chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
166 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

1349 - The Infernal Pathway

Chronique

1349 The Infernal Pathway
Qu’est-ce qu’un bon titre de 1349 ? Eh bien c’est un titre qui t’encule violemment tout en te carressant les tétons ! Les deux doivent être faits en même temps, ou tour à tour pour apporter une jouissance véritable. Et c’est clair que les trois premiers albums des Norvégiens avaient réussi à nous faire jouir à répétition. Liberation : BOUM dans le cul. Beyond the Apocalypse : BOUM dans le cul. Hellfire : BOUM redans le cul. 2003, 2004, 2005. Il n’y avait pas longtemps à attendre à l’époque pour se faire violenter le popotin ! Certes ça s’est un peu compliqué par la suite. Les raisons étaient diverses mais on se souvient entre autres des litiges avec le label Candlelight, qui avait fait naître des rumeurs. Et le rumeurs viennent toujours d’une part de vérité... On disait en 2009 que 1349 avait sorti volontairement un album de mollusque, Revelations of the Black Flame, car ils avaient signé un contrat pour un album encore. Ils auraient alors baclé des compositions et on y trouvait même 24 minutes de samples, passages instrumentaux, ajouts expérimentaux pauvres... Seuls quelques pistes sauvaient les meubles, dont « Serpentine Sibilance » ou « Maggot Fetus, Teeth Like Thorns ». Et comme pour nous prouver que la rumeur était vraie, c’était l’année suivante que paraîssait Demonoir chez Indie. On retrouvait le mordant de Frost, Ravn, Seidemann et Archaon. Ils avaient mieux contrôlé leurs envies de variations et se contentaient de placer des intermèdes systématiques entre chaque piste. Ces passages instrumentaux prenaient tous le nom de « Tunnel of Set ». C’est important pour la suite. Pas la suite directe, mais celle qui arrive dans le deuxième paragraphe parce que d’abord, il y a eu le sixième album : Massive Cauldron of Chaos, le satisfaisant, le retour convaincant, mais finalement peu suivi. Ah ça, on ne peut pas dire qu’il a fait un buzz énorme cet opus... Est-ce la raison qui a poussé 1349 a de nouveau changé de label ? Possible, mais c’est effectivement terminé avec Indie et c’est le Français Season of Mist qui a récupéré les légendes.

The Infernal Pathway sort ainsi en 2019, après une attente record entre deux albums : 5 ans. Plusieurs membres avaient profité de la pause pour aller butiner ailleurs, et c’est ainsi que Ravn a prêté sa voix CELTIC FROST et NOCTURNAL BREED, que le bassiste Seidemann a joué pour SVART LOTUS et MORTEM, que le guitariste a fait des petits airs pour un titre de NORDJEVEL, et que Frost a comme toujours partagé son temps avec SATYRICON. Ils se retrouvent après 5 ans, et parviennent toujours à se remettre dans le bain. Line-up stable, sans doute grâce aux projets parallèles. Et niveau de musique stable aussi. Cet album de 11 pistes est indéniablement signé 1349, on reconnaît la hargne et l’énergie habituelle.11 pistes, mais trois sont instrumentales et nommées... "Tunnel of Set" ! Et oui, le retour des intermèdes, même s’ils sont moins systématiques que sur Demonoir. Trois, c’est peu. Trois c’est bien. Placés en 3ème, 6ème et 10ème places, ils passent crème et s’intègrent très bien entre les morceaux, donnant même l’impression d’en être des introductions malfasantes et maudites.

Un bon titre de 1349 doit nous sodomiser tout en nous carressant les tétons, disais-je en introduction ! Eh bien est-ce le cas ? Oui, et non. Contrat à moitié rempli en ce qui me concerne. Les morceaux « Abyssos Antithesis », et « Dodskamp » font un très bon travail, sachant employer l’agressivité inhérente du groupe comme on l’aime, et en la confrontant à des riffs ou des soli marquants, qu’on prend plaisir à réécouter. Mais les deux titres les plus réussis de l’album sont, pour des raisons différentes, « Deeper Still » et « Stand Tall in Fire ». Le premier est excellent ! Pile ce qu’on attendait, et d’un niveau tellement supérieur que les 6 pistes déjà passées nous semblent fades en comparaison. Lui il arrive à nous attraper par les tifs dès le début. Il nous balance au sol, et nous plante son chibre dans le trou en nous triturant les tétons dans le bon sens. Voilà le 1349 qu’on espérait ! Le deuxième a une approche totalement contraire, nous faisant les yeux doux avec un rythme plus lent, et une durée plus importante... 8 minutes ! Une durée qui n’avait pas été atteinte sur ce The Infernal Pathway qui avait une moyenne autour des 4:30, et un pic qui était atteint sur « Striding the Chasm » à 6 minutes. 8 minutes donc, qui alternent les rythmes tout en restant dans le démoniaque. Très belle piste qui prend encore plus d’ampleur vers la 5ème minute quand l’accélération arrive, puis qu’un solo de dingue s’installe ensuite. Seul souci de cette piste : on a tout de même perdu la patte 1349. Ce titre aurait pu figurer au sein d’une autre formation...

