chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
112 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sühnopfer - Hic Regnant Borbonii Manes

Chronique

Sühnopfer Hic Regnant Borbonii Manes
Ah bah enfin, il est sorti, et enfin il est arrivé chez moi ce troisième album de l’un des Français que j’attendais le plus : SÜHNOPFER ! SÜHNOPFER qui, en plus de signifier « expiation » et donc d’être assez proche de la notion du « Sakrifiss », est toujours une belle et grosse claque dans la face. L’album précédent, Offertoire, est resté dans mon top 5 de l’année 2014. Oui, ça fait 5 ans déjà qu’on attendait la suite. Mais le temps n’a pas changé grand-chose à l’affaire. Sauf qu’Ardraos, toujours seul maître à bord, est désormais totalement dévoué à son groupe et uniquement à celui-ci. Il était passé par de grands noms de notre scène, faisant les parties de batterie pour CHRISTICIDE, AORLHAC ou bien entendu PESTE NOIRE, mais tout cela, c’est apparemment fini pour l’instant.

Hic Regnant Borbonii Manes est composé de 7 pistes qui totalisent 51 minutes et ont été nommées pour la plupart en vieux français et latin. Normal, normal, puisque l’univers dans lequel nous plonge SÜNHOPFER est encore une fois des temps anciens. Ambiance médiévale ! Mais cela se ressent plus dans les thèmes abordés et dans le visuel que dans la musique. Le livret contient ainsi des photos de château et des illustrations d’époque. Quant aux morceaux, ils vont parfois ajouter des parties acoustiques qui sonnent médiéval, mais ce n’est absolument pas constant. On n’est pas ici chez GRYLLE ni même chez VEHEMENCE. C’est utilisé plus timidement que sur l’album précédent, et la plupart du temps, ce sont plutôt les éléments de vacarme, la houle, la tempète qui nous emportent. Oh oui, cet album est extrêmement énervé, puissant et épique. Pour quelqu’un qui n’est pas habitué à ce style de musique, cela doit sembler bien excité et saturé. « Mon Dieu, on a tous les instruments qui s’excitent en même temps, comme s’ils se battaient entre eux pour savoir celui qui pouvait être le plus énergique, le plus dynamique, le plus actif. Et les vocaux jouent aussi la surenchère. »

Certes, il ne faut pas être cardiaque quand on écoute ces compositions, et il ne faut pas non plus être impatient. Car même certains habitués vont être surpris des côtés nerveux et agités plus forts qu’avant. Il y a un véritable sentiment d’urgence sur cet album, et les premières écoutes peuvent surprendre. Les mélodies sont là, mais elles ne se dévoilent pas du premier coup. Il faudra persister pour percer les nuances cachées. Cela ne signifie pas qu’on ne peut pas prendre du plaisir dès la première écoute, mais qu’il y a une couche de chaos concentré qui se remarque plus que les petits détails.

« Chaos ». Ceux qui n’arrivent pas à entrer dans les ambiances utiliseront sans doute à la place le terme « brouillon ». Ma note donne un indice sur mon point de vue, mais je dois avouer que l’écoute de tout l’album d’une traite peut être éprouvant. Plus que sur Offertoire en fait. Tout en aimant beaucoup ce nouvel opus, je le trouve un peu trop compact et un poil insuffisamment aéré pour me procurer les mêmes sensations de perfection que son prédescesseur. C’est un achat obligé cependant, qui permet en plus de profiter des paroles dans le livret et de petites informations pratiques telles que le fait que les chants additionnels sur deux pistes viennent de Spellbound (AORLHAC) et qu’un certain Guyal (de JAILKILLS groupe de death ?) a fait des chœurs. On apprend enfin que les paroles de « Je vivroie liement » ont été écrite par Guillaume de Machaut, le compositeur et écrivain du XIVème siècle...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Jarl_Djevel citer
Jarl_Djevel
17/10/2019 17:12
C'est quand même marrant les goûts et les couleurs.
Je reconnais indubitablement la qualité d'écriture, la technique et le boulot abattu. Le son est également proche du parfait pour le style.
Et pourtant... je décroche systématiquement. Le riffing me chamboule autant qu'une mouche morte au lever du lit...
Mera citer
Mera
17/10/2019 11:18
J'écoute "Pénitences et sorcelages" là et franchement, ça me plait carrement ! Cette densité mélodique ne me gêne pas du tout, bien au contraire, c'est assez jouissif ! Moins fan du chant mais c'est pas horrible non plus.
Solarian citer
Solarian
16/10/2019 18:49
note: 9.5/10
Offertoire a tourné pendant des mois et tourne encore très régulièrement chez moi, mais en ce qui me concerne ce nouvel opus est quasi parfait.
Pas trop raccord pour le coup avec la chro du sieur Sakrifiss. Là j'ai été carrément cloué du début à la fin.
Inspiration, talent d'écriture, conviction... Le gars réussi à transmettre une vraie passion.
Un riffing de malade qui prend aux tripes et une voix parmi les meilleures du style, bien mieux maîtrisée et variée que sur Offertoire où ça avait justement tendance à rester dans un registre haut perché un peu lassant sur la longueur. Le chant cette fois est totalement jouissif et surtout parfaitement intégré et mixé. Il fait corps avec la musique : Hurlé, haineux, profond, déclamant des textes remarquables... Bon sang je ne m'en lasse pas !
Une batterie qui me rappelle le boulot fantastique abattu sur le grand Nord de Setherial, des mélodies uniques ravivant les spectres de l'élite suédoise de l'époque (Sacramentum, Dissection, Dawn, un soupçon de Mörk Gryning...) avec en plus cette touche française inimitable et cette ambiance directement issue des temps anciens. P*tain mais quel pied !
Aucun titre faible, une ingéniosité mélodique constante, une intensité phénoménale, des moments d'anthologie comme le morceau-titre ou le splendide épilogue... 'fin absolument rien à jeter ici.

Bref, là fallait que je sorte de ma tanière pour saluer l'immense qualité d'un disque d'exception qui devient du coup l'un de mes albums référence de ces dernières années aux côtés des derniers Wyrms et Misþyrming qui le talonnent.



von_yaourt citer
von_yaourt
16/10/2019 11:31
note: 9/10
Le meilleur album de BM depuis très longtemps, plus abouti qu'Offertoire, et qui n'hésite pas à être très dense, à contre-courant de toutes les modes dans le genre depuis bientôt vingt ans. Une vraie réussite.
Fabulon citer
Fabulon
16/10/2019 10:39
note: 7/10
Je suis sur la même ligne que Raziel, déçu par cet album, et ce pour les mêmes raisons que lui.
Raziel citer
Raziel
16/10/2019 08:18
Une voix un peu dissonante pour ma part.
je trouve cet album, je l'avais déjà dit, très classique, mais pas dans le bon sens du terme, notamment si on le met en parallèle avec les sorties antérieures.

Comme tu le soulignes dans la chro, le groupe a gagné en couilles ce qu'il a perdu en sentiments. Et je trouve ça dommage. Parce que, du coup, les atmosphères médiévales se sont aussi évaporées.
Sagamore citer
Sagamore
16/10/2019 07:25
note: 8.5/10
C'est un immense oui pour moi. Flamboyant, pompier, presque prétentieux, mais au-dessus de la mêlée. Hormis le chant, que, comme d'habitude, je trouve absolument abominable.
N4pht4 citer
N4pht4
16/10/2019 00:09
note: 9/10
Chronique très juste, c’est parfois difficile de résister à la déferlante de blasts, grosse caisse, mais que c’est bien fait! Le travail de composition sur les six cordes est phénoménal. Il n’y a qu’a écouter « pénitence et sorcelage » à 3 minutes pour comprendre... On sent cependant qu’Ardraos est un batteur avant tout, et on peut retrouver les mêmes petits défauts que sur le dernier Aorlhac (fills trop nombreux et similaires, les plans auraient peut être gagnés à être plus simples et aérés) mais le niveau technique global est juste monstrueux!
TarGhost citer
TarGhost
15/10/2019 21:44
Pas loin d'être parfait, sa virilité exacerbée pouvant parfois lui faire défaut. Mais quel bel hommage à l'école No Fashion du milieu des 90 (et le pack Dissection/Sacramentum aussi au passage). Un travail d'orfèvre et de passionné : respect !
Jean-Clint citer
Jean-Clint
15/10/2019 23:09
note: 7.5/10
Je suis globalement de ton avis, j'ai du mal à l'écouter d'une seule traite contrairement à ses prédécesseurs à cause d'une violence un peu trop exacerbée, qui renforce ce côté compact dont tu parles. Attention ça reste de très haut niveau quand même mais il n'y a pas cet aura que l'on retrouvait sur les précédents, et du coup il se classe légèrement derrière malgré des qualités dans l'écriture et une exécution parfaitement en place !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sühnopfer
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (8)  8.44/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sühnopfer
Sühnopfer
Black Metal - 2001 - France
  

tracklist
01.   Invito Funere (Introduction)  (01:23)
02.   Pénitences et sorcelages  (08:22)
03.   Hic Regnant Borbonii Manes  (07:43)
04.   La chasse gayère  (07:05)
05.   Je vivroie liement  (09:00)
06.   Dilaceratio Corporis  (08:03)
07.   L'hoirie de mes ancêstres  (10:17)

Durée : 51:53

line up
  • Ardraos / Chant, Guitare, Basse, Batterie

parution
10 Mai 2019

voir aussi
Sühnopfer
Sühnopfer
Nos sombres chapelles

2010 - Those Opposed Records
  
Sühnopfer
Sühnopfer
Offertoire

2014 - Those Opposed Records
  

Essayez aussi
Norman Shores
Norman Shores
Le tombeau de brume

2015 - Ossuaire Records
  
Enthroned
Enthroned
Towards The Skullthrone Of Satan

1997 - Blackend
  
Vrag
Vrag
Remete

2017 - Neverheard Distro
  
Sa Meute
Sa Meute
50 contre 1

2006 - Stronghold Diaphora
  
Obskuritatem
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...

2017 - Black Gangrene Productions
  

Revel In Flesh
The Hour Of The Avenger
Lire la chronique
Teitanblood
The Baneful Choir
Lire la chronique
Tool
Fear Inoculum
Lire la chronique
Bloody Alchemy
Reign Of Apathy
Lire la chronique
Chthonic Deity
Reassembled In Pain (Démo)
Lire la chronique
Flesh of the Stars
Mercy
Lire la chronique
Meuchelmord
Waffenträger
Lire la chronique
Blood Incantation
Hidden History Of The Human...
Lire la chronique
EMPATH EUROPE - VOLUME 1
Devin Townsend + Haken
Lire le live report
Vastum
Orificial Purge
Lire la chronique
Verdun
Astral Sabbath
Lire la chronique
Unfathomable Ruination
Enraged & Unbound
Lire la chronique
Witch Mountain
Witch Mountain
Lire la chronique
Die Kunst Der Finsternis
Revenant in a Phantom World...
Lire la chronique
Opeth + The Vintage Caravan
Lire le live report
Negator
Vnitas Pvritas Existentia
Lire la chronique
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique