chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gruzja - Jeszcze Nie Mamy Na Was Pomysłu

Chronique

Gruzja Jeszcze Nie Mamy Na Was Pomysłu
Deux albums à huit mois d'intervalle, c'est rare. Enfin, rare... Disons plutôt qu'il est difficile de rester constant dans la qualité quand on est aussi productif. Les exemples ne manquent pas, les contre-exemples sont bien plus rares. D'ordinaire méfiant, j'ai pourtant choisi d'accorder toute ma confiance à Gruzja. Une fois n'est pas coutume.

Il faut dire que ces fieffés coquins ont su me surprendre. Remontons quelques mois en arrière : le groupe sort de nulle part, aucun line-up annoncé clairement, se paie le luxe d'une signature chez Godz Ov War pour accoucher d'un disque fantastique, "I iść dalej", une vraie madeleine de Proust (au goût amer, certes) pour les galériens ayant connu les longs week-end d'ennui au milieu d'une jungle de béton. Le temps passant, Gruzja est apparu sur quelques affiches de concert, et le mystère entourant les membres du groupe s'est évaporé. Un secret de Polichinelle pour les connaisseurs de la scène Polonaise, puisqu'on y retrouve quelques têtes connues, qui ne surprendront personne : Artur Rumiński (guitariste pour Furia depuis 2013), Stawrogin (Biesy, Massemord, Odraza, Totenmesse) ou encore le chanteur de Licho. Pareille brochette de talents ne pouvaient décemment pas proposer un disque en demie-teinte, surtout après un premier coup d'éclat aussi retentissant. Et pourtant...

Malheureusement, je dois bien reconnaître que cette dernière sortie de la joyeuse troupe n'est vraiment pas à la hauteur de l'album précédent. Ce qui ne signifie pas qu'il est intégralement mauvais, bien au contraire. Simplement, je crois que j'attendais autre chose, et surtout, une certaine "suite logique" à l'obus précédent. Le mauvais goût reste la marque de fabrique de Gruzja (il suffit d'aller visionner le clip de "800 ZŁ" pour s'en rendre compte), mais cette fois-ci, il devient un défaut plus qu'une réelle qualité. La rage, la résignation de l'animal urbain, pris au piège dans ses clapiers de béton, a laissé place à une paresse à peine dissimulée. Cette fois-ci, le groupe s'est montré plus convaincant en matière de memes partagés sur Facebook qu'en matière de musique.

C'est dommage, parce que ça partait quand même très, très bien. Du premier au quatrième titre, Gruzja dévoile un visage plus vicieux encore que "I Iść Dalej ". Ces guitares qui deviennent rampantes, sinueuses, voire maladives ("800 ZŁ"), portées par un rythme soutenu, mais pas galopant et gavées de ces voix, entre le hurlement hystérique et le chant guttural piochant tantôt dans le Punk rance et le Death, n'ont eu aucun mal à me convaincre. J'y vois presque une filiation avec les regrettés Lifelover, fort dans le désespoir et la folie : les arpèges aigus quasi-dansants et le chant complètement faux de "Królowie Zwierząt", les riffs en reverb que l'on croirait tout droit sortis de "Dekadens"... Différent, mais pas moins efficace. Un signe de la volonté d'évolution du combo, pas décidé à nous servir du réchauffé. Qu'est ce qui pouvait mal tourner pour la suite ?

L'avantage, c'est que la transition entre l'excellente première moitié de "Jeszcze Nie Mamy Na Was Pomysłu" et l'infiniment plus dispensable seconde partie est tranchée. "Kamera Dionizosa" fait basculer ce qui aurait pu être un album consolidant la position de force de Gruzja en marge du Black-jeu dans le n'importe-quoi le plus complet. Qu'est ce que c'est que cet ersatz de tribute band des Clash, qui tourne en rond pendant quatre minutes ? Ce clavier que même Jean-Michel Jarre n'aurait pas osé utiliser ? Ce chant clair qui peine à faire son effet ? Est-ce que le groupe a cherché à faire un tube de l'été ? Tant de questions qui resteront, je le crains, sans réponses. En tout cas, vous pouvez au choix faire une sieste ou descendre du wagon, parce que la fin du voyage est tout, sauf intéressante. Le duo "Masz Zrozumieć"/"Niedostatkiem W Piękny Rejs", qui fait tourner sensiblement le même roulement en boucle sur des nappes qui abrutissent tant elles se répètent, supplice renforcé par un abominable Bontempi qui soutient des chœurs sans saveur sur le second titre; "Grues" change un peu, oui, puisque le titre semble avoir été trouvé en raclant le fond de la cuvette de la Coldwave : une jolie boîte à rythmes bien datée, un chant tantôt aux fraises, tantôt dans les choux, des cordes que l'on fait simplement sonner à vide... Si le but était de faire chier le monde (le titre de l'album signifie "Nous n'avons pas encore d'idées pour vous", après tout), c'est réussi. Et ce n'est pas le dernier titre qui viendra sauver la galette, puisque le naufrage se poursuit pendant près de neuf minutes (dont trente secondes de silence total), première moitié agréablement féroce, mais qui bascule, encore une fois, dans l'apathie la plus totale avec cet échantillon de Post-Rock qui essaye très fort d'être mélancolique. Sauf que pour composer quelque chose qui touche, il faut avoir des choses à dire, à faire ressentir. Ici, c'est le vide absolu.

Pour être honnête, je ne comprends toujours pas ce qui a pu pousser Gruzja à mettre en boite ces cinq derniers titre, à leur faire passer le contrôle qualité, et à être convaincus que ça allait nous plaire. De ce point de vue, c'est complètement raté. Par contre, si la petite bande a voulu rester fidèle à sa ligne de conduite, celle de faire chier le monde en prenant toutes nos attentes à revers, effectivement, le contrat est rempli. Je ne peux pas dire que je suis déçu, puisque les quatre premiers titres de "Jeszcze Nie Mamy Na Was Pomysłu" sont franchement excellents, plus sombres, plus matures que ce que l'on pouvait trouver sur "I Iść Dalej". Seraient-ils sortis seuls, sur un EP, que Gruzja s'imposait comme une future valeur sûre de la scène Black Polak. Mais garnie de ce qui sonne comme de la récréation de studio, la galette se retrouve boursouflée, tirant inutilement en longueur, gâchant presque son démarrage sur les chapeaux de roue. Bien dommage...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gruzja
"Black" Metal
2019 - Godz Ov War Productions
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gruzja
Gruzja
Black Metal - 2018 - Pologne
  

tracklist
01.   Jeszcze Nie Mamy Na Was Pomysłu I
02.   Królowie Zwierząt
03.   800 ZŁ  (03:47)
04.   Jeszcze Nie Mamy Na Was Pomysłu II
05.   Kamera Dionizosa
06.   Masz Zrozumieć
07.   Niedostatkiem W Piękny Rejs
08.   Grues
09.   Jeszcze Nie Mamy Na Was Pomysłu III

Durée : 40:35

line up
parution
18 Octobre 2019

voir aussi
Gruzja
Gruzja
I Iść Dalej

2019 - Godz Ov War Productions
  

Essayez plutôt
Iskandr
Iskandr
Zon (EP)

2016 - Haeresis Noviomagi
  
Haunt
Haunt
Grimoires Of Undead Power

2018 - GreySun Records
  
Nine Covens
Nine Covens
On the Dawning of Light

2012 - Candlelight Records
  
Abkehr
Abkehr
In Asche (EP)

2017 - Sentient Ruin Laboratories
  
Dark Fortress
Dark Fortress
Eidolon

2008 - Century Media Records
  

Liturgy
H.A.Q.Q.
Lire la chronique
Sulfuric Cautery
Chainsaws Clogged With The ...
Lire la chronique
Ofdrykkja
Gryningsvisor
Lire la chronique
Caustic Vomit
Festering Odes to Deformity...
Lire la chronique
Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique