chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
110 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Esoctrilihum - The Telluric Ashes Of The Ö Vrth Immemorial Gods

Chronique

Esoctrilihum The Telluric Ashes Of The Ö Vrth Immemorial Gods
"Intriguant". Je pense que c'est le meilleur résumé que l'on puisse faire d'Esoctrilihum et de sa discographie. C'est que le one-man band Français sait cultiver le mystère : peu d'interviews, des paroles et des titres aussi énigmatiques que son imagerie, pour laquelle ce dernier sait bien s'entourer. Après Luciana Nedelea ("Mystic Echo from a Funeral Dimension"), Alexander Shadrin (" Pandaemorthium") et Wrest ("Inhüma"), c'est au tour d'Alan Brown de donner le ton de ce quatrième full-length, par le biais de sa toile "Humbaba the Terrible". Et cette dernière sied parfaitement au contenu de "The Telluric Ashes Of The Ö Vrth Immemorial Gods" : une bestiole aussi massive que grotesque. Vous êtes prévenus.

"Productif", aussi...Quatre monolithes en trois ans, jugez du peu. Un rythme effréné qui, à en croire les critiques, n'a pour autant jamais affecté la qualité des chimères d'Asthâghul, le seul maître à bord. Pour être sincère, ce n'est qu'avec cette dernière galette et son nom à rallonge que j'ai finalement décidé de me pencher avec attention sur Esoctrilihum, n'ayant fait que survoler ses précédents disques. En creusant, j'y ai découvert un univers très affirmé, au carrefour de nombreuses influences, une patte aussi hermétique qu'attirante, nous poussant à y revenir sans cesse pour tenter de déchiffrer ses gammes. I, Voidhanger ne s'y est d'ailleurs pas trompé, offrant à chacun des albums d'Esoctrilihum un pressage en bonne et due forme, en DLP et digipacks A5 - "Parce que les noms complets des disques ne passaient pas sur la tranche d'un format classique" diraient certaines mauvaises langues... Je préfère y voir le fait que le label connaît la valeur de son poulain, et lui laisse carte blanche pour laisser libre cours à sa créativité. Les livrets, contenant les paroles (en forme de mode d'emploi), sont d'ailleurs bienvenus pour savoir comment défricher ce qui se passe dans la tête du chef d'orchestre.

"Dense", en effet ! A l'image de ses pochettes toujours surchargées, difficile d'attaquer l'univers du frenchie de face, tant les compositions de "The Telluric Ashes Of The Ö Vrth Immemorial Gods" fourmillent de détails, de constructions tarabiscotées, d'ajouts tantôt mélodiques, tantôt complètement psychédéliques. Un torrent ponctué de saillies Black/Death dont la brutalité feraient pâlir les plus endurcis ("Invisible Manifestation of Delirium God"), la faute à cette boîte à rythme élevée aux hormones de croissance (qu'est-ce que c'est que ce son sur "Aborted Sun" ?) et à l'organe profond d'Asthâghul, qui grogne, murmure, psalmodie des mantras sans queue ni tête. Un délire tantôt mystique, tantôt plus tribal, incarné par ces arpèges fiévreux, donnant du relief aux parties plus lentes ("Kros Ö Vrth") quand ils n'apportent pas une caution mélodique fort bienvenue aux blast-beats (à 2:46 sur l'excellent "Stone of Static Void"). Parlons-en, des guitares, justement ! Elles tricotent sans discontinuer des motifs tarabiscotés, superposant les couches pour mieux nous égarer : "Thar-Voknargh" l'illustre bien, démarrant de façon tout à fait orthodoxe, pour évoluer en un monstre presque progressif qui n'a plus rien à voir avec le motif de base. Même les composition plus "classiques" dans l'âme ont droit au même traitement, à la manière du titre de clôture, "Torment of Death", certes un peu longuet, mais qui tire son épingle du jeu grâce à son millefeuille de cordes et d'ajouts ambiants. Malgré tout, le néophyte pourra se sentir désemparé face à Esoctrilihum, une autre constante dans sa discographie. Car ce quatrième opus n'est pas exempt de défauts.

"Imparfait", oui. En même temps, difficile d'éviter les excès quand on dépasse l'heure au compteur. Au-delà de la dimension subjective, des goûts de chacun, notions fondamentales quand on parle d'une formation aussi particulière, c'est bel et bien la générosité de cet opus qui pose problème. Asthâghul veut tant nous régaler qu'il en oublie d'être digeste. Si l'album, bien que surchargé, est une réussite, on ne peut cependant pas faire l'impasse sur quelques choix pas toujours très heureux : le changement de production inexplicable d' "Aborted Sun", par exemple, titre le plus bovin du disque (et le moins bon), qui traîne sa grasse carcasse pendant six minutes, rallongeant un album qui n'en avait pas besoin; "Inexorable Plague of Time" également, pas inintéressant mais trop "classique", surtout au sein d'un si gros morceau qui ne fait que partir dans toutes les directions. Amputé de quelques minutes, le disque aurait probablement gagné en impact et en lisibilité - ce qui allait probablement à l'encontre de la raison-d'être même d'Esoctrilihum, si l'on se fie à ses précédentes sorties.

"The Telluric Ashes Of The Ö Vrth Immemorial Gods" en laissera sûrement plus d'un sur le côté. Trop long pour certains, trop chargé pour d'autres, des arguments que je comprends et accepte. Néanmoins, on ne pourra pas reprocher à Esoctrilihum de "sonner comme untel" tant ce que propose Asthâghul est "différent". Pour le meilleur comme pour le pire, qui se côtoient sans cesse, s'entrechoquent au cours de l'heure et quart de cette galette. Un gros morceau qui, malgré ses longueurs et ses menus défauts, reste assez fascinant dans sa démesure.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
03/09/2019 16:42
Très bon album, comme le précédent d'ailleurs (je connais moins les autres).
Mais effectivement en fonction de mon humeur il m'arrive de zapper après le sixième morceau...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Esoctrilihum
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Esoctrilihum
Esoctrilihum
Black/Death Metal - France
  

tracklist
01.   Kahlbas Mha  (03:47)
02.   Kros Ö Vrth  (06:29)
03.   Invisible Manifestation of Delirium God  (07:39)
04.   Stone of Static Void  (08:37)
05.   Thar-Voknargh  (05:52)
06.   Listaël  (07:37)
07.   Aborted Sun  (05:58)
08.   Black Hole Entrance  (06:21)
09.   Black Hole Exit  (05:12)
10.   Inexorable Plague of Time  (08:10)
11.   Torment of Death  (09:27)

Durée : 01:15:09

parution
24 Mai 2019

voir aussi
Esoctrilihum
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog

2020 - I, Voidhanger Records
  

Essayez aussi
From the Vastland
From the Vastland
Kamarikan

2013 - Indie Recordings
  
Horna
Horna
Sanojesi Äärelle

2008 - Debemur Morti Productions
  
Barathrum
Barathrum
Anno Aspera
(2003 Years After Bastard's Rebirth)

2005 - Spinefarm Records
  
Taake
Taake
Kong Vinter

2017 - Dark Essence Records
  
Wolfkrieg
Wolfkrieg
When the Cold Comes

2020 - We Are At War Records
  

Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique