chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hexekration Rites - Desekration Manifesto

Chronique

Hexekration Rites Desekration Manifesto (EP)
Originaire de la capitale, Hexekration Rites se forme en 2018 sous l’impulsion de C.S. et H.R. (ex-Azziard). Très vite, le duo va se mettre à la tâche, sortant en septembre de la même année sa toute première démo avec l’aide du label Atavism Records (Absolvtion, Saltas, Goatslave...). Une sortie qui, je dois bien l’avouer, m’était complètement passée à côté... Un an et quelques semaines plus tard, toujours avec le soutien du petit label français, le groupe signe son retour via un premier EP intitulé Desekration Manifesto.

Proposé en cassette ainsi qu’en CD, ce EP se dévoile en premier lieu à travers un artwork épuré et tout en sobriété. Le rouge et le noir s’y marient ainsi avec classe grâce à l’utilisation d’un vernis sélectif apportant un peu plus de cachet à ce qui n’est qu’un modeste digipack constitué de deux volets. En matière de contenu, Hexekration Rites n’en fait également ni trop ni trop peu puisque du haut de ses cinq titres (dont une introduction proposée sous forme d’incantation inquiétante), Desekration Manifesto s’étale sur près de vingt-cinq minutes. Une durée qui n’a rien d’excessive mais qui permet néanmoins de se faire une bonne idée du sujet.

Si vous en doutiez malgré l’artwork, Hexekration Rites oeuvre dans le registre d’un Black/Death qui, sur le papier, pourrait sembler assez peu original et personnel. Pourtant, cela n’est pas tout à exact puisque même si le duo parisien n’a effectivement pas inventé la roue, sa formule possède un petit quelque chose en plus qui très vite lui permet de faire la différence. Cette nuance distinctive, c’est ce riffing bien particulier qui n’est pas sans faire écho à celui très typé des Colombiens d’Inquisition et dans une moindre mesure à celui des Finlandais d’Archgoat ou des Belges de Possession (notamment dans les leads et autres solos dispensés par le groupe parisien). Un parallèle évident qui s’entend dès les premières mesures de l’excellent "The Altar Of Madness" et qui va naturellement persister sur les trois autres morceaux de ce Desekration Manifesto marqué par ce jeu particulièrement atypique. Comme chez Inquisition, celui-ci se caractérise notamment par une certaine redondance (ces patterns de seulement quelques notes qui bouclent encore et encore) ainsi que des riffs obscures et malfaisants ayant pour trame de fond un motif principal sur lequel va venir se poser un second riff sinistre et descendant plongeant l’auditeur encore un peu plus profondément dans les entrailles infernales de la Terre. Certes, l’affiliation avec les Colombiens est tout ce qu’il y a de plus flagrant et pourtant c’est clairement ce qui permet aux Parisiens de se distinguer aujourd’hui.

A travers une production dense et relativement étouffée en dépit de sa lisibilité indiscutable, Hexekration Rites va délivrer un Black/Death assez surprenant d’un point de vue rythmique. En effet, si le groupe donne tout d’abord le sentiment de ronronner tranquillement sur la base de riff mid-tempo répétitifs aux atmosphères particulièrement épaisses, on s’aperçoit bien vite qu’il y a bien davantage à découvrir. Ainsi, on remarque que certains changements de rythmes n’ont aucune incidence particulière sur la cadence de ces riffs et que si effectivement le duo aime répéter ad nauseam certaines séquences à des rythmes bien souvent modérés, la batterie (programmée) placée légèrement en retrait dans le mixage se fait étonnamment bien plus véloce (c’est par exemple systématique sur les débuts de "The Altar Of Madness", "Necrotriumph" ou "Blazing Purification"). Au-delà de cette cohabitation qui parfois donne en effet l’impression erronée d’un groupe peu engagé rythmiquement parlant, on trouve également quelques accélérations bien moins dissimulées comme par exemple sur "The Altar Of Madness" à 1:11, "Necrotriumph" et son pilonnage quasi constant, "Blazing Purification" à 0:57 et 1:55 ou "Ascension" à 0:15. Bref, ne vous y tromper pas, Hexekration Rites à plus d’un tour dans son sac. Enfin, mentionnons également la belle performance de H.R. qui derrière son micro nous livre une belle prestation de sa voix écorchée. Un chant incantatoire, lui aussi légèrement en retrait dans le mix et dont on va déceler dans certaines intonations une dévotion hallucinée offrant au passages à ces atmosphères pesantes encore davantage de profondeur.

Si en ce qui me concerne Hexekration Rites était jusque-là passé inaperçu, le groupe a su ici capter mon attention avec beaucoup d’intérêt. Outre l’artwork plutôt sympathique qui invite à découverte, on retiendra surtout ce mélange de Black et de Death Metal empruntant beaucoup à Inquisition (mais pas que...) pour un résultat finalement plus personnel qu’il n’y paraît. En attendant, à l’heure où les groupes de Black/Death peinent en général à ne pas user systématiquement de la même formule, on appréciera volontiers le parti pris auquel les Parisiens ont décidé d’adhérer. Si la suite s’avère du même acabit, on risque bien d’en entendre parler encore davantage. Bien joué messieurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sikoo citer
Sikoo
17/03/2020 17:38
note: 4/5
Bonne chronique comