chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
132 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Metal Church - Damned If You Do

Chronique

Metal Church Damned If You Do
Ah, cool, déjà un nouveau Metal Church ?! Le retour à l'Église en 2015 de Mike Howe, génial chanteur charismatique de la fin des années 1980-première moitié des années 1990, était la meilleure nouvelle dans le monde du metal depuis des années. Un gros coup de fouet pour le groupe culte américain, tombé en désuétude depuis de trop longues années. La confirmation viendra l'année suivante sur XI, album comeback des plus réussis. Mike Howe n'a quasiment rien perdu de son timbre unique, voilà Metal Church bel et bien de retour en grande forme. Une seconde jeunesse, une renaissance presque pour le combo qui végétait en deuxième division depuis plusieurs albums. Et la possibilité pour moi de les voir pour la première fois en live, chose accomplie au Hellfest 2017 avec beaucoup d'émotions, même si je n'ai adopté la formation que tardivement. Suivant l'adage comme quoi il faut battre le fer tant qu'il est chaud, Metal Church enchaîne donc son deuxième album depuis le retour de Howe, C'était fin 2018 via Nuclear Blast.

La question brûlante était de voir si tout ceci n'était qu'un feu de paille vite éteint ou au contraire un beau brasier ardent parti pour mettre des années à se consumer. Il semblerait que l'on se dirige vers la seconde solution. Je dois avouer que j'émettais quelques doutes à l'annonce de ce retour que je jugeais précoce (deux ans et demi d'intervalle, ce n'est pas non plus la précipitation finalement) et en voyant la pochette bien moche alors que le groupe avait fait un effort sur le précédent, et ce malgré le clin d'œil à l'artwork du premier album éponyme. Le titre Damned If You Do ne m'emballait pas non plus des masses, tout comme le départ du batteur Jeff Plate. Pas que le bonhomme soit irremplaçable mais cela pouvait cacher des problèmes internes. Les mecs n'ont cela dit pas pris n'importe qui à la place puisque Stet Howland (entre autres ex-W.A.S.P. sur le magnifique Crimson Idol avec Frankie Banali de Quiet Riot) arrive en 2017. Ces quelques doutes ont été vite dissipés, notamment grâce à une première moitié d'album de haute volée. L'enchaînement des cinq premiers morceaux s'avère en effet délectable entre "Damned If You Do" qui ouvre l'album de manière très convaincante et donne envie d'écouter la suite (à part ces "hmmm" chamaniques pas top en intro), "The Black Things" qui rappelle beaucoup le deuxième album, le single "By the Numbers" (malgré quelques séquences un peu mollassonnes), "Revolution Underway" le meilleur titre qui allie efficacité et technicité sur cet excellent passage presque progressif de deux minutes sans chant, et "Guillotine" avec son intro ambiancée typique du groupe avant de thrashiser à la old-Metallica puis de balancer un riff plutôt 70s entre Led Zeppelin et Black Sabbath. Du même bois queXI, c'est-à-dire pas du niveau des deux premiers albums portés par le regretté David Wayne ou du trio Blessing in Disguise, The Human Factor et Hanging in the Balance que Howe éclabousse de tout son talent, mais très satisfaisant. Metal Church y offre tout ce qui fait son charme. Les riffs power/thrash US très années 1980 typiques de Kurdt Vanderhoof qui remonte parfois encore plus loin dans le temps, les solos classieux, les mélodies simples et efficaces, les touches de douceur en acoustique ou en arpèges, l'ambiance plutôt sombre parfois triste, le rythme modéré même sur les passages les plus rapides (le groupe n'a jamais été d'une grande radicalité dans son power/thrash très heavy, je ne peux pas vraiment parler de tchouka-tchouka malgré le thrash dans l'étiquette !) et bien sûr le chant caractéristique de Howe qui y met tout son cœur. Le frontman montre à nouveau à quel point son retour fait du bien à la formation. Son timbre nasillard reconnaissable entre mille qui fait oublier les dix ans de platitude de Munroe, son dynamisme, sa passion qui transpire, ses rythmiques prenantes, ses mélodies inspirées sur les refrains pour la plupart très catchy ("Damned If You Do, "By the Numbers", "Revolution Underway", "Guillotine", "Into the Fold", "Out of Balance", "The War Electric"), tout ça fait de Mike Howe un chanteur à part. Pour se démarquer, un groupe a besoin d'un tel leader. À ses côtés, les musiciens ont en plus retrouvé de l'inspiration dans les riffs. Émulation, qu'on appelle ça. Et même quand on note un coup de moins bien au niveau des guitares plus anodines, Howe est souvent là pour rattraper le coup ('Into the Fold", "Monkey Finger", "The War Electric").