4 pistes qui me bottent bien... C’est pas mal quand même. Je rapelle qu’il y a trois « Tunnel of Set », ce qui fait donc 7. Au total, il y a 11 pistes, donc je n’ai pas parlé des 4 restantes... Et c’est là que je suis un peu plus réservé, presque hésitant... Certes, le talent des musiciens s’y retrouve, mais on n’y retrouve pas la flamme. On y a bien des passages qui vont retenir l’oreille, mais de manière trop sporadique, trop courte pour convaincre pleinement. La caresse des tétons est insuffisante ! Le ramonnage d’anus pourrait suffire à certains, mais en ce qui me concerne, je me suis pris tellement de queues que j’y suis moins sensible... Attention, je n’ai pas dit que ces morceaux étaient mauvais, mais qu’ils demeurent un poil trop anecdotique !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
07/11/2019 17:56
Mec, t'es brillant aujourd'hui, heureusement que je ne buvais rien en te lisant Mr Green
gulo gulo citer
gulo gulo
07/11/2019 16:37
ALORS QUANT A MOI JE N'AIME PAS ME FAIRE ENCULER ET POURTANT CET ALBUM NE ME PLAIT PAS PLUS QUE ÇA ETONNAMMENT
Solarian citer
Solarian
07/11/2019 15:35
note: 5/10
1349 pour moi ça s'arrête à Hellfire. ROTBF était un foutage de gueule intégral et les 2 suivants étaient loin de défourailler comme à la belle époque.
Quant à celui-là, écouté pourtant 3 fois et je me fais toujours royalement chier en dépit de ma bonne volonté. Exécution au poil ouais, mais riffing bof, ambiance bof, inspiration bof...
On est quand même à des années-lumière des ogives qui déboîtaient mémé comme les Chasing Dragons, Celestial Deconstruction, Hellfire et autres I Am Abomination.
Allez hop direction l'EHPAD.

fufupue a écrit : Ils changent 1349 … maintenant ils t'encule avec une capote en velour
Je dirais plutôt que 1349 aujourd'hui ça se résume aux préliminaires. Les préliminaires j'adore ça, mais avant de me faire mettre et là j'attends toujours.
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
07/11/2019 10:56
Trop mou. Je reste sur Beyond The Apocalypse!!
fufupue citer
fufupue
07/11/2019 10:46
note: 8/10
Ils changent 1349 … maintenant ils t'encule avec une capote en velour … Alors oui la furie des 1er album est loin, mais ils confirment avec brio l'évolution marquée par MCOC. Au bout du tunnel, jeu set et match pour moi. La seule chose qui m'agace: hooo un digipack

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
1349
Black Metal
2019 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  6.5/10
Webzines : (7)  7.13/10

plus d'infos sur
1349
1349
Black Metal - 1997 - Norvège
  

tracklist
01.   Abyssos Antithesis
02.   Through Eyes of Stone
03.   Tunnel of Set VIII
04.   Enter Cold Void Dreaming
05.   Towers upon Towers
06.   Tunnel of Set IX
07.   Deeper Still
08.   Striding the Chasm
09.   Dødskamp (album edit)
10.   Tunnel of Set X
11.   Stand Tall in Fire

Durée : 44:02

parution
18 Octobre 2019

voir aussi
1349
1349
Massive Cauldron of Chaos

2014 - Indie Recordings
  
1349
1349
Demonoir

2010 - Indie Recordings
  
1349
1349
Revelations of the Black Flame

2009 - Candlelight Records
  
1349
1349
Hellfire

2005 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
S.V.E.S.T.
S.V.E.S.T.
Urfaust

2003 - End All Life Productions
  
Ossuaire
Ossuaire
Derniers Chants

2019 - Sepulchral Productions
  
Dux
Dux
Vintras

2012 - Hass Weg Productions
  
Autarcie
Autarcie
Epoque Révolue

2012 - Dernier Bastion
  
Katechon
Katechon
Coronation

2015 - Nuclear War Now! Productions
  

Lifetaker
Night Intruder
Lire la chronique
Diamond Head
The Coffin Train
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation
Lire la chronique
Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique