chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
167 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Faceless Entity - In Via Ad Nusquam

Chronique

Faceless Entity In Via Ad Nusquam
Faceless Entity est le genre de groupe qui porte décidément très bien son nom. Comme la plupart de ces projets évoluant dans le registre d’un Black Metal particulièrement primitif et dépouillé, on ne sait rien ou presque de cette formation. En l'occurrence, les seules informations que nous avons à notre disposition ici sont que le groupe est originaire des Pays-Bas et qu’il compte à son actif quatre démos et un album paru il y a deux ans sur les labels de la péninsule ibérique que sont Altare Productions (Black Cilice, Ostots, Candelabrum...) et Nebular Carcoma Records (Darvulia, Ravenmoon Sanctuary, Lubbert Das...). Pour le reste, il faudra s’armer de courage et surtout faire preuve de beaucoup d’abnégation pour espérer en apprendre davantage. D’autant plus que même les membres du groupe évoluent ici sous de simples numéros (Faceless Entity I, Faceless Entity II, Faceless Entity III...).

Intitulé In Via Ad Nusquam, ce premier album répond sans surprise à quelques standards du genre à commencer par cet artwork en noir et blanc particulièrement réussi qui ne sera probablement pas sans attiser la curiosité des amateurs de Black Metal des cavernes ou cette production volontairement bancale et cradingue qui risque une fois encore dans laisser plus d’un sur le bas-côté. Pourtant, c’est bel et bien ce qui donne tout son charme à ce genre de Black Metal : ce côté froid, décharné et maladif porté par des compositions inquiétantes aux voix lointaines et fantomatiques.

Cette quête d’authenticité, si elle peut parfois sembler proche de la fumisterie et du ridicule (tirages limités à quelques dizaines d’exemplaires, prix exorbitants sur le marché de la revente, productions et exécutions à la limite de la parodie, attitude un brin trop calculée pour être tout à fait honnête...), a néanmoins toujours eu cours dans le Black Metal. Il n’y a donc rien d’étonnant à voir encore aujourd’hui des groupes s’appliqués à restituer certaines valeurs d’un autre âge. C’est dans ce schéma que s’inscrit la musique de Faceless Entity qui n’entend pas séduire le chaland par de quelconques apparats superficiels mais plutôt rendre hommage à une esthétique sonore et visuelle particulièrement tranchée.
En effet, pas de demi-mesure chez Faceless Entity dont le Black Metal est marqué par une production abrasive particulièrement dépouillée et pleine de souffle. Un son rugueux et rachitique, proche dans l’esprit de ce qui se faisait dans les années 90 dans les bas-fonds de l’underground Black Metal, qui va servir des compositions relativement longues puisque à l’exception de cette introduction et de cette conclusion, celles-ci s’étirent systématiquement sur plus de sept minutes. Ce format tout en longueur va permettre à cette entité sans visage de dérouler sa formule sans se presser, préférant dans un premier temps ("In Via Ad Nusquam" I, II et III) l’alternance de séquences mid-tempo au pouvoir hypnotique particulièrement prononcé et de longs passages beaucoup plus soutenus avant un dernier titre mené tête baissée de bout en bout ("In Via Ad Nusquam IV"). Dans les deux cas, la répétition des riffs, la production famélique et ces voix lointaines et parfois hallucinées et/ou criées (chant partagé selon les morceaux par deux membres du groupe) vont naturellement concourir au développement d’atmosphères obscures et terriblement inquiétantes. Quant à ces accélérations dispensées par le trio, si elles vont bien évidemment rompre avec ces séquences mid-tempo répétitives, elles vont néanmoins revêtir elles-aussi ce même caractère aliénant. Tout d’abord parce qu’elles sont menées tête dans le guidon à coup de blasts répétitifs offrant finalement bien peu de variations mais aussi parce qu’elles s’étirent sur plusieurs minutes faisant de ces passages des moments particulièrement entêtants là encore ("In Via Ad Nusquam I" de 3:01 jusqu’à 6:26, "In Via Ad Nusquam III" de 3:48 jusqu’à 7:32, "In Via Ad Nusquam IV").

Si la formule proposée par Faceless Entity s’avère particulièrement classique (de la production aux riffs en passant par les atmosphères distillées), répondant à un cahier des charges plutôt mince mais néanmoins respecté à la lettre, cela n’empêche pas In Via Ad Nusquam d’être un album sur lequel on se plait à revenir encore et encore. Loin d’être facile d’accès, présentant sur le papier presque autant de défauts que de qualités, on ne peut nier que le caractère hypnotique des compositions et ces ambiances qui en découlent jouent pour beaucoup dans l’appréciation de ce Black Metal froid et décharné. Et tant pis pour tous ceux qui pleureront sur cette production dégueulasse et pourtant pleine de personnalité ou bien sur le côté trop répétitif de l’ensemble car c’est pourtant ce qui fait l’intérêt de ce Black Metal bien loin des projecteurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Faceless Entity
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Faceless Entity
Faceless Entity
Black Metal - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Intro  (02:52)
02.   In Via Ad Nusquam I  (07:02)
03.   In Via Ad Nusquam II  (07:52)
04.   In Via Ad Nusquam III  (07:44)
05.   In Via Ad Nusquam IV  (08:56)
06.   Outro  (02:08)

Durée : 36:34

line up
parution
28 Juillet 2017

Essayez aussi
Ende
Ende
The rebirth of I

2015 - Obscure Abhorrence Productions
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Fas
(Ite, Maledicti, in Ignem Aeternum)

2007 - Norma Evangelium Diaboli
  
Inquisition
Inquisition
Bloodshed Across the Empyrean Altar Beyond the Celestial Zenith

2016 - Season Of Mist
  
Seder
Seder
Sunbled

2020 - Northern Silence Productions
  
Cirith Gorgor
Cirith Gorgor
Bi Den Dode Hant (EP)

2017 - Hammerheart Records
  

Lifetaker
Night Intruder
Lire la chronique
Diamond Head
The Coffin Train
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation
Lire la chronique
Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique