chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Imperial Cult - Spasm of Light

Chronique

Imperial Cult Spasm of Light
2019, IMPERIAL CULT sort son premier album. Mais ce n’est pas un album vraiment banal. C’est plutôt une expérience puisqu’un seul titre le compose, long de 34 minutes. Un exercice qui a déjà été tenté par d’autres, mais qui est toujours dangereux, avec des handicaps clairs dès le début, et ils n’ont pas vraiment été évités ici non plus...

IMPERIAL CULT est un groupe venu des Pays-Bas, formé en 2016 par René Aquiarius, batteur de DOSSIER NEGRO, SNEEZING PUS ou encore DUNGEÖNHAMMER, par Omar, guitariste chez TURIA, NUSQUAMA, GALG et ISKANDR, et enfin par T, chanteur qui a la particularité d’être une chanteuse. Oui, oui, je dis « particularité » parce qu’à aucun moment son timbre ne trahit son sexe. C’est simple, je ne l’avais pas remarqué avant de voir la biographie. Elle aussi officie chez TURIA et NUSQUAMA, montrant ainsi à quel point elle s’entend comme larron en foire avec Omar.

René, Omar et T se font ici créditer sous leurs initiales : R, O et T. Lettres qui mises ensembles donnent ROT... Une petite anecdote bien inutile, j’en conviens. Et donc, IMPERIAL CULT s’est lancé dans l’écriture d’un album avec une seule piste, un véritable morceau qui s’étire, qui s’allonge, qui se déroule sur 34 minutes. Et si l’on a toujours envie de respecter l’approche et le challenge que cela représente, on ne peut pas nier que l’auditeur aura du mal à revenir vers ce genre de titres. Moi, j’ai du mal. Alors même que je sais que la durée est inférieure à la plupart des albums « normaux », j’ai l’impression que je me lance dans quelque chose de très long, quelle que soit la qualité de la musique. « Meeeerde, je suis sur le point de me farcir une demi-heure du MÊME morceau ! ». Parce que c’est rare que ce genre de compositions arrive à maintenir l’intérêt et à justifier la longueur.

Alors voyons… Eh bien Spasm of Light commence assez fort, avec un black metal dévastateur, cauchemardesque, véritable interprétation musicale de l’Apocalypse. Rythme soutenu et vocaux enragés. On est dans du black metal sans concession qui vous ronge de l’intérieur. Génial. Mais ça continue comme ça sans pratiquement aucune variation jusqu’à la 16ème minute ! Alors qu’au bout de 6 ou 7 on commençait à fatiguer de la répétition excessive, c’est carrément 16 minutes ! Et là, on a un break, qui fait enfin varier les ambiances. Qui vient enfin nous rassurer que ce ne serait pas pendant 30 minutes la même chose répétée à l’infini. Ça commençait vraiment à tourner en rond. On pousse un ouf, mais ce passage dure lui aussi un peu longtemps : 4 minutes de tranquillité. Et vers la vingtième minute, les hostilités repartent. J’aime bien cette partie, qui revient crescendo, qui remet de l’agressivité avec une tension très palpable. L’explosion est belle et se meurt à la 28ème minute. Il en reste plus de 5, elles seront ambiant, atterrissage très en douceur qui saura calmer, bercer, endormir. 2 auraient suffi…

Et donc, sachant que les 34 minutes se divisent ainsi en 4 grandes parties, je n’ai plus envie de l’écouter. Je n’ai pas envie de me relancer dans cette pièce qui est longue sans raison. Respect, mais pas de rappel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Imperial Cult
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Imperial Cult
Imperial Cult
Black Metal - 2016 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Spasm of Light

Durée : 33:57

parution
22 Août 2019

Essayez plutôt
Serment
Serment
Chante, O Flamme de la Liberté

2020 - Sepulchral Productions
  
Seher
Seher
Nachzehrer

2016 - Totenmusik
  
Moenen Of Xezbeth
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)

2017 - Indépendant / Darkness Attack Records
  
Hats Barn
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)

2018 - Ogmios Underground
  
Evohé
Evohé
Tellus Mater

2005 - Oaken Shield
  

Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique