chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
182 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Häive - Iätön

Chronique

Häive Iätön
Iätön n’est que le second album de Häive qu’on a pourtant l’impression de connaître depuis des années. La faute à un album, paru en 2007, Mieli maassa, qui avait eu à l’époque son petit succès UG. Northern Silence, son label de l’époque, avait alors le vent en poupe et avait promu très correctement ce premier effort, ce qui peut aussi expliquer cette exposition.

Les finlandais reviennent donc 10 ans après (si l’on excepte un EP entre temps) avec Iätön, dans une veine qui peut sembler, de prime abord, quasiment inchangée, dans ce BM à large tendance folk qui avait fait son succès d’alors. La pochette trahit même, a priori, ce parti-pris, le décor sylvestre qui l’orne rappelant celui de Mieli maassa. Las, le combo finnois a changé son fusil d’épaule. Dans le fjord, les riffs lancinants, mélancoliques, les mélodies champêtres… Place à des structures plus accessibles, toujours mélodieuses certes, mais plus heavy, plus directes.

L’intro est trompeuse car Iätön démarre sur des accords clairs, aériens, déjà tranchants, presque heavy donc. Turma annonce plus clairement les hostilités, avec le penchant heavy toujours marqué (Lapin Kouta encore, Kuku, kultainen käkeni, Salojen saari) mais aussi avec une approche plus directe que l’album précédent, une voix déclamée plus « germanique », plus martiale (Kuku, kultainen käkeni, Virsi tammikuinen). Les solis typés NWOBHM, en plus mélodiques, en plus aériens, prennent une place plus importante qu’auparavant. Quant à la rythmique, elle est également plus martiale, dans une veine plus saccadée.

Cette approche apporte indéniablement une variété supplémentaire au combo. Les solis remplacent les ponts et aèrent le propos. La musique respire, les changements de rythme y étant pour beaucoup également (Turma, Salojen saari). En somme, ce que la musique de Häive a perdu en mysticisme, elle l’a gagnée en efficacité technique, en enluminures et en accessibilité (Lapin Kouta, presque « dansant », Kuku, kultainen käkeni, Salojen saari). On pourra le regretter.

Il serait mentir que d’affirmer que les aspects folk inhérents à Häive ont disparu. Ils demeurent présents, mais de manière plus discrète, plus fondue dans la structure (Tuulen Sanat, Tuonen Lehto, Öinen Lehto). Les ponts / transitions à la guitare sèche offrent du relief aux morceaux et les fait gagner en dynamique, surtout lorsque ces solis de guitares acoustiques s’entremêlent aux solis heavy. La contemplation telle qu’on l’a connaissait à l’époque de Mieli maassa reprend le dessus le temps d’un instant.

Iätön est un album équilibré qui pourra désarçonner l’amateur de Häive. Il convient toutefois de l’appréhender comme un tout, de ne pas en séparer les titres au risque de se fourvoyer sur son contenu réel tant les enchaînements s’entendent dans leur globalité, précisément.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Häive
Black folk metal
2017 - Eisenwald Tonschmiede
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Häive
Häive
Black folk metal - 2002 - Finlande
  

tracklist
01.   Iätön (Ageless)
02.   Turma (Ruin)
03.   Lapin Kouta (Kouta from Lapland)
04.   Kuku, kultainen käkeni (Sing My Golden Bird)
05.   Tuulen sanat (The Spell of Wind)
06.   Salojen saari (Esoteric Isle)
07.   Tuonen lehto, öinen lehto (Grove of Tuoni, Grove of Evening)
08.   Virsi tammikuinen (Song of January)

Durée : 40:54

parution
24 Novembre 2017

Essayez aussi
Ebola
Ebola
III

2019 - Zero Dimensional Records
  
Árstíðir lífsins
Árstíðir lífsins
Aldafǫðr ok munka dróttinn

2014 - Ván Records
  
Knyazhaya Pustyn
Knyazhaya Pustyn
Marevo
(Марѣво )

2014 - Autodafe
  
Finntroll
Finntroll
Jaktens Tid

2001 - Spinefarm Records
  
Pillorian
Pillorian
Obsidian Arc

2017 - Eisenwald Tonschmiede
  

Lifetaker
Night Intruder
Lire la chronique
Diamond Head
The Coffin Train
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation
Lire la chronique
Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique