chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
168 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Devourment - Obscene Majesty

Chronique

Devourment Obscene Majesty
Vingt ans. Il y a vingt ans sortait Molesting the Decapitated, premier album de Devourment et monument du metal extrême qui allait changer la face de l'underground. Pour le meilleur mais aussi souvent pour le pire. La scène voyait là la naissance, ou plutôt la "démocratisation", du slam death. Héritiers du son new-yorkais/East coast core sur les bords de la première moitié des années 1990, en particulier Internal Bleeding, Suffocation, Pyrexia, Scattered Remnants et Repudilation, les Texans allaient pousser le vice encore plus loin, repoussant davantage les frontières de l'ignominie mise en musique à grands coups de rythmiques lipidiques au groove putride et de borborygmes intestinaux vomissant les paroles les plus abjectes possibles. Si le reste de la carrière du combo de Dallas sera jonché d'embûches et que la formation n'a pas enthousiasmé grand monde sur ses deux dernières sorties Unleash the Carnivore (2009) et Conceived in Sewage (2013) plus typées brutal death générique, une chose reste certaine : Devourment a marqué à tout jamais le death metal.

Et il se pourrait bien que le gros ver texan parasite à nouveau bon nombre d'oreilles avides de brutalité sonore avec ce nouvel album Obscene Majesty. Cela faisait bien longtemps que l'on n'avait pas été aussi hypé par un nouveau disque des Américains qui n'avaient rien produit depuis six ans. Pour tout un tas de raisons. En premier lieu le line-up qui a subi de profonds remaniements. Exit le chanteur Mike Majewski parti rejoindre l'ex-Devourment Brian Wynn chez Kill Everything, c'est Ruben Rosas qui lâche sa guitare et revient derrière le micro. Comme sur Molesting the Decapitated. Au revoir aussi le batteur Erik Park et welcome back le cogneur d'origine Brad Fincher qui officie dans Meshiha, sorte de old-Devourment bis. Comme sur Molesting the Decapitated. Chris Andrews passe lui de la basse à une guitare huit-cordes, laissant son instrument à Dave Spencer (Meshiha). Vous l'avez compris, on revient un peu à une configuration en mode Molesting the Decapitated. Forcément alléchant, d'autant que d'autres éléments viendront nous mettre l'eau à la bouche comme le nom du producteur D. Braxton Henry, guitariste d'origine du combo, ou cette pochette superbe assez classe plutôt étonnante pour du Devourment et réalisée par le Serbe Stefan Todorović (chanteur de Gorgoroth).

Une seule écoute suffira pour comprendre que le bestiau est à la hauteur de toutes ces promesses. Bordel de couilles à putes que ce Obscene Majesty est bonard ! Effectivement, Devourment n'a jamais été aussi proche de ce qu'il proposait sur son premier opus légendaire. Même si en termes de moyens et de maîtrise technique, on passe un peu de Cannibal Holocaust à Godzilla ! Ce qui marque au premier coup d'oreille, c'est le son. Ultra massif ! La guitare huit-cordes, la distorsion, les sans doute multiples couches de gratte, la basse imposante, sans parler de la batterie en mode bombe atomique, la production s'avère absolument gargantuesque. Les slam parts écrasent tout sur leur passage et les blast-beats sonnent du feu de Satan. Rien qu'avec ça, c'est l'orgasme assuré ! Bien sûr, le son ne fait pas tout. Pas de problème, Devourment a sorti l'artillerie lourde niveau compos et a clairement élevé son niveau de jeu. Les choses se révèlent en effet bien plus maîtrisées que sur Molesting the Decapitated, en particulier en ce qui concerne la batterie qui sonne beaucoup moins chaotique avec des blast-beats tonitruants et quelques gravity-blasts frénétiques. Obscene Majesty est moins extrême dans le son mais plus brutal, plus percutant, plus "mature" (regardez les titres de morceaux un peu plus "subtils" et moins ouvertement gores/misogynes). Notez bien les guillemets car malgré les progrès techniques, on reste dans un style de death metal ultra neuneu qui fera toujours vomir les fans de prog. Aucune véritable mélodie ici, on a affaire à de la pure rythmique. Une sorte d'alternance entre des blasts musclés et des slam parts aux riffs à deux notes souvent introduits par des bass drops qui font trembler les murs, avec par-dessus la voix ultra gutturale du très en forme Ruben Rosas, moins générique que celle de Mike Majewski, qui signe là un retour convaincant derrière le micro. Obscene Majesty ? Ni plus ni moins qu'un mélange néandertalien entre brutalité primaire et groove de porc, celui qui fait bouger la tête lentement comme si tu écoutais du rap US ou qui te donne envie d'éclater tout un wagon. Les bas instincts, quoi ! On perd clairement vingt points de QI à chaque écoute. Et vu le nombre de fois que ce nouveau disque des Texans a tourné chez moi, j'ai dû tomber dans le négatif (déjà que je partais pas de bien haut) !

Alors oui, ce nouveau Devourment a plein de défauts. Style trop limité, pauvre et répétitif, longueur excessive pour le genre (plus de trois quarts d'heure !), impression d'entendre toujours le même riff sur les blasts, bass drops abusés, absence totale de mélodie, riffs puériles, chant de Rosas pas très varié et moins gloubi-boulga que par le passé. Obscene Majesty perd aussi un peu de son impact au fil des écoutes alors que les premières collent l'auditeur en PLS. Mais ce sont peut-être bien ces malformations qui rendent l'œuvre aussi monstrueusement jouissive. Gros, gros kiff que ce Obscene Majesty. Si l'opus s'avère en effet un poil longuet, chacun des dix morceaux a sa place et tape tellement fort que l'on ne s'ennuie jamais vraiment. De "A Virulent Strain of Retaliation" à "Truculent Antipathy" (malgré un final qui manque d'éclat), en passant par "Cognitive Sedation Butchery", "Arterial Spray Patterns", "Profane Contagion", "Sculpted in Tyranny" ou encore "Xenoglossia" en dépit d'un placement vocal assez bancal sur les blasts au démarrage, ce n'est que du bonheur pour les amateurs de brutalité mongoloïde et les cerveaux qui ont besoin de déconnecter. C'est bête et méchant et c'est ça qui est bon. Ces slam parts débilisantes au groove contagieux qui nous ramènent à l'état de larve, ces blasts maousse costauds qui donnent envie de se rouler par terre en agitant les pieds et cette production titanesque over-the-top, nom d'un foutre que c'est orgasmique ! Tu sais que c'est complètement con mais rien à faire tu tombes dedans. On n'avait pas vu Devourment à pareille fête depuis Butcher the Weak (re-release).Obscene Majesty fait encore mieux et se permet même de titiller l'indétrônable Molesting the Decapitated. Si 95% de la scène slam death est à euthanasier, Devourment redore son blason en rappelant qui est le patron. Papa est rentré les enfants et il n'est pas du tout content !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
01/11/2019 14:52
Le taux de lipides sur cet album est au-delà de l'indécence. La puissance de feu

Devourment revient poser ses lourdes couilles sur le trône du Slam qu'on tenté de s'accaparer les corekids à casquette à la Vulvodynia et consorts.

Sinon je dois être l'un des rares à avoir vraiment apprécié Conceveid.
Ander citer
Ander
31/10/2019 18:47
note: 7.5/10
J'abonde du côté d'Insania, globalement un bon album mais quand on le compare à d'autres trucs on se dit qu'il aurait pu être meilleur (cette histoire de mix, en écoutant Meshia, je me dis que Brad Fincher a pas un son optimal sur cet opus).

Et après quelques écoutes le kiki retombe un peu aussi, 47 minutes pour l'exercice du slam c'est un peu longuet, et quelque part le groupe a peut-être tout raconté y a 20 piges déjà tant on retrouve peu d'innovations ici si ce n'est un son au goût du jour…

Bref, un peu le sentiment que le groupe fait un peu ce qu'on attendait d'eux sans trop prendre de risques même si ça reste tout de même jouissif sur bien des passages (les plus rapides et les plus lents), à ce stade si le groupe annonçait une nouvelle galette je crois que je me contenterais de ce que j'ai déjà.



andreas_hansen citer
andreas_hansen
31/10/2019 14:14
note: 7.5/10
J'avoue que ça enterre l'intégralité de la scène BDM, quelques exceptions.
Insania citer
Insania
31/10/2019 12:39
Tout le monde l'encense cet album, et c'est vrai qu'il est plutôt réussi. Bien plus en tout cas que CIS et UTC. Comme tout le monde, l’idée de voir Rosas revenir derrière le micro ne pouvait que m’enthousiasmer, sachant que le bonhomme officie de nouveau à ce poste depuis quelques années déjà, et qu'en live ça sonne monstrueusement bien.

Au final, après plusieurs écoutes, je ne partage qu'à moitié (allez, aux 3/4 disons Gros sourire ) cet engouement général.
Déjà, je ne suis pas un grand fan du mix, certes qui se veut proche du son MTD, mais qui pour autant me fait l'effet d'une prod moderne qu'on aurait "tordue", écrasée, jusqu’à ce qu'elle ressemble plus ou moins à du MTD. Par comparaison avec le groupe Sick par exemple, qui sont pour moi les plus proches du Devourment MTD era dans le son comme dans les compos, et qui sonnent vraiment "raw", je trouve que sur ce nouveau Devourment ca sonne un peu forcé, pas très naturel. Toujours en parlant de la prod, je trouve le mix du chant complètement raté, trop en retrait et sans aucune patate. On ne retrouve pas du tout la lourdeur et le "gras" de la voix de Ruben. Comparez le chant entre MTD et ce nouvel album, il y a un monde entre les 2. C'est vraiment le principal point noir de ce nouvel album pour moi.
Hormis ça, je te rejoins sur la longueur de ce nouvel album, même si finalement ça n'est pas un gros défaut, on se serait contenté de 30 min sans problème.

Sinon, l'album s’écoute plutôt bien, de bons riffs par ci par là, rien de novateur mais c'est pas du tout ce qu'on attend d'eux. Et comme tu l'as dit, c'est bien au dessus de 90% de la scène slam aujourd'hui.
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
31/10/2019 11:46
Commandé en juillet, toujours pas reçu à ce jour ! Merci Relapse !!!
AxGxB citer
AxGxB
31/10/2019 11:03
note: 8/10
Pas fin pour un sous, plutôt répétitif mais bon, c'est quand même hyper bien foutu dans le genre Death Metal pour neuneus Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Devourment
Brutal Slam Death Metal
2019 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  7.9/10
Webzines : (7)  7.79/10

plus d'infos sur
Devourment
Devourment
Brutal Slam Death Metal - 1995 - Etats-Unis
  

vidéos
A Virulent Strain of Retaliation
A Virulent Strain of Retaliation
Devourment

Extrait de "Obscene Majesty"
  

tracklist
01.   A Virulent Strain of Retaliation  (06:06)
02.   Cognitive Sedation Butchery  (04:53)
03.   Narcissistic Paraphilia  (04:17)
04.   Arterial Spray Patterns  (03:14)
05.   Profane Contagion  (06:04)
06.   Dysmorphic Autophagia  (03:23)
07.   Sculpted in Tyranny  (06:31)
08.   Xenoglossia  (02:31)
09.   Modum Sui Morte  (04:13)
10.   Truculent Antipathy  (05:55)

Durée : 47:07

line up
parution
16 Août 2019

Lifetaker
Night Intruder
Lire la chronique
Diamond Head
The Coffin Train
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation
Lire la chronique
Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique