chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
156 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

State Faults - Clairvoyant

Chronique

State Faults Clairvoyant
Fatigués des groupes de screamo trop doux, où l’émotion à fleur de peau s’habille d’un tank top passé à l’adoucissant, nous ne nous attendions pas à retrouver en 2019 un groupe nous donnant envie de courir à l’air libre, les yeux vers le ciel, comme State Faults ! Il faut dire que nous n’avions pas particulièrement cherché, attachés à nos formations sensibles classiques, Daïtro, Tristan Tzara, Mihai Edrisch, Touché Amore et compagnie, passant à côté d’un album comme Desolate Peaks pourtant chroniqué en ces pages par le regretté Fleshovsatan. Honte, regret et autres émo-tions appropriées pour le genre : nous sommes aujourd’hui conquis par Clairvoyant ainsi que par le projet, passant d’un premier album aussi empreint de fragilité que contenant des forces bien particulières (ah, ce chant délicieusement éraillé école At the Drive In...) à un nouveau longue-durée en forme d’explosions multiples, à commencer par le talent des Ricains. Dissection d’un feu d’artifices.

Car il est question d'éveil ici. De renaissance tantôt dans dans l'éther tantôt dans le sang. La maturité se fait clairement sentir au fil de l'écoute et vous êtes saisis par les sublimes atmosphères développées par la formation. Elle vous transporte haut, toujours plus haut dans les cieux et ce dès la belle ouverture qu'est « Dreamcatcher, Pt. II ». Les émotions déferlent par vagues que ce soit par les mélodies poignantes, les passages aériens, un Johnny Andrew impérial au chant ou encore les parties rageuses – sans jamais vous lasser malgré la longueur du titre. Tout est parfaitement construit et équilibré. Les morceaux s'enchaînent, alternant entre explosions incontrôlées comme sur « Sacrament » (avec des riffs à la fois tortueux et anxiogènes), notes plus douces fleurant le shoegaze (cf. le début de « Olive Tree ») mais aussi airs extrêmement accrocheurs et addictifs (de « Baptism » à « Funeral Teeth » en passant par « Sleeplessness »).

« I don't knoooow,
I don't knoooow,
Wheeere my spirit goooes. »

Impossible de se sortir ses paroles de la tête. Impossible aussi de pas être gagné par l'émotion et se laisser aller, battant vainement l'air de ses poings. La lumière et l'énergie dégagées par Clairvoyant changent au gré des minutes, prenant des teintes plus sombres et spectrales – tout en gardant l'aspect poétique ainsi que l’efficacité. Vous sentez une sorte de tension monter crescendo, éclatant sur les trois derniers titres magistraux – toujours bien mis en relief par une production organique qui surligne le sentiment d'urgence et l’apparente spontanéité de l'ensemble.

Pas loin de six ans après Resonate/Desperate, State Faults paraît en effet revenir victorieux, auréolé de lumière. Certes, le temps long fait préférer la période où son talent s’habillait d’une tristesse palpable, mais comment résister à ces nouveaux morceaux de joie, s’appropriant avec insolence les meilleures idées actuelles que le genre peut offrir ? Flirtant avec un black metal abrasif comme un sourire (« Planetary »), complexe sans devenir compliqué (la lourdeur du morceau-titre, gardant le dynamisme au cœur), Clairvoyant mérite son nom, avançant constamment la vérité dans les yeux, porteur d’une blancheur qui, malgré un style porté à la mélancolie, choisit la félicité aux larmes. Plus soigné que jamais, il serait pourtant injuste de définir State Faults comme un groupe de screamo pour ceux ne jurant que par Deafheaven et Pianos Become the Teeth. Car les Ricains gardent, dans les interstices, cette rudesse tendre qui est le fil rouge de leur discographie, une certaine âpreté dans le sentimental, décelable dans ces backing vocals crustillants, ces titres ciselés visant le haut sans raconter la montée. Une rage, une faim, qui continuent de rendre State Faults à part, finalement plus proche du screamo et du post hardcore des origines. Un autre bonheur, au sein d’un album qui en apporte définitivement beaucoup !

35 minutes qui défilent à vive allure, vous collant tantôt une mine béate tantôt les frissons. 35 minutes qui ne cessent de tourner sans même en prendre véritablement conscience. La formation arrive à vous happer avec des titres fédérateurs entrecoupés de sonorités plus aériennes et de courtes décharges de violence. L'envie vous gagne de vous débarrasser de votre vieille peau et du poids du passé afin d'avancer victorieux/ses en dépit des obstacles.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
State Faults
Screamo / (Post) Hardcore
2019 - No Sleep Records / Dog Knights Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
State Faults
State Faults
Screamo / (Post) Hardcore - 2010 - Etats-Unis
  

formats
  • Vinyl, Digital / 21/06/2019 - No Sleep Records, Dog Knights Productions

tracklist
01.   Dreamcatcher, Pt. II
02.   Planetary
03.   Moon Sign Gemini
04.   Sacrament
05.   Olive Tree
06.   Sleeplessness
07.   Clairvoyant
08.   Baptism
09.   Funeral Teeth
10.   Contaminature
11.   Cemetery Lights

Durée : 35 minutes

line up
parution
21 Juin 2019

voir aussi
State Faults
State Faults
Desolate Peaks

2012 - Tiny Engines
  
State Faults
State Faults
Resonate/Desperate

2013 - No Sleep Records
  

Essayez aussi
Encarsia / The Psyche Out Musikland Big Band
Encarsia / The Psyche Out Musikland Big Band
Split-CD (Split-CD)

2005 - Krawa Productions
  
Touché Amoré
Touché Amoré
Is Survived By

2013 - Deathwish Inc.
  
La Dispute
La Dispute
Rooms Of The House

2014 - Better Living / Staple Records
  
La Dispute
La Dispute
Somewhere At The Bottom Of The River Between Vega And Altair

2008 - No Sleep Records
  
La Dispute
La Dispute
Wildlife

2011 - No Sleep Records
  

Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique
Nova
Veniamo Dal Cielo
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
Helloween
Keepers of the Seven Keys p...
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Black Mold
Tales of Degradation (Démo)
Lire la chronique
RAM
The Throne Within
Lire la chronique
White Ward
Love Exchange Failure
Lire la chronique
Adversary
Forgotten Remains Of Death ...
Lire la chronique
Svart Crown
Wolves Among The Ashes
Lire la chronique
Leprophiliac
Caskets Of Flesh (Démo)
Lire la chronique
Nawaharjan
Lokabrenna
Lire la chronique
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
Ulcerot
Necuratu (Démo)
Lire la chronique
Etoile Filante
Magnum Opus Caelestis
Lire la chronique