chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
162 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Fifth Angel - Third Secret

Chronique

Fifth Angel Third Secret
Époustouflé par leur prestation au Keep it True en 2017, j'étais curieux d'écouter ce que valait cet album comeback de Fifth Angel sorti l'année suivante sur Nuclear Blast après un silence de près de trente ans. J'aurais toutefois préféré une signature chez Metal Blade qui a eu la bonne idée de rééditer entre-temps les deux premiers albums des Américains, le classieux Fitfth Angel (1986) et le plus hard rock mais néanmoins recommandable Time Will Tell (1989). Ne boudons cependant pas notre plaisir d'entendre de nouveaux morceaux d'un des fleurons du heavy/power américain, Nuclear Blast ou pas. Peut-être pas le plus connu par rapport à ses pairs plus prolifiques de Crimson Glory, Lizzy Borden ou Queensrÿche auxquels le combo de Bellevue, Washington est souvent comparé, pourtant Fifth Angel reste une écoute de choix pour tout amateur du style.

La première interrogation qui suit ce genre de reformations de groupes des années 1980, c'est la légitimité. Qui participe ? Le fondateur avec une équipe renouvelée ou tous ceux d'origine (à peu près) ? C'est un beau bordel chez Fifth Angel qui fait un peu des deux. Il y a d'abord le line-up qui a enregistré ce Third Secret. Un simple trio. On y retrouve un seul membre d'origine mais pas des moindres puisqu'il s'agit du batteur Ken Mary (Flotsam and Jetsam, ex-Chastain sur les trois premiers merveilleux albums, Impellitteri, Alice Cooper, Accept ...). À ses côtés néanmoins pas des inconnus avec le bassiste John Macko qui a joué sur les deux full-length ainsi que Kendall Bechtel, guitariste sur Time Will Tell et qui prend aussi ici le rôle de frontman. Pas de Ted Pilot au chant donc, lui qui a troqué depuis longtemps son micro contre une fraiseuse de chirurgien-dentiste. Pas non plus d'Ed Archer, guitariste d'origine avec James Byrd. Bon, ça aurait pu être pire. Depuis, Fifth Angel a procédé à d'autres changements. Exit Kendall Bechtel (guitare-chant), welcome back Ed Archer à la guitare et welcome tout court Ethan Brosh à la deuxième guitare et Steven Carlson au chant pour un retour à une formule à cinq.

Voilà pour les détails. Maintenant, qu'est-ce qu'il vaut ce Third Secret ? Peut-être pas tout à fait de l'or mais quand même largement le détour ! On salue déjà cette belle pochette qui respecte la tradition et fait penser à une illustration de carte Magic. Bien sûr, un artwork chouette ne fait pas un bon album mais c'est toujours un plus qui fait plaisir. Surtout que le contenu s'avère une fort belle surprise. Surprise pas dans le sens où le style pratiqué étonne, il est au contraire très classique. Plus proche du premier disque éponyme (ce qui me va très bien, préférant celui-ci au suivant un peu trop radio-friendly et longuet), Third Secret nous offre dix morceaux pour près de trois quarts d'heure de heavy/power metal à la structure très balisée (couplet, pré-chorus, refrain, couplet, pré-chorus, refrain, solo ...). Globalement plutôt mid-tempo, l'opus sait aussi accélérer sans toutefois flirter avec le speed, Fifth Angel n'ayant jamais été des pros de la vitesse. Third Secret se termine néanmoins sur deux pistes bien pêchues, "Shame on You" et "Hearts of Stone", preuve que le groupe n'est pas revenu en mode soupe-au-lait, avec un album à la fois dynamique et varié. La production moderne, puissante et claire offre d'ailleurs des conditions idéales. Si le groupe a fait le choix d'un son contemporain, l'esprit reste néanmoins bien ancré dans les années 1980. Du heavy/power old-school avec un son actuel qui permet au combo formé en 1984 de ne pas sonner daté et de montrer qu'il vit avec son temps. Les vieux groupes qui se reforment choisissent de toute façon souvent cette option (et pas toujours à leur avantage contrairement à ici), c'est plutôt les petits jeunes de la scène revival qui préfèrent rendre hommage à une époque qu'ils n'ont pas connue en reproduisant les conditions sonores d'antan.

La surprise vient en fait plutôt de la qualité de l'œuvre. Après trente ans, on n'attendait pas le combo d'outre-Atlantique à un tel niveau. Third Secret s'avère en effet remarquable d'efficacité et de feeling. Fifth Angel ne s'est pas caché derrière une production musclée pour couvrir un manque d'inspiration. Celle-ci est présente à tous les étages. On le sentait déjà bien dès le premier morceau "Stars Are Falling", le soufflé ne retombera pas. Rien à jeter, la formation garde la tête haute tout du long. Les riffs sont costauds, riches, travaillés. La basse est là, bien chaude avec ces belles rondeurs. La batterie de Ken Mary, puissante et variée, apporte beaucoup de dynamisme. Peu de claviers et toujours discrets même lorsqu'ils sont utilisés plus longtemps comme sur le morceau-titre "Third Secret". Bien vu pour du power metal qui a trop souvent tendance à en mettre partout, ce qui ne me fait apprécier le genre qu'à petites doses. Là où Fifth Angel a toujours été balèze même sur leurs morceaux trop hard rock pépère pour moi, c'est les solos. Ce troisième album ne fait pas exception, nous offrant un feeling mélodique ultra affûté. Ça gazouille de partout sans vouloir en mettre plein la vue, ça joue, ça touche, c'est limpide, ça coule de source sans impression de forcer. Le groupe n'a rien perdu de son talent. La grande classe !

L'autre grande question découlant du nouveau line-up : le chant. Ted Pilot était un excellent chanteur au charisme vocal indéniable. Le fait que le guitariste Kendall Bechtel prenne sa place pouvait laisser croire à un choix par défaut, le bonhomme n'ayant jamais chanté hors backing vocals chez Q5 et très peu longtemps. On est cela dit vite rassuré. C'est là aussi une vraie bonne surprise et on se demande pourquoi Bechtel n'a jamais mis en avant ce talent par le passé. Il remplace Pilot à la perfection. Si son timbre assez standard ne le démarque pas forcément, sa puissance, sa prestance, son aisance, sa maîtrise, sa diversité et sa faculté à véhiculer des émotions font de ses vocaux un des gros points forts de Third Secret. Ses lignes de chants sur les couplets se font inspirées, efficaces, avec toujours des rythmiques punchies et des mélodies vocales mémorables, sans oublier quelques montées aiguës savoureuses. Il brille aussi par ses refrains des plus catchy, point toujours important pour le style. "Stars Are Falling", "We Will Rise", "Dust to Dust", "This Is War", "Shame on You", "Hearts of Stone", tout ça sent bon le single qui rentre en tête dès la première écoute. Il sait aussi se faire plus poignant sur les deux power-ballades très réussies du disque, "Can You Hear Me?" et son ambiance nostalgique tristounette et la superbe "Fatima" qui nous sort aussi la guitare sèche pour beaucoup d'émotions touchantes et poignantes, là encore dans une atmosphère assez sombre, notamment quand arrive la guitare électrique. Et Marie-José Pérec ces leads monstrueuses qui percent le ciel, à en pleurer ! Clairement, l'Américain a bien fait de se lancer. Encore un choix payant. Le nouveau chanteur recruté cette année va devoir se montrer à la hauteur. Il n'y a guère que les "wohohoho wohohoho wohohohohoho" pompés à Iron Maiden de "Queen of Thieves", pas mauvais mais trop entendus, où l'on peut trouver à redire. Le morceau n'est d'ailleurs pas le plus marquant, un peu trop mou malgré des couplets bien portés par une basse généreuse apportant beaucoup de groove.

Les albums de reformation, on sait ce que c'est. Pas toujours, voire rarement, pertinents. Il y avait de quoi se casser la gueule. Pourtant, Fifth Angel réussit son retour haut la main. Sans rien révolutionner mais avec le plaisir du travail bien fait, les Américains nous servent sur un plateau un power metal de haute volée qui transpire la classe par toutes les notes. En têtes de gondole, des solos mélodiques somptueux et un chant ultra convaincant portent l'opus vers le haut. Feeling, efficacité et diversité sont ainsi les maîtres-mots de ce très agréable Third Secret que je ne peux que conseiller aux trois-quatre amateurs du genre perdus ici d'écouter si vous avez raté sa sortie l'année dernière. Il serait en effet bien dommage que ce secret reste bien gardé.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

andreas_hansen citer
andreas_hansen
07/08/2019 17:03
Je l'avais pas écouté par flemme et comme tu dis, je me méfiais un peu des retours après une longue absence. Mais ta chronique m'a convaincu, je vais y pencher une oreille curieuse. Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Fifth Angel
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  9/10

plus d'infos sur
Fifth Angel
Fifth Angel
Power Metal - 1984 - Etats-Unis
  

vidéos
Third Secret
Third Secret
Fifth Angel

Extrait de "Third Secret"
  

tracklist
01.   Stars Are Falling  (04:13)
02.   We Will Rise  (04:58)
03.   Queen of Thieves  (05:09)
04.   Dust to Dust  (04:12)
05.   Can You Hear Me?  (04:58)
06.   This Is War  (04:36)
07.   Fatima  (02:59)
08.   Third Secret  (04:54)
09.   Shame on You  (03:29)
10.   Hearts of Stone  (03:38)

Durée : 43:06

line up
parution
26 Octobre 2018

Essayez aussi
Falconer
Falconer
Falconer

2001 - Metal Blade Records
  
Dagoba
Dagoba
Release The Fury (EP)

2001 - Autoproduction
  
Threat Signal
Threat Signal
Under Reprisal

2006 - Nuclear Blast Records
  
Dagoba
Dagoba
Dagoba

2003 - Autoproduction
  
Dagoba
Dagoba
What Hell Is About

2006 - Season Of Mist
  

Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique