chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vitriol - To Bathe From The Throat Of Cowardice

Chronique

Vitriol To Bathe From The Throat Of Cowardice
En matière de Death Brutal VITRIOL est probablement celui sur qui repose tous les espoirs d’un genre où de nouvelles têtes ont du mal à émerger, car si le nombre est présent la qualité en revanche laisse trop souvent à désirer. Ces dernières années rares sont celles qui effectivement ont réussi à marquer les esprits, et dans cet espace réduit le trio de l’Oregon est incontestablement celui qui est le plus attendu tant son court et redoutable EP (« Pain Will Define Their Death ») avait reçu un accueil général des plus élogieux. Après pratiquement deux années d’attente où celui-ci a enchaîné les concerts un peu partout le voici enfin avec ce premier long-format qui sur le papier a tout ce qu’il faut pour faire parler de lui. Car ayant depuis signé au sein de l’écurie Century Media il ne fait pas de doute que le label allemand va faire parler sa qualité de distribution habituelle, ainsi que sa promotion massive. Résultat pour ceux qui avaient raté leur précédente sortie on retrouve du coup ici les quatre morceaux qui la composait, accompagnés par six inédits plus pointus qui vont faire particulièrement mal.

En effet qu’elle est loin l’époque où les trois membres évoluaient dans un Deathcore de bas étage sans âme ni originalité, certes ici la musique reste d’un classicisme total mais elle a gagné en densité et en technique sans pour autant tomber dans le trop-plein et l’hermétisme. On va se rendre compte d’entrée que le combo est monté d’un cran en qualité d’écriture avec le monstrueux « Crowned In Retaliation » qui va poser les bases des nouveaux titres proposés ici, à savoir une grande variété des rythmes portée par de nombreuses cassures où l’ensemble écrase tout sur son passage. C’est une guerre totale auquel on a droit et d’où aucun survivant n’en réchappera tant le tabassage en règle sera la norme, qu’il soit en rafale par des blasts déchaînés comme en marteau-pilon pour les parties plus lentes et écrasantes où la double tapisse l’espace disponible de son empreinte. D’ailleurs comparé au court-format il faut bien avouer que la batterie sonne moins naturelle et surtout a été mise très en avant dans le mixage, permettant donc à Scott Walker d’exprimer tout son potentiel même si on aurait aimé entendre plus ses camarades dans ce mur sonore. Malgré cela ce démarrage est une totale réussite où toute la palette de jeu des mecs est exploitée à son maximum vu qu’ils arrivent à conserver un certain équilibre des tempos, le tout sans s’éterniser inutilement afin d’éviter la redondance. D’ailleurs la doublette « Legacy Of Contempt »/« I Drown Nightly » va expédier rapidement les affaires courantes tout en montrant deux facettes totalement différentes, vu que pour la première compo c’est la lourdeur qui est mise à l’honneur (sans pour autant oublier d’y joindre de la vitesse et de la fureur, qui se font cependant plus discrètes), proposant ainsi un mur sonore très hermétique où les quelques explosions furibardes tentent de le mettre à terre. Avec en prime un rendu très sombre là-aussi le bilan ici est plus qu’enthousiasmant, tout comme pour la seconde qui va être elle aussi de haute tenue, même si ici l’équilibre des forces se rétablit et trouve son paroxysme par un long et terrible solo qui éclaire cet océan de noirceur. D’ailleurs il faut saluer les passages en leads présents sur toute la longueur de ce « To Bath From The Throat Of Cowardice » qui amènent une vraie plus-value appréciable, et qui ne tombent pas comme un cheveu sur la soupe.

Pour éviter que l’obscurité présente ici ne paraisse encore plus hermétique à l’usage, les américains ont eu la présence d’esprit de miser de façon importante sur le grand-écart au niveau de l’emprise comme de l’entrain, il n’y a qu’à écouter le tortueux et oppressant « The Rope Calls You Brother » pour s’en rendre compte. Ici la l’explosivité est poussée à son maximum et on a l’impression par certains moments que ça frappe à mille à l’heure, comme à d’autres où la sensation de bridage est plus que présente, le tout porté par des longues plages instrumentales où chacune de ses deux extrémités peut ainsi s’exprimer complètement (grâce à une durée totale de six minutes), se chevauchant et s’équilibrant l’une après l’autre, renforçant ainsi ces sentiments d’oppression et de guerre totale. Ceci s’applique également au redoutable et plus brut « Hive Lungs » qui bien qu’étant plus condensé trouve là-encore le moyen de produire des passages à rallonges qui prennent l’auditeur en étau, et dont la pression globale se voit légèrement relâchée par un solo tentaculaire de haut niveau. Si le côté guerrier s’est exprimé sans discontinuer il trouve sur « A Gentle Gift » un écho particulier par ce début martial à la caisse claire qui prépare ainsi à une montée en pression tortueuse et rampante. C’est ce qui arrive par la suite avec une première moitié où ça fracasse fort et quasiment en permanence, avant que sur la deuxième un tank ne vienne ralentir l’allure tout en l’alourdissant, histoire de donner toujours une variété sans failles.