Cela dit, le Mikey connait aussi quelques moments de faiblesse comme sur le refrain peu emballant de "Rot Away". Ça arrive, même aux meilleurs ! Ce morceau couci-couça ouvre d'ailleurs le début de la deuxième moitié de Damned If You Do, moins attrayante que la première. La recette reste inchangée, c'est du pur Metal Church et ce n'est pas du tout déplaisant, mais l'inspiration marque un peu le pas. La très entraînante "Out of Balance" fait toutefois exception. Les autres, "Into the Fold" assez terne en dépit de notes acoustiques et de solos pas dégueux, la poussive "Monkey Finger" trop typée hard rock mid-tempo pépère, et "The War Electric" qui envoie bien mais manque de panache pour clore un album comme il se doit, se classent en retrait.

Pas du tout une catastrophe mais cette deuxième moitié moins convaincante fait un peu redescendre l'album en qualité et me fait préférer XI qui tenait davantage la distance malgré une durée excessive. Une tracklist plus homogène au lieu d'aligner les meilleures compos dès le début aurait sans doute permis de diluer la baisse d'inspiration et donc de moins la ressentir. Autre critique, la production se montre faiblarde, en particulier concernant les guitares. Elle sonne très eighties, ce qui colle bien à la musique, mais elle manque de caractère, de mordant. La batterie aussi, subissant une compression, a contrario contemporaine, dommageable. Du coup, le tout peut sonner daté et inoffensif. Déjà que Metal Church n'est pas le plus moderne et fougueux des groupes ! Ces quelques défauts font de Damned If You Do une suite à XI un peu moins concluante que son grand frère qui marquait en plus le retour inespéré de Mike Howe au micro. Sans parler de déception pour autant ! Vanderhoof et van Zandt alignent les riffs power/thrash costauds et les solos plein de feeling fleurant bon le old-school, Howland remplace parfaitement Jeff Plate et Howe impressionne son auditoire en ayant su conserver sa voix unique nous faisant replonger avec plaisir au début des années 1990. De toute façon, vu la taille du désert qu'a traversé le groupe avant XI, voir les Américains sortir un disque certes pas aussi irrésistible mais tout de même très convenable ne peut que satisfaire. Et franchement, la première partie justifie l'achat à elle seule. Deux bons voire très bons albums de suite de la part de Metal Church, voilà qui paraissait inconcevable il y a encore quelques années !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Metal Church
Heavy/Power/Thrash
2018 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.9/10

plus d'infos sur
Metal Church
Metal Church
Heavy/Power/Thrash - 1980 - Etats-Unis
  

vidéos
Damned If You Do
Damned If You Do
Metal Church

Extrait de "Damned If You Do"
  
By the Numbers
By the Numbers
Metal Church

Extrait de "Damned If You Do"
  

tracklist
01.   Damned If You Do  (04:35)
02.   The Black Things  (05:16)
03.   By the Numbers  (04:35)
04.   Revolution Underway  (05:25)
05.   Guillotine  (04:47)
06.   Rot Away  (03:26)
07.   Into the Fold  (04:20)
08.   Monkey Finger  (04:15)
09.   Out of Balance  (04:25)
10.   The War Electric  (04:09)

Durée : 45:13

line up
parution
7 Décembre 2018

voir aussi
Metal Church
Metal Church
The Dark

1986 - Elektra Records
  
Metal Church
Metal Church
Generation Nothing

2013 - Rat Pak Records
  
Metal Church
Metal Church
Metal Church

1984 - Ground Zero Records
  
Metal Church
Metal Church
XI

2016 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Anthrax
Anthrax
Worship Music

2011 - Nuclear Blast Records
  
Children Of Bodom
Children Of Bodom
Chaos Ridden Years (DVD)
(Stockholm Knockout Live)

2006 - Spinefarm Records
  
Heretic
Heretic
From The Vault... Tortured And Broken (Compil.)

2013 - Metal Blade Records
  
Anthrax
Anthrax
For All Kings

2016 - Megaforce Records
  
Mystic Prophecy
Mystic Prophecy
Ravenlord

2011 - Massacre Records
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique