chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
198 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Disillusion - The Liberation

Chronique

Disillusion The Liberation
C'était avec une forme d'appréhension que j'attendais ce The Liberation. Car DISILLUSION, c'était un groupe qui m'avait fait l'effet d'une baffe... Disons plutôt deux baffes ! La première, lorsqu'en 2011 je le prends sans trop savoir à quoi m'attendre, et que, au hasard du baladeur mp3, le titre Back to Times of Splendor se lance. Repeat, repeat... Une boucle incroyable dans laquelle je décrypte tout. La deuxième baffe, lorsque je l'avais redécouvert un dimanche après-midi, au cœur de l'ennui et de la solitude. C'était un coup de cœur renouvelé, qui m'accompagnait de plus belle, jour après jour, et distillait une mélancolie automnale.
Disillusion, c'est pour moi un groupe de la nostalgie et du temps révolu. Un Back to Times of Splendor sorti en 2004, dans un style de MeloDeath bien ancré dans son époque, le tout sous une forme Prog audacieuse et orchestrale qui en a laissé plus d'un sur le carreau.
C'est pour moi un deuxième album aux bonnes intentions, mais difficile à digérer. Je n'aime simplement pas la tournure du deuxième disque, où le groupe allemand tente de nouvelles expériences, mais qui délaisse ce qui m'avait plu chez eux : la grandeur, voire la grandiloquence, le côté « over the top » de leur musique.

C'est donc avec plein de doutes que j'ai lancé The Liberation pour la première fois. Treize ans après Gloria, et avec un line-up totalement différent. Époque différente, groupe différent, mais une volonté de renouer avec leurs anciennes amours après plusieurs années de hiatus... Qu'en est-il, à l'arrivée ?

Il faut avant tout saluer la production. Car si Back to Times of Splendor a divisé, c'est notamment pour un son parfois confus et compressé, rendant assez mal les moments intenses à grands renforts de pistes orchestrales et de guitares Melodic Death. Ici, rien de tout ça. Car si tu lances « The Great Unknown », tu comprends qu'on est dans du sacré niveau. À la manière d'un « Fall », ce titre se veut rentre dedans, MeloDeath dans l'âme avec ce riffing très marqué années 2000. Pourtant, sans que l'on y prenne garde, ça s'envole, et se dirige vers des horizons plus vastes que ce dont on avait pas l'habitude. Ce traitement des arrangements et l'utilisation d'un espace sonore très vaste se retrouve dans « Wintertide », pièce d'ouverture qui prend son temps sur douze minutes, et ramène aux grandes heures de Back to Times of Splendor en terme de Prog élégant qui sait reposer son auditeur. C'est une invitation à l'introspection, au voyage : donc exit la prod agressive du premier album, on est là sur un son plus léché, plus net, plus poli. En résulte une musique forte et sans bavure, mais qui dévoile des nuances bien agréables au cœur d'une tempête maîtrisée, nous conduisant à ne faire qu'un avec nous même.
Dans le même ordre d'idée, le deuxième grand axe du disque, à savoir le titre éponyme « The Liberation », joue des coudes en terme de signatures rythmiques, et plaira énormément à ceux qui ont apprécié le premier méfait des allemands – ainsi qu'à ceux qui ne connaissent pas le groupe, car on retrouve un peu du PERSEFONE là-dedans ! L'orchestration ainsi que les chœurs ajoutent à la grandeur et, avec cette batterie aux multiples rythmes, on se retrouve à embarquer entièrement dans cette composition riche et bien amenée. Mention spéciale au chanteur qui, sans surprise, livre une interprétation qui vise juste.

Mais si la musique a gagné en finesse, niveau compositions, je ne serais pas aussi élogieux. Le son étant impeccable, est-ce que l'écriture est également un sans-faute ?
Sachez que, pour moi, Back to Times of Splendor souffrait de moments bien « ventre mou », surtout sur le titre final que je trouvais trop long. Hélas, The Liberation m'a également ennuyé à plusieurs instants.
D'abord, il y a « Time to Let go », un morceau assez standard, ni bon ni mauvais, mais qui laisse un sentiment de déjà entendu ailleurs. Ça, c'est le moins gênant, parce que je le laisse tourner, je reste dedans. Là où j'ai du mal à résister à l'envie de passer le morceau ou de changer de disque, c'est quand des phases atmosphériques ou d'ambiance sont beaucoup trop longues et nuisent soit à la structure du morceau, soit à la structure complète du disque.
Ce cas de morceau qui fait buter le disque, c'est « A Shimmer in the Darkest Sea ». Tempo assez lent, peu de mouvement : ça se joue comme moment de transition sur sept minutes, qui tente le registre solennel. J'ai toujours du mal avec ce genre de morceaux, car ils peuvent souvent plomber le rythme. « The Great Unknown », le titre précédent, nous a justement conduits du MeloDeath vers l'accalmie, et retomber derrière sur un morceau aussi grave misant sur l'atmosphère et les arrangements, pour moi on perd en efficacité, et c'est dommage. Ça me fait l'effet d'un flottement automatique, là où j'aurais bien apprécié que, après la monté amorcée à la quatrième minute du titre, le groupe en vienne aux mains, en mode parpaing dans le bide... Hélas, ça ne vient pas.

Mais quand l'énergie vient enfin, ce n'est pas forcément pour un résultat décoiffant. Et là, je vais devoir évoquer le dernier acte, l'ultime moment pour le groupe de montrer tout ce qu'il a et de nous en mettre plein les oreilles : « The Mountain ».
Eh bien ça peine à monter, je trouve que l'intro prend trop de temps, et qu'on replonge dans les travers de « A Shimmer in the Darkest Sea » : ça ne décolle jamais véritablement, ça reste assez statique. J'oserais dire que ça m'évoque là le OPETH qui me fait lâcher prise, quand justement on est sur des éléments moins audacieux, quand la créativité a laissé place à des moments où tout passe par les arrangements et les ambiances. Autrement dit, je ne me sens pas investi, et je lâche prise assez rapidement. Surtout à partir de la quatrième minute, on part sur quasiment deux minutes de langueur, puis ça grimpe très, très mollement jusqu'à un solo à 10:06 qui est bon seulement car je l'ai péniblement attendu. Six minutes d'errance pour qu'enfin je me sente m'envoler... Oui, c'est réussi, mais est-ce que je vais relancer ce morceau pour m'imposer ce laps de temps très long pour un solo qui fait le taff sans être exceptionnel ?

Et c'est sur ça que me laisse The Liberation, cette question en suspens, cette amertume finale : vais-je relancer le disque fréquemment ? On touche là à quelque chose de personnel et, bien sûr, je pense que des personnes appréciant le Prog très orienté ambient vont trouver là un disque aux grandes qualités. Et c'est indéniable : Disillusion propose ici un travail soigné, avec un son quasi-parfait. Aucune fausse note dans les arrangements, le mix est impeccable. Objectivement, ce disque tient la dragée haute. Pour ce qui est des compositions, tout dépendra de vous.
De mon côté, la faible teneur en riffs marquants, la présence majoritaire du tempo calme et des nappes voluptueuses, le fait que le MeloDeath soit aussi rare et le manque de moments d'audaces turbulentes, tout ceci me fait lâcher prise, et me dire que Disillusion s'est drastiquement calmé.

Un disque mature pour des compositions mesurées, posées.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
08/10/2019 22:42
note: 7/10
C'est pour ça que je dis : "Objectivement, ce disque tient la dragée haute. Pour ce qui est des compositions, tout dépendra de vous."

Je reconnais les qualités du disque, je ne dis pas que c'est mauvais, mais que ça ne m'atteint pas et que, si on cherche les mêmes éléments que moi, on risque de pas être totalement dedans.
Bien sûr que chacun peut y trouver son compte Clin d'oeil
Johnjohn citer
Johnjohn
08/10/2019 19:21
note: 8.5/10
Bonne chronique, mais j'ai plus apprécié que toi manifestement. Toujours séduit par le boulot immense sur les arrangements, le travail d'écriture (y compris les paroles d'ailleurs)... J'y entends une suite directe à "Back to times...", mais en plus mélancolique, et surement pas en moins beau.

Je ne lui mets "que" 8.5 parce que je trouve comme toi que la fin est un peu mollassonne, et que mon niveau d'exigence vis-à-vis de Disillusion m'empêche de me satisfaire d'une fin un peu molle.

Les pistes 2,3,4... Quelles merveilles.
MoM citer
MoM
08/10/2019 06:43
note: 7/10
Versé dans le Prog, je le suis, mais j'ai mes propres attentes dans le genre.
Du coup, je n'ai même pas imaginé tester le dernier Leprous : je n'aime pas Leprous Gros sourire

Par exemple, The Odious, j'ai vraiment aimé, et ça, c'est quand même bien orienté Prog Clin d'oeil Mais rien à voir avec Disillusion. Et je le dis : l'album est objectivement très bien. Ce qui fait que je donne sept sont des éléments subjectifs - mais j'estime que la chronique, c'est du subjectif de toute façon Clin d'oeil
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
07/10/2019 23:55
Il faut sans doute être plus versé dans le Prog pour l'apprécier oui.
8.75 pour moi.
N'essaye pas le dernier Leprous: il est encore plus calme et beau Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Disillusion
Progressive Melodic Death Metal
2019 - Prophecy Productions
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (4)  7.88/10

plus d'infos sur
Disillusion
Disillusion
Progressive Melodic Death Metal - 1994 - Allemagne
  

tracklist
01.   In Waking Hours  (02:04)
02.   Wintertide  (12:36)
03.   The Great Unknown  (05:50)
04.   A Shimmer in the Darkest Sea  (07:14)
05.   The Liberation  (11:55)
06.   Time to Let Go  (05:42)
07.   The Mountain  (12:18)

Durée : 57:39

line up
voir aussi
Disillusion
Disillusion
Back to Times of Splendor

2004 - Metal Blade Records
  
Disillusion
Disillusion
Gloria

2006 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Novembers Doom
Novembers Doom
Hamartia

2017 - The End Records
  
Krimh
Krimh
Gedankenkarussell

2017 - Autoproduction
  

A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique
Malignant Altar
Retribution Of Jealous Gods...
Lire la chronique
The Kryptik
When The Shadows Rise
Lire la chronique
And Now The Owls Are Smiling
The Comforting Grip of Misery
Lire la chronique
Gruzja
Jeszcze Nie Mamy Na Was Pom...
Lire la chronique
Mortiferum
Disgorged From Psychotic De...
Lire la chronique
USE YOUR COLLUSION TOUR
Downcast Collision + Gwar +...
Lire le live report
L'aigle n'est pas réservé aux NAZIS !!!
Lire le podcast
Obsidian Dawn
Echoes Of A New Dawn (EP)
Lire la chronique
Asphodèle
Jours Pâles
Lire la chronique
Dawn Ray'd + False
Lire le live report
Rorcal
Muladona
Lire la chronique