chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Napalm Death - Enemy Of The Music Business

Chronique

Napalm Death Enemy Of The Music Business
Nous sommes en 2000, le tournant du nouveau Millénaire est amorcé et le monde va encore plus mal qu'avant : même le prix du chocolat a augmenté (il parait que c'est la faute à l'arrivée de l'euro ma bonne dame). Pour contrer la révolte du petit peuple qui gronde et menace de détruire l'industrie chocolatière mondiale, il fallait un groupe, un album qui puisse exprimer toute la frustration, la rancœur et la rage crée par l'augmentation intolérable du prix d'un pain au chocolat… et c'est là que Napalm Death se dressa contre la morosité ambiante, en proposant avec « Enemy of the Music Business » l'album le plus défoulant de l'année.

Sortie d'une longue période deathcore et de quelques expérimentations plus ou moins réussis, la Mort au Napalm reprend du poil de la bête et revient à ses premiers amours grindesques, avec une énergie et une rage qu'on savait toujours présente mais qui s'exprimait de façon presque trop « intellectuelle » depuis quelques albums. Car « Enemy of the Music Business » est direct, simple sans être simpliste, et constitue une vraie attaque frontale qui laisse pantois, qui fracasse, déchiquette et atomise sans aucun compromis. Typiquement le genre d'album qu'il est impensable d'écouter en dessous d'un volume sonore faisant au minimum hurler à la mort le chien du voisin (le volume maximum étant laissé à votre discrétion à celle de votre ORL).

Déjà, rien que les titres des chansons sont d'une agressivité franche et saine, c'est limite si les mots ne semblent pas vouloir vous sauter à la gorge derrière le boîtier plastique du cd : « Vermin », « Thanks for Nothing », mon chouchou « Can't play, Won't pay », « (The Public Get) What the Public Doesn't Want », « Taste the Poison », on est loin d'un album de HIM vous en conviendrez…ensuite évidemment, il y a la musique : du death / grind, mené par ce Barney dont le chant incarne pour moi la « boeuitude » parfaite, le genre de voix qui me fait dire « voilà pourquoi j'écoute du bourrin »…Secondé par les hurlements grind / black de Mitch Harris, on est assailli sans répit par ce duo vocal de haute volée. Les chansons s'enchaînent à une vitesse infernale, et prouvent que quand Napalm Death est en forme cela donne toujours des riffs d'exceptions : le tubesque « Necessary Evil » (un clip a même été tourné pour ce titre), le break mortel de « Can't Play, Won't Pay », le coté abrasif d'un « Blunt against the Cutting Edge » ou encore l'ambiance fin du monde de « Taste the Poison ». Aucun titre n'est à jeter, et sur 14 chansons ça veut dire qu'on prend vraiment son pied tout du long, ce n'est pas donné à n'importe qui…

Sur les précédents albums de Napalm, on pouvait s'amuser à compter sur les doigts d'une main les chansons ou il y avait un passage blasté : vous aurez le plaisir d'apprendre qu'ici c'est le nombre de chansons non blastés qui se comptent sur la main d'un manchot ! Un gage de qualité certes pas toujours, mais dans le cas de Napalm c'est toujours un pur bonheur d'entendre les éructations convaincues de Barney sur des BPMs endiablés, perso je suis plus que fan ! Que dire de plus sur une telle décharge d'adrénaline, un véritable coup de poing musical, une vraie attaque frontale qui laisse pant….ha merde je l'ai déjà dit ça.

Alors oui messieurs les « la Mort au Napalm », je tiens à m'associer à la confrérie des boulangers-pâtissiers pour vous remercier de cet album qui a sauvé en 2000 un pan entier de notre économie actuelle. Sans vous nous voyions déjà d'ici les saccages de boulangeries, les mises à sac de chocolateries, et le pillage de pots de Nutellas est une scène que mes yeux ne sauraient supporter davantage. Le Grand Capital nous bouffera tous, mais on pourra toujours au moins lui rendre la digestion difficile…Rien que pour ça, merci Napalm Death !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

hurgh citer
hurgh
18/11/2013 15:02
note: 9/10
Les derniers Napalm défoncent bien, mais celui ci c'est juste la perfection. L'album de grind avec un grand "A", incroyable la puissance qu'il dégage, incroyable ce qu'il peut y avoir comme bons riffs planqués un peu partout. Putain de groupe...
Chri$ citer
Chri$
29/10/2005 20:40
note: 9/10
vraiment gigantesque cet album...pfiou
citer
Deadthrone (invité)
12/06/2005 19:12
Cet album est une bonne tuerie ! Fracture in the equation est le meilleur titre de ce EOTMB, franchement c'est vraiment une facon parfaite de finir un album.

Tout est dit dans la chro sinon (incluant le prix du choco !)
Jester citer
Jester
13/03/2005 12:02
hohé! on critique pas HIM, nan mais ho!
Evil_Nick citer
Evil_Nick
12/03/2005 23:54
une bonne grosse baffe que ce disque en effet
Raoul citer
Raoul
12/03/2005 18:29
très bien, la chro, je trouve juste criminel de pas citer CS Part II, qui est pour moi le défouloir ultime sur cet album, avec ce riff après les couplets qui est un summum de relance headbanguante au possible.

MUSIC FOR RIGHTEOUS EARS!
Holy citer
Holy
12/03/2005 16:23
Excellente chronique!

Necessary Evil !!! m/
pj666 citer
pj666
12/03/2005 12:26
note: 9/10
Génial cet albuim !! Et le DVD qui est sorti après la tournée est mortel !!
Keyser citer
Keyser
12/03/2005 11:00
Cool Napalm Death! J'apprécie ce groupe selon mes humeurs: quand je suis calme et reposé je supporte difficilement mais quand je suis bien vénère j'adore! Heureusement je suis souvent énervé Gros sourire
Chri$ citer
Chri$
12/03/2005 9:15
note: 9/10
@napalm: Order of the Leech est le seul Napalm "nouvelle époque" que je ne possède pas encore mais je compte l'acheter et le chroniquer d'ici quelques semaines..

@nicotchécool: euh là aussi je suis surtout fan du Napalm à partir de Fear Emptiness Despair, avant j'ai tjs eu un peu de mal avec leurs premiers albums ça s'explique pas...dc je m'occuperais de tt les kros de Fear jusqu'au petit dernier The Code is Red, pr leurs premiers albums je pense que pj666 pourra s'en occuper à l'occasion, il est bien aussi (si ce n'est) plus fan que moi!
Niktareum citer
Niktareum
12/03/2005 2:34
note: 9/10
Napalm c vraiment ke du bon!! je préfère "Order of leech" dans les derniers mais celui-la arrache bien aussi!!...a quand la chro de "Harmony Corruption"????? Sourire
%NàPALm% citer
%NàPALm%
12/03/2005 1:52
la entierement d'accord avec toi
bonne chronique rien a dire
c'est different de do or die
si tu a vus mon message
que penses tu de order of the leech
Chri$ citer
Chri$
12/03/2005 0:54
note: 9/10
et une chronique de Napalm Death sur thrasho...le reste arrive bientot Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Napalm Death
Grind / Death
2000 - Dreamcatcher
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (18)  9/10
Webzines : (14)  8.16/10

plus d'infos sur
Napalm Death
Napalm Death
Death Metal - 1981 - Royaume-Uni
  

écoutez
tracklist
01.   Taste The Poison  (01:49)
02.   Next On The List  (03:36)
03.   Constitutional Hell  (02:37)
04.   Vermin  (02:18)
05.   Volume Of Neglect  (03:20)
06.   Thanks For Nothing  (02:45)
07.   Can't Play, Won't Pay  (03:25)
08.   Blunt Against The Cutting Edge  (03:03)
09.   Cure For The Common Complaint  (02:44)
10.   Necessary Evil  (02:56)
11.   C.S. (Conservative Shithead) (Part II)  (02:18)
12.   Mechanics Of Deceit  (03:21)
13.   (The Public Gets) What The Public Doesn't Want  (03:15)
14.   Fracture In The Equation  (03:47)

Durée : 41:14

line up
parution
25 Septembre 2000

voir aussi
Napalm Death
Napalm Death
Greed Killing (EP)

1995 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Time Waits For No Slave

2009 - Century Media Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Scum

1987 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)

1991 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Fear, Emptiness, Despair

1994 - Earache Records
  

Essayez aussi
Dying Fetus
Dying Fetus
Purification Through Violence

1996 - DieHard Music
  
Evisorax
Evisorax
Enclave (EP)

2008 - Anticulture Records
  
Deadfuck
Deadfuck
#Humanité

2020 - Autoproduction
  
Carcass
Carcass
Wake Up And Smell The... Carcass (Compil.)

1996 - Earache Records
  
D.S.K.
D.S.K.
Oppressed / Deformed

2006 - Thundering Records
  

Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique
Xibalba
Años en Infierno
Lire la chronique
Brutal Avengers
Chapter II - Mission to Ext...
Lire la chronique
PPCM #35 - Cherchons du STONER DEATH METAL !
Lire le podcast
Gravesend
Preparations For Human Disp...
Lire la chronique
Grave Circles
Tome II
Lire la chronique