chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
126 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Úlfarr - Hate & Terror - The Rise Of Pure Evil

Chronique

Úlfarr Hate & Terror - The Rise Of Pure Evil
Formation anglaise originaire du comté de Cumbria, Úlfarr est à la base un projet solo de monsieur Paul Gibson (Thy Dying Light, Nefarious Dusk, Atra Mors, Baalberith, Helvellyn et quelques autres encore). Formé en 2011, le groupe est rejoint dès 2013 par plusieurs autres membres dont les trois quart finiront finalement par quitter le navire peu de temps après. Un souci d’effectif qui explique peut-être en partie ce long silence radio (le groupe n’avait plus rien sorti depuis 2014) même si la quantité de projets dans lesquels est impliqué Paul Gibson reste très certainement la raison principale.
Quoi qu’il en soit, après une série de démos (trois au total) et autres sorties à l’intérêt relativement limité (un split en compagnie de Hrafnblóð ainsi que deux albums live parus tous les deux en 2014), Úlfarr reprend aujourd’hui du service avec la sortie sur Worship Tapes (cassette) et Purity Through Fire (CD) d’un EP intitulé Hate & Terror - The Rise Of Pure Evil. À en croire Metal Archives, le seul rescapé de ces nombreuses défections évoquées plus haut serait un certain Afallach (Úir) préposé depuis 2014 à la guitare et au chant. Sauf qu’à la lecture des informations disponibles, Dominus (aka Paul Gibson) reste le seul musicien crédité à la composition et à l’exécution de ces nouveaux morceaux si l’on fait l’exception de cette boîte à rythmes programmée par un certain Skoth.

Divisé en six parties, ce disque de vingt-huit minutes s’attache à produire un Black Metal authentique à la fibre Rock’n’Roll pour le moins évidente (notamment dans ces breaks brise-nuque où l’auditeur aura bien du mal à ne pas dodeliner de la caboche et à taper du pied). Sans grande originalité mais avec toutefois pas mal d’efficacité, le projet anglais marche ainsi dans les pas de formations telles que Horna, Urgehal, Darkthrone, Sargeist, Craft ou One Tail, One Head. Alors il est évident que l’ensemble manque cruellement de personnalité mais à vrai dire, ce n’est pas ce que l’on recherche en premier lieu lorsque l’on s’enfile volontairement un disque arborant un tel artwork. En effet, il n’y a là aucune entourloupe de la part d’Úlfarr dont le Black Metal rétrograde et primitif éveillera à n’en point douter vos instincts les plus primitifs.
Taillés pour l’efficacité, les riffs dispensés par Paul Gibson ont pour eux cette immédiateté qui les rend d’emblée extrêmement sympathiques. La formule, d’une simplicité confondante, se base systématiquement sur le même modèle à savoir une succession d’attaques plus ou moins frontales à base de trémolo froids et décharnés et de blasts rachitiques ("Part I" et "Part VI" menés tous les deux à tombeau ouvert, la première partie explosive de "Part II" et tous ces autres moments que l’on peut trouver sur le reste des titres de l’album) auxquelles vont venir se succéder des titres plus entêtants ("Part V") ou plus généralement des ralentissements toujours très efficaces rappelant le Darkthrone plus Rock’n’Roll de la deuxième moitié des années 90 mais aussi énormément un certain One Tail, One Head aujourd’hui disparu ("Part I" à 2:29, "Part II" à 1:24 , cette séquence entamée à 1:35 par un "Uh" sur le très bon "Part III"). Du riff à trois notes d’obédience scandinave (Norvège et Finlande), des patterns de batterie répétitifs hérités notamment de la scène Punk (ces longues séquences de tchouka-tchouka entêtantes...), une ambiance à l’ancienne et une production plutôt naturelle (même pour cette boite à rythmes qui fait plutôt bien illusion pour le peu qu’on lui demande), voilà ce que l’on trouve tout au long de ces vingt-huit minutes sans grande originalité mais qui ont pour elles ce côté à la fois efficace et particulièrement immédiat.

Loin de figurer sur la liste des indispensables de cette année, ce premier album d’Úlfarr offre tout de même de très bons moments pour qui apprécie de genre de Black’n’Roll empruntant aussi bien à la scène norvégienne que finlandaise. Bien entendu personne n’ira crier au génie mais de toute façon ce n’est clairement pas ce que recherche ici Paul Gibson qui, en grand amateur de One Tail, One Head, Darkthrone et tous les groupes cités plus haut, n’a qu’un seul but en tête : se faire plaisir à jouer ce qu’il aime. Pour le coup, on sent que l'Anglais est parfaitement à son aise tout au long de ces vingt-huit petites minutes pendant lesquelles vous n’aurez de toute façon pas le temps de vous ennuyer. Composé et exécuté avec efficacité, voilà un premier album suffisamment solide pour compenser son manque avéré de personnalité. Ce qui en soit est déjà pas trop mal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Úlfarr
Black Metal
2019 - Purity Through Fire
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Úlfarr
Úlfarr
Black Metal - 2011 - Royaume-Uni
  

écoutez
tracklist
01.   Part I  (05:59)
02.   Part II  (04:50)
03.   Part III  (03:26)
04.   Part IV  (05:18)
05.   Part V  (03:41)
06.   Part VI  (05:10)

Durée : 28:24

line up
parution
31 Octobre 2019

Essayez aussi
Praeda
Praeda
Eden... Hele

2003 - Sacral Productions
  
Haemoth
Haemoth
In Nomine Odium

2011 - Debemur Morti Productions
  
True Black Dawn
True Black Dawn
Come The Colorless Dawn

2016 - World Terror Committee Records
  
Beherit
Beherit
Drawing Down The Moon

1993 - Spinefarm Records
  
Asmund
Asmund
Песнь крови (EP)

2014 - Der Schwarze Tod
  

Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique
Malignant Altar
Retribution Of Jealous Gods...
Lire la chronique
The Kryptik
When The Shadows Rise
Lire la chronique
And Now The Owls Are Smiling
The Comforting Grip of Misery
Lire la chronique
Gruzja
Jeszcze Nie Mamy Na Was Pom...
Lire la chronique
Mortiferum
Disgorged From Psychotic De...
Lire la chronique
USE YOUR COLLUSION TOUR
Downcast Collision + Gwar +...
Lire le live report