Si la production risque de faire débat comme évoqué plus haut la pochette également ne manquera pas diviser, car étant pourtant signée du vétéran Joe Petagno il faut bien avouer que ça n’est pas ce qu’il a fait de mieux durant sa longue et prolifique carrière. Mais ceci n’est qu’un défaut mineur car on reste happé en permanence par la précision chirurgicale de la bande qui ne faiblit jamais en intensité comme en fluidité, malgré une technique très poussée et un style particulièrement casse-gueule. Impressionnants d’aisance aussi bien sur leurs instruments qu’au niveau des voix les gars réussissent le tour de force de redonner ses lettres de noblesse à un genre qui au pays de l’oncle Sam avait perdu en intérêt depuis quelques années (liée notamment à la baisse relative de la qualité des récentes livraisons de NILE, et dans une moindre mesure d’HATE ETERNAL). Donnant la sensation qu’ils en ont encore gardé en réserve ceux-ci réussissent en tout cas haut la main l’exercice du passage vers l’album complet et se placent dorénavant dans le haut du panier d’outre-Atlantique, et ça n’est d’ailleurs pas pour rien qu’ils tourneront en Europe avec ces deux géants prochainement. Attention d’ailleurs pour les entités de Karl Sanders et Erik Rutan de ne pas se faire voler la vedette durant cette tournée par ces petits jeunes qui montent et incarnent incontestablement la relève, et qui verra peut-être un passage de témoin auprès de ces maîtres incontestés et incontestables qui sait ? Ce qui est sûr c’est que l’avenir est bien parti pour leur appartenir, à Kyle Rasmussen et ses acolytes d’en faire dorénavant bon usage, de la meilleure manière qui soit évidemment !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

fufupue citer
fufupue
07/10/2019 10:34
Vu la semaine dernière lors de la tournée avec Nile & Hate Eternal. Et effectivement je trouve que ces 2 derniers se sont fait voler la vedette tant la prestation de Vitriol a été intense, violente et technique. Total respect à ces 2 monstres sacrés, mais Hate Eternal était en pilotage automatique et Nile … Dallas stp reviens!!!
snort64 citer
snort64
07/10/2019 09:26
note: 9/10
Difficile pour moi de critiquer cet album, tant tout ce qu'il contient et tout ce que j'aime dans le genre du BDM
Une production opaque mais équilibrée, un jeu technique sans démonstration, viscéral sans jamais être caricatural...
Un des albums de l'année clairement !
Ander citer
Ander
30/09/2019 16:25
note: 6/10
Idem que Keyser, cette production et ce mix sont tellement handicapant que j'arrive pas vraiment à rentrer dedans...

Je sentais qu'il allait se passer quelque chose de négative avec cette signature sur une grosse major, ça à pas louper!

C'est con parce que les nouveaux titres ma paraissent d'un niveau équivalent voir supérieur aux anciens (Victim et Violence, A Worthy Truth ont pris un petit coup de vieux je trouve ou alors se glissent moins bien que les deux autres) mais si le groupe persiste avec ce genre de son à l'avenir, don't count me in... :/
Keyser citer
Keyser
10/09/2019 08:34
Perso, j'arrive toujours pas à passer outre le son de batterie abominablement synthétique. Ça me gâche l'écoute, même sur les morceaux repris de l'EP que j'adorais. Pourtant les nouvelles compos déboîtent tout autant. Du coup, déception pour l'instant ...
Chri$ citer
Chri$
09/09/2019 21:30
note: 9/10
The next big thing.
Sans pitié, sans répit, un plaisir, éprouvant à écouter (44mn c'est long) mais un plaisir quand même.
Je trouve Vitriol plus digeste qu'Hate Eternal (tout ce qui est post-I Monarch en tout cas), et comme ces derniers me donnent du mal avec leurs récentes productions, bien que j'adore le style, je pense avoir enfin trouver de quoi compenser.
Pour finir, leur exposition médiatique grâce à Century Media est une très bonne chose et je leur souhaite une belle carrière que je suivrai de près.
Bras Cassé citer
Bras Cassé
09/09/2019 18:32
Ca dépote! Je trouve ça très bon. Par contre, la pochette n’est pas plus moche que ce que la scène death sort ces derniers temps.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vitriol
Brutal Death
2019 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8.2/10
Webzines : (4)  7.74/10

plus d'infos sur
Vitriol
Vitriol
Brutal Death - 2013 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Parting Of A Neck
02.   Crowned In Retaliation
03.   Legacy Of Contempt
04.   I Drown Nightly
05.   The Rope Calls You Brother
06.   A Gentle Gift
07.   Violence, A Worthy Truth
08.   Victim
09.   Hive Lungs
10.   Pain Will Define Their Death

Durée : 45 minutes

line up
parution
6 Septembre 2019

voir aussi
Vitriol
Vitriol
Pain Will Define Their Death (EP)

2018 - Everlasting Spew Records
  

Essayez aussi
Krisiun
Krisiun
Works Of Carnage

2003 - Century Media Records
  
Baalsebub
Baalsebub
Procedure Of Emasculation (EP)

2015 - Ungodly Ruins Productions
  
Sarpanitum
Sarpanitum
Blessed Be My Brothers

2015 - Willowtip Records
  
Abhorrent
Abhorrent
Intransigence

2015 - Willowtip Records
  
Devourment
Devourment
Butcher The Weak (re-release)

2006 - Brutal Bands
  

Album de l'année
Déception de l'année
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique
Dauþuz
Grubenfall 1727 (EP)
Lire la chronique
Mercyful Fate
In The Shadows
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Alcest
Spiritual Instinct
Lire la chronique
Carcinoid / Charnel Altar
Carcinoid​ / ​Charnel Altar...
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast
Helloween
Chameleon
Lire la chronique
Fides Inversa
Historia Nocturna
Lire la chronique
Screamer
Highway of Heroes
Lire la chronique
Perdition Temple
Sacraments Of Descension
Lire la chronique
Triptykon
Requiem (Live) (Live at Roa...
Lire la chronique