chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
152 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Imperium Dekadenz - When We Are Forgotten

Chronique

Imperium Dekadenz When We Are Forgotten
Tous les 3 ans, IMPERIUM DEKADENZ revient. Le duo allemand est précis et c’est effectivement depuis son deuxième album, en 2007, qu’il a pris ce rythme. Procella Vadens en 2010, Meadows of Nostalgia en 2013, Dis Manibvs en 2016. Et voici When We Are Forgotten en 2019. Et je dois avouer que je l’attendais au tournant parce que j’avais trouvé le précédent insuffisant. Je lui avais donc mis 7.5, un point de moins que celui d’avant. Il est généralement rare de stopper une chute, mais le groupe y est parvenu et la note remonte donc.

Et pourtant la première écoute ne m’a que moyennement convaincu, et j’ai même failli passer à côté du talent de ces nouvelles compositions. C’est à cause des petits changements d’orientation qui m’ont tout simplement égaré. Je comparais systématiquement la formation à LUNAR AURORA auparavant, même si je soulignais que le niveau et les ambiances pouvaient aussi donner envie de citer EÏS, mais cette fois-ci, la comparaison est moins évidente. Le black atmosphérique est toujours prépondérant, mais on trouvera aisément des petites influences venues de formations plus modernes, comme DEAFHEAVEN par exemple.

Les vocaux sont constamment hurlés, sans jamais passer par du chant clair, mais laissant la place à des moments opportuns à quelques chœurs. La musique est puissante, généralement avec un rythme soutenu, et constamment portée par des mélodies contemplatives. Tout l’album est ainsi fort en émotions, très bien équilibré entre le dynamisme et la songerie. On peut juste regretter une petite perte d’efficacité au milieu de l’album, surtout à cause d’un « A Cave Called Wisdom » trop neutre. C’est un moment important car c’est là où certains décrocheront. Le morceau suivant, « Transcendance » est un peu plus marquant mais lui aussi n’est pas du niveau du reste. Il a pour lui le mérite de me faire fortement penser au défunt HELLSAW. Mais par la suite, on retrouve des pistes aux mélodies pernicieuses, qui s’installent assez vite en tête.

Alors attention, il faut comprendre qu’IMPERIUM DEKADENZ est un groupe accessible, et qu’il n’est surtout pas destiné à ceux qui attendent de l’evil, du torturé, de l’occulte. C’est pour ceux qui sont ouverts à des sonorités plus larges, qui ne sont ni contre les éléments plus rock, ni contre les claviers utilisés en nappes de fond. Je suis particulièrement heureux du contenu de l’album, mais n’aurait pas été contre quelques amputations, l’heure de jeu est un tout petit peu trop longue...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
27/10/2019 15:54
Tente l'extrait à droite, ou alors le titre "When we are forgotten" qui montre bien leur petite évolution.
Plus EIS que Lunar Aurora maintenant, c'est clair.
Solarian citer
Solarian
27/10/2019 21:09
Jamais posé l'oreille sur ce groupe malgré le fait que j'en entende parler depuis des années. Etant un fervent admirateur de Lunar Aurora, du coup je suis bien tenté. Ce genre de BM atmo me parle assez.
Maintenant s'ils se mettent à injecter un peu de post sucré lumineux à la sauce Deafheaven & cie, ma foi why not ça peut le faire aussi. A tester.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Imperium Dekadenz
Black Metal Atmosphérique Mélodique
2019 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  8.19/10

plus d'infos sur
Imperium Dekadenz
Imperium Dekadenz
Black Metal Atmosphérique Mélodique - 2004 - Allemagne
  

vidéos
Absenz Elysium
Absenz Elysium
Imperium Dekadenz

Extrait de "When We Are Forgotten"
  

tracklist
01.   When We Are Forgotten
02.   Bis ich bin
03.   My Solace I (Choirs of Solitude)
04.   Trauma
05.   A Cave Called Wisdom
06.   Transcendence
07.   Seance
08.   Absenz Elysium
09.   My Solace II (Paths of Perception)
10.   Reverie
11.   Frozen in Time

Durée : 58.57 min.

parution
30 Août 2019

voir aussi
Imperium Dekadenz
Imperium Dekadenz
Dis Manibvs

2016 - Season Of Mist
  
Imperium Dekadenz
Imperium Dekadenz
Meadows of Nostalgia

2013 - Season Of Mist
  
Imperium Dekadenz
Imperium Dekadenz
Procella Vadens

2010 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Entartung
Entartung
Krypteia

2012 - World Terror Committee Records
  
Thy Serpent
Thy Serpent
Forests Of Witchery

1996 - Spinefarm Records
  
Thy Serpent
Thy Serpent
Christcrusher

1998 - Spinefarm Records
  
Thy Serpent
Thy Serpent
Lords Of Twilight

1997 - Spinefarm Records
  
Vallendusk
Vallendusk
Homeward Path

2015 - Northern Silence Productions
  

Die Kunst Der Finsternis
Revenant in a Phantom World...
Lire la chronique
Opeth + The Vintage Caravan
Lire le live report
Negator
Vnitas Pvritas Existentia
Lire la chronique
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique
Maïeutiste
Veritas
Lire la chronique
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam
Lire la chronique
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Häive
Iätön
Lire la chronique
Infaust
Verblichen
Lire la chronique
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Dauþuz
Monvmentvm
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Gidim
Lire la chronique
Devourment
Obscene Majesty
Lire la chronique
Gatecreeper
Deserted
Lire la chronique
Hangman's Chair
Bus de Nuit (EP)
Lire la chronique
False
Portent
Lire la chronique
Sadistic Ritual
Visionaire Of Death
Lire la chronique