient plein de nanas, et que Ghost, ça marche vachement bien, ils doivent se faire un paquet de thunes !

Je caricature certes, mais je me demande quel cheminement de pensée les a conduits à écrire Zenith. Bon, après tout, un groupe a le droit de faire évoluer son style, d'essayer des trucs, de prendre des risques, surtout après quinze ans de carrière et quatre albums. Et donc Enforcer a changé, oui. Avant, ses albums se composaient en majeure partie de morceaux heavy/speed fougueux et mélodiques, avec quelques titres plus mid-tempo. Sur ce Zenith, la balance s'inverse. Place désormais à un heavy metal toujours old-school mais plutôt orienté hard rock voire FM sur ses élans les plus guimauves. Fini ou presque le speed hormis sur deux morceaux, le salvateur "Searching for You" (après deux morceaux à attendre un pic sur l'électrocardiogramme, on lui pardonnera ses "searching for you" assez niais sur le refrain) et l'ultra efficace "Thunder and Hell", la meilleure piste de l'opus. L'excellent From Beyond présentait déjà une vitesse de jeu plus modérée par rapport à Death by Fire mais c'est sans commune mesure ici.

La direction plus easy-listening et radio-friendly fait-elle pour autant de Zenith un mauvais album ? Oui et non. Ça dépend. La réponse est plus compliquée que ça en fait. Car il y a à boire et à manger ici. Commençons par les choses qui fâchent. De la nette baisse de rythme en découle logiquement un manque de punch et de dynamisme assez dommageable. Trop de mollesse, voilà un reproche qu'on ne pensait pas faire un jour aux Scandinaves ! On lève le pied et on simplifie aussi la musique qui s'avère moins riche en riffs et en mélodie. Le fait qu'il n'y ait plus le traditionnel instrumental en sixième position avec son enchaînement de riffs inspirés en est un bon exemple. Les passages vraiment marquants, auparavant nombreux sur les œuvres précédentes, se comptent ici sur les doigts d'une main. Le départ du guitariste de longue date Joseph Tholl, remplacé par Jonathan Nordwall (ex-Lethal Steel) pourrait être un début d'explication au manque d'inspiration mais Enforcer restant le bébé du chanteur guitariste Olof Wikstrand, cela n'aurait probablement rien changé s'il avait toujours fait partie du groupe. Wikstrand se révèle donc un coupable tout désigné. D'autant qu'outre ces guitares en berne, le chant fait parfois aussi défaut. On lui a connu des lignes et des mélodies vocales plus inspirées au père Olof ! Et ses "oh oh oh ", "wouhou hou" et autres "wohoho wohoho" à tout bout de champ deviennent des gimmicks assez insupportables. Ça plus les vocaux doucereux, murmurés ou les chœurs niais, ça minaude beaucoup trop ! Cela va de paire avec l'utilisation heureusement parcimonieuse de keyboards (oui, du clavier, sans doute la pire invention de l'Humanité avec la télé-réalité, les perches à selfies et le socialisme), en particulier sur "One Thousand Years of Darkness" où, même s'il n'apparaît pas en continu, gâche presque à lui-seul le morceau. À 0'27 sur "Zenith of the Black Sun", c'est bien kitsch aussi ! Ah et sinon Jack Starr a appelé, il voudrait récupérer sa mélodie sur "Forever We Worship the Dark" (2'34 et 4'05). On n'est pas loin non plus de "For Whom the Bell Tolls" à partir de 0'37 sur "The End of a Universe". Le poussif "Zenith of the Black Sun", l'inoffensif "Sail On", "One Thousand Years of Darkness" avec son clavier incongru et "Ode to Death" qui conclut l'opus sur quasiment sept minutes d'ennui : foutez-moi tout ça au peloton d'exécution !

Bon, ce n'est pas tout à fait vrai. Je m'emporte, c'est la passion. Même sur ces quatre morceaux, les plus dispensables de l'album, tout n'est pas à jeter. Le riff principal très typé vieux heavy motard du début des années 1980 de "Zenith of the Black Sun", bien que déjà entendu des milliers de fois chez à peu près tous les groupes de heavy metal de la planète, s'avère plutôt cool, tout comme les lignes de chant sur les couplets. Le refrain de "Sail On" a beau être ultra niais, c'est du bon niais. Comme pour le kitsch, il y a du bon et du mauvais niais. La frontière entre les deux reste souvent floue et dépend de l'auditeur. Chez moi, qui mine de rien suis plutôt bon public (j'adore les ballades les plus sucrées de Judas Priest et Satan sait qu'il y a du mielleux de chez mielleux !), ça passe bien et ça reste en tête. "One Thousand Years of Darkness" sans son clavier reste acceptable (refrain et solos sympathiques). Pour "Ode to Death", la belle intro acoustique toute calme, l'ambiance sombre, le chant quand il se fait plus appuyé et la basse plus libre vers la fin sauvent le morceau du naufrage. Et puis quatre morceaux sur dix, ça en laisse six de bons. D'où la note décevante pour un groupe de la trempe d'Enforcer mais pas non plus catastrophique. Malgré les défauts cités, il y a en effet encore pas mal de choses que j'apprécie sur ce Zenith qui reste assez efficace et dont l'écoute n'est tout de même pas déplaisante. Je suis un peu dur avec Olof Wikstrand, la plupart de ses lignes de chant restent très convenables. Et j'adore toujours autant ses montées aiguës jouissives ! Les solos se révèlent de bon niveau aussi. Le morceau d'ouverture "Die for the Devil' fait le taf avec son gros mid-tempo hard rock headbangant, ses arpèges sur les couplets et ses solos au bon feeling. "The End of a Universe" passe bien aussi. Quant à "Forever We Worship the Dark", on ne passe pas loin de l'hymne malgré le fait qu'il n'y ait pas grand chose de sombre et que l'on y sent dans l'esprit quelques accointances avec Ghost (que je conchie volontiers). Personnellement et malgré des défauts évidents (mais c'est pareil pour tous les morceaux), j'apprécie beaucoup cette compo. Encore plus étonnant, le cas "Regrets". Piano (joué par le batteur et frère d'Olof, Jonas Wikstrand), chant tout mignon, mélodie et lead larmoyantes, il s'agit du titre le plus guimauve de Zenith qui a en plus le toupet de traîner en longueur. L'ombre de Ghost y rode encore par-ci par-là. Pourtant, là aussi ça marche chez moi (le "bon" niais). La lead bluesy prend aux tripes, les notes de piano sont poignantes, le rythme mid-tempo entraînant et j'y vois un peu de Queen à partir de 3'39 pour le côté opéra dramatique.

Désastreuse lors de ma première rencontre, ma relation avec Zenith a fini par se complexifier pour devenir du je t'aime moi non plus. Tout n'est pas noir, tout n'est pas blanc. Parfois j'ai envie de les claquer, d'autres fois je voudrais les prendre dans mes bras. Mais à l'heure de faire les comptes et des choix, Zenith traîne trop de casseroles pour ne pas en garder des traces. On reste néanmoins loin du désastre que certains n'ont pas manqué d'annoncer. Le chant, les solos, l'émotion parfois poignante, les deux seuls morceaux speed, l'ambiance rétro old-school toujours là, l'efficacité toujours présente, tout n'est clairement pas à balancer à la poubelle. Mais la baisse drastique de vélocité, l'évolution hard rock par moment limite FM, la simplification de la musique qui en découle, le manque d'inspiration par rapport à ce à quoi le groupe nous avait habitué, les mièvreries sucrées trop collantes (le "mauvais" niais), tout ça fait que l'on ne peut pas tout pardonner à Enforcer, un groupe que je considérais comme le plus talentueux de toute cette scène heavy revival. Son évolution surprend mais surtout, déçoit. Globalement et au regard de la discographie parfaite des Suédois, Zenith reste un échec. Leur moins bon album, de loin. Zenith ne pouvait du coup plus mal porter son nom. Nadir, qu'il aurait dû s'appeler. À voir comment le quatuor de Stockholm va rebondir par la suite car il a dû faire beaucoup de déçus. Vont-ils continuer dans cette voie ou revenir vers un son plus couillu ? L'avenir nous le dira. En attendant, on préférera toujours s'écouter un Diamonds pour du Enforcer au sommet de sa forme. Et heureusement, entre les EPs de Visigoth, Sabïre et Galaxy ou les albums de Vulture, Traveler et Riot City, il y a le choix cette année en sélection heavy de grande qualité. Pour la première fois, Enforcer n'en fera pas partie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
02/08/2019 10:08
Jean-Clint a écrit : AxGxB a écrit : Je ne l’ai même pas écouté tant les extraits m’avaient fait de la peine...

