chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
160 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Torche - Admission

Chronique

Torche Admission
Il est tentant de promulguer Admission comme le disque où Torche s’épanouit et s’émancipe. Cette pochette signée Richard Vergez, ainsi qu’une campagne promotionnelle proclamant ce disque comme « un nouveau chapitre » marquant, entre autres, un changement de poste et l’arrivée d’un nouveau membre après le départ d’Andrew Elstner (Jon Nuñez s’occupant désormais de la guitare, tandis que Eric Hernandez de Wrong prend sa place à la basse), donnent envie d’acclamer la formation comme étant enfin arrivée à maturité. Cette bonne blague : cela fait un moment que la bande de Miami a atteint un certain pic dans son style particulier, au moins depuis l’explosion Harmonicraft ! Aussi accrocheuse qu’originale dès ses débuts, elle n’a fait que tracer sa propre route, donnant à chaque nouvelle œuvre une sensation assez différente de la précédente rencontre pour alimenter l’envie de tracer un bout de route en sa compagnie.

Et Admission ne change rien à cela. Comment résister à ce disque, contenant à la fois tout ce que j’aime chez ce groupe tout en allant un peu plus loin dans cette mélancolie réconfortante décelable sur Restarter ? Finies les années lycée, Torche vieillit et se fait toujours plus contemplatif, tout en gardant cet amour pour le jouissif qui le caractérise (cf. l’exutoire « From Here » ou encore ce batteur autoritaire le long de ces nouvelles trente-six minutes). Poussant davantage son appropriation des années 90, il offre à l’amateur des titres frôlant noise-rock et post-hardcore bataillant de leurs meilleures acrobaties en skateboard (« Slide », « On the Wire ») jusqu’à s’écrouler, épuisé mais heureux, dans le shoegaze le plus tendre (le morceau-titre, « Times Missing »). Menées par le chant vaporeux de Steve Brooks, ces onze compositions mélangent l’énergie sauvage des créateurs de Meanderthal (Hé ! On ne s’invente pas bourgeois du jour au lendemain) avec une finesse que seule l’expérience apporte.

Ce qui, paradoxalement, fait que j’ai du mal à m’enthousiasmer pour ce longue-durée autant que durant Harmonicraft et Restarter. Ne vous y trompez pas, Torche reste pour moi, dans cette case rare des formations parvenant à allier fond et forme, classe et profondeur, accroche et sentiments, un élément de choix, jusqu’à me pousser à militer pour lui auprès de chaque personne ayant le malheur de ne pas encore écouter les Ricains. Seulement, du haut de sa montagne personnelle, il ne semble ni vouloir redescendre (ouf, voilà qui serait bien pire !), ni chercher d’autres hauteurs à gravir, préférant contraster ses dessins sans y tracer de nouvelles lignes. Cela marchait (et marche toujours) lors de Restarter et sa tristesse avançant masquée ; cela marche un peu moins sur Admission et ses charges aussi directes et travaillées que peu surprenantes pour le fanatique de longue date. Loin d’être une caricature d’elle-même, la troupe n’en reste pas moins ici aussi qualitative que circonscrite à son domaine d’expertise.

Ceci posé, il n’y a rien à redire et tout à prendre au sein de cette succession de grands moments qu’est Admission. Loin de mettre une moue sur notre visage, Torche fait toujours s’extasier en sa compagnie lors de la surprenante salve « Extremes of Consciousness » par exemple. Plus des questionnements que de réels défauts en somme, les Floridiens ayant atteint ce niveau où il n’y a certes rien à critiquer, mais où le fait qu’ils fassent se poser quelques questions est déjà en soi un peu de trop. Peut-être que le titre final, « Changes Come », est-il annonciateur d’accomplissements futurs ? Pourquoi ne pas rêver, notamment à voir se réaliser pleinement cette étrange sensation d’avoir ici le frère optimiste de Helmet et 16 ? En attendant, Admission sera un ami de choix pour vous faire vivre un été digne de ce nom, et c’est déjà plus que ce que l’on mérite ! Admis, haut la main.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
05/08/2019 23:09
Bien sympa ! Dans ma playlist pour l'été
gulo gulo citer
gulo gulo
04/08/2019 09:34
Non non, j'aime beaucoup Nothing, dans le genre shoegaze de chauffeurs-livreurs mal rasés.
Là c'est l'effet (très) gros son + déodorant + pas d'émotion autre que la satisfaction profonde de tout cela (le choix du déo, la netteté du rasage des pattes, la teinte pastel du chandail...).
lkea citer
lkea
04/08/2019 09:29
gulo gulo a écrit : aseptisé

shoegaze hein ? J'ai rien contre, mais je suis un peu inquiet pour la suite, comme sous-entendu.
gulo gulo citer
gulo gulo
04/08/2019 09:21
Cette flemme d'entrer dedans ; toutes proportiosn gardées, il m'a paru presque aussi aseptisé dans sa puissance que le disque reformation de Floor.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Torche
Stoner / Rock / Pop
2019 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.38/10

plus d'infos sur
Torche
Torche
Stoner / Rock / Pop - 2004 - Etats-Unis
  

vidéos
Admission
Admission
Torche

Extrait de "Admission"
  
Slide
Slide
Torche

Extrait de "Admission"
  

tracklist
01.   From Here
02.   Submission
03.   Slide
04.   What Was
05.   Times Missing
06.   Admission
07.   Reminder
08.   Extremes of Consciousness
09.   On the Wire
10.   Infierno
11.   Changes Come

Durée : 36 minutes 10 secondes

line up
parution
12 Juillet 2019

voir aussi
Torche
Torche
Songs For Singles (EP)

2010 - Hydra Head Records
  
Torche
Torche
Restarter

2015 - Relapse Records
  
Torche
Torche
Harmonicraft

2012 - Volcom Entertainment
  

Essayez aussi
Witchcraft
Witchcraft
The Alchemist

2007 - Rise Above Records
  
Helms Alee
Helms Alee
Sleepwalking Sailors

2014 - Sargent House
  
Spaceslug
Spaceslug
Eye The Tide

2018 - Oak Island Records
  
Goatess
Goatess
Purgatory Under New Management

2016 - Svart Records
  
Weedpecker
Weedpecker
III

2018 - Stickman Records
  

Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique