chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
152 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Entombed A.D. - Bowels Of Earth

Chronique

Entombed A.D. Bowels Of Earth
Ces dernières années on a vu l’émergence d’un grand nombre de formations dissidentes qui sont nées suite à des querelles internes entre ses membres, que ce soit pour des raisons musicales, financières ou d’égos… en tout cas la tendance ne semble pas prête de s’arrêter. Si les exemples les plus connus concernent RHAPSODY et GORGOROTH, ENTOMBED n’a pas non plus été épargné par cette "mode", puisque désormais deux entités distinctes coexistent séparément. Si le nom original a été attribué par la justice suédoise aux historiques Alex Hellid, Ulf Cederlund et Nicke Andersson, ceux-ci n’ont pour l’instant pas sorti grand-chose de neuf (juste un EP de deux titres en début d’année) et semblent actuellement plutôt vivre sur leur passé glorieux et certainement révolu. Tout le contraire de leur ancien chanteur qui flanqué notamment de membres étant présents sur le très mitigé « Serpent Saints – The Ten Amendments » (2007), se montrent eux bien plus productifs, car ce nouvel opus est déjà le troisième de cette mouture concurrente où est venu se greffer comme titulaire le guitariste brésilien Guilherme Miranda jusqu’à présent dévolu uniquement aux concerts.

Si les deux premiers albums d’ENTOMBED A.D. (« Back To The Front » et « Dead Dawn) n’ont pas marqué les esprits ils ont au moins eu le mérite d’amener de la nouveauté chez des vétérans qui n’ont plus rien à prouver. C’est bien d’ailleurs la seule chose positive qu’on peut leur signaler, car pour le reste ce cru 2019 va être du même niveau que les précédents, les mecs se contentant une fois encore de réciter tranquillement leurs gammes et de faire le métier sans prendre de risques, mais aussi en tournant trop fréquemment en pilotage automatique. Du coup on se retrouve en présence d’un disque agréable et sympathique mais qui s’oublie totalement dès qu’on en est arrivé au bout, il faut dire que dès les premières notes de « Torment Remains » on s’aperçoit que malgré l’entrain et la variété proposée par le quatuor il manque un truc pour être totalement scotché. On ne saurait dire si c’est la sensation d’avoir déjà entendu des milliers de fois auparavant ces mêmes riffs et plans menés tambour battant qui amènent une certaine lassitude, ou bien si c’est l’écriture qui est moins inspirée qu’auparavant … toujours est-il qu’on reste sur sa faim même s’il n’y a pas grand-chose à reprocher à ce titre d’ouverture. C’est fluide et bien exécuté, l’entrain y est présent mais il y’a peu de chances qu’on y revienne plus tard, et cela sera le crédo de la suite qui va osciller entre passages basiques et appréciables, et d’autres plus redondants et linéaires.

Car plus on va avancer dans l’écoute et plus l’ensemble va finir par tourner à vide, si « Elimination » tient encore la route par sa vitesse et son long solo bien troussé, c’est également le cas de « Hell Is My Home » qui ne débande pratiquement du début à la fin (seulement interrompu par un passage central plus lent) ainsi que pour le remuant et posé « Bowels Of Earth » qui montre une facette différente où ses géniteurs devraient plus creuser. En effet dès qu’ils se décident à lever le pied de façon plus régulière en utilisant ainsi plus fréquemment le mid-tempo, l’ensemble se montre de suite beaucoup plus efficace et y gagne en puissance comme en accroche. Mais une fois entamé le second tiers de cette galette les choses vont peu à peu s’enliser avec les répétitifs et dépouillés « Bourbon Nightmare », « Fit For A King » et « Worlds Apart » qui donnent l’impression d’avoir été écrits et mis en boîte en quelques minutes à peine, histoire de rentabiliser au maximum les frais de studio. Rien de raté certes mais ça se montre trop primitif et linéaire pour être intéressant, ce qui finit par amener à un décrochage progressif qui intervient malheureusement assez tôt. Heureusement la troisième et ultime partie va se faire plus appliquée, permettant donc de retrouver une attention plus pointue chez l’auditeur à défaut là-encore d’atteindre des sommets musicaux, comme avec « Through The Eyes Of The Gods » plus travaillé que ce qui a été proposé jusque-là et qui redonne un certain intérêt à l’ensemble. Sentiment conforté avec l’excellente et étonnante reprise de Hank Williams (« I’ll Never Get Out Of This World Alive ») jouée à cent à l’heure et au côté Punk fort agréable, qui permet de rendre à la fois hommage à un artiste quelque peu oublié aujourd’hui tout en lâchant les chevaux de manière inspirée… bref tel qu’on aurait aimé entendre la bande plus fréquemment. « To Eternal Night » conclut lui de la meilleure des manières ce long-format en proposant un panachage de toute la palette technique des suédois où blasts énergiques et parties plus lentes se mélangent allègrement et sans soucis, tout en voyant l’apparition de moments intermédiaires qui passent tout seuls de façon agréable, et font là-encore regretter que les scandinaves ne se soient pas plus foulés auparavant.

On sent bien en effet que quand ils prennent la peine de se sortir les doigts du cul ils arrivent encore à pondre d’excellentes compos qui font mouche, et cela est franchement regrettable tant on aurait aimé les entendre sur une période plus longue qu’ici. Joué et enregistré sans pression et à la cool on a l’impression qu’ils n’ont plus envie de se prendre la tête préférant dorénavant raccourcir le processus de composition au maximum. Mais si l’intention est louable encore faudrait-il que le résultat soit à la hauteur et ça n’est pas le cas tant ça se montre franchement déséquilibré, et pour des personnes expérimentées comme eux ce rendu est vraiment limite. Etant d’une prévisibilité à toute épreuve cette réalisation est surtout victime de ses baisses de régimes, et même si par la suite ça repart de meilleure façon ça n’arrive jamais à captiver plus que cela, d’autant que le manque de morceaux forts se fait trop rapidement sentir au sein de cette masse uniforme. Autant dire qu’il fait peu de doutes qu’on retournera vite fait écouter les anciennes sorties du combo époque 90-2000, là où son attractivité était plus que présente et complétée par de nombreux classiques. Si le rendu aurait pu être une catastrophe sans nom à l’instar de ce que proposent dorénavant Luca Turilli ou Infernus, il n’en reste pas moins que sans en être arrivé là il faudra faire preuve de plus de travail et de recherche la prochaine fois pour que le quatuor retrouve un semblant d’intérêt. Bref tout cela confirme que l’alchimie et l’osmose qui règne au sein d’un collectif peut très rapidement s’évaporer, et qu’il suffit du départ d’une ou plusieurs personnes pour qu’elle ne revienne jamais, et ce quel que soit la qualité du ou des remplaçant(s)… chose qui malheureusement est le cas ici malgré le pedigree des titulaires actuels, même s’ils ne déméritent pas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
25/09/2019 11:11
Le 1er album était poussif, j'ai esquivé le second. Bien accroché à celui là, aucune surprise mais les compos sont sympas! Par contre tout comme Mitch, Petrov a tendance à me fatiguer à la longue.
Mitch citer
Mitch
19/09/2019 14:28
note: 7/10
La courbe "swedeath" est au plus bas cette année, pas grand chose à se mettre sous la dent (et ce n'est pas le prochain Entrails qui va rebooster la chose). Forcément on fera moins la fine bouche.
sinederriepohr citer
sinederriepohr
19/09/2019 11:19
Comme dab depuis belle lurette, il ne se passe pas grand chose dans ce skeud (ok je ne l'ai écouté qu'une fois...). Mais aucune envie de reviens-y, c'est fade, comme d'ailleurs toutes leurs sorties depuis... oh purée, j'ai oublié tellement c'est vieux. Bon, y reste les gigs, qui eux sont tjrs sympas !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
19/09/2019 06:32
Mitch a écrit : Comme le lapinou (et oui Firespawn pshitt).

Je m'attendais à une purge et finalement la galette possède un sacré groove.
Par contre le chant de pépé-bourré Lars me fatigue à la longue.


Ça m'a étonné par contre : Zoltar n'accroche pas :/ ? Il vieillit Gros sourire :P

En tous cas une chose est sûre : l'album divise....
Mitch citer
Mitch
17/09/2019 11:11
note: 7/10
Comme le lapinou (et oui Firespawn pshitt).

Je m'attendais à une purge et finalement la galette possède un sacré groove.
Par contre le chant de pépé-bourré Lars me fatigue à la longue.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
16/09/2019 23:31
Bien plus enthousiaste de ce côté ci de l'écran. On sent une vraie jubilation sur cet album qui enterre sans problème le dernier Firespawn. Une vraie bonne surprise, qu'on n'attendait plus !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Entombed A.D.
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (4)  8.42/10

plus d'infos sur
Entombed A.D.
Entombed A.D.
Swedeath - 2014 - Suède
  

tracklist
01.   Torment Remains
02.   Elimination
03.   Hell Is My Home
04.   Bowels Of Earth
05.   Bourbon Nightmare
06.   Fit For A King
07.   Worlds Apart
08.   Through The Eyes Of The Gods
09.   I’ll Never Get Out Of This World Alive (Hank Williams Cover)
10.   To Eternal Night

Durée : 40 minutes

line up
parution
30 Août 2019

Essayez plutôt
Befouled
Befouled
Refuse To Rot

2018 - Great Dane Records
  
Feral
Feral
From The Mortuary (EP)

2016 - Cyclone Empire Records
  
Feral
Feral
Flesh For Funerals Eternal

2018 - Transcending Obscurity
  

Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast
Bethlehem
Lebe Dich Leer
Lire la chronique
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
The Negative Bias
Narcissus Rising
Lire la chronique
Abysmal Grief
Blasphema Secta
Lire la chronique
Bastard Grave
What Lies Beyond
Lire la chronique
NONE # 1 - PATHOLOGY - Reborn to Kill
Lire le podcast
Sarcasm
Esoteric Tales Of The Unserene
Lire la chronique