Pas mieux les extraits présentés n'étaient déjà pas jojos que ça ne m'a pas donné envie d'aller plus loin, dommage car les précédents albums sont vraiment consistants mais là c'est autre chose. J'attendrai de le voir soldé pour me le prendre Mr Green


Idem ici aussi...
Jean-Clint citer
Jean-Clint
02/08/2019 09:14
AxGxB a écrit : Je ne l’ai même pas écouté tant les extraits m’avaient fait de la peine...

Pas mieux les extraits présentés n'étaient déjà pas jojos que ça ne m'a pas donné envie d'aller plus loin, dommage car les précédents albums sont vraiment consistants mais là c'est autre chose. J'attendrai de le voir soldé pour me le prendre Mr Green
andreas_hansen citer
andreas_hansen
01/08/2019 21:28
note: 6/10
L'album de Traveler m'a ennuyé perso. Roll Eyes

Sinon, belle chro. Je partage bien ton avis. On est loin de la bouse que tout le monde criait haut et fort mais j'ai vraiment du mal avec ce côté Motley Crue assumé. Enforcer a voulu se mettre au glam? C'est plutôt raté...
AxGxB citer
AxGxB
01/08/2019 20:33
Je ne l’ai même pas écouté tant les extraits m’avaient fait de la peine...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Enforcer
Heavy Metal/Hard Rock
2019 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (9)  6.9/10

plus d'infos sur
Enforcer
Enforcer
Heavy Metal/Hard Rock - 2004 - Suède
  

vidéos
Die for the Devil
Die for the Devil
Enforcer

Extrait de "Zenith"
  
Regrets
Regrets
Enforcer

Extrait de "Zenith"
  

tracklist
01.   Die for the Devil  (03:12)
02.   Zenith of the Black Sun  (05:36)
03.   Searching for You  (02:53)
04.   Regrets  (06:00)
05.   The End of a Universe  (04:19)
06.   Sail on  (03:03)
07.   One Thousand Years of Darkness  (04:12)
08.   Thunder and Hell  (04:50)
09.   Forever We Worship the Dark  (05:27)
10.   Ode to Death  (06:56)

Durée : 46:28

line up
parution
26 Avril 2019

voir aussi
Enforcer
Enforcer
Death By Fire

2013 - Nuclear Blast Records
  
Enforcer
Enforcer
From Beyond

2015 - Nuclear Blast Records
  
Enforcer
Enforcer
Diamonds

2010 - Earache Records
  

Essayez plutôt
Ugly Kid Joe
Ugly Kid Joe
As Ugly As They Wanna Be (EP)

1991 - Mercury Records
  
Skull Parade
Skull Parade
Skullparade

2017 - Rexius Records
  
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Diary Of A Madman

1981 - Epic Records
  
Van Halen
Van Halen
Van Halen

1978 - Warner Bros.
  
W.A.S.P.
W.A.S.P.
Golgotha

2015 - Napalm Records
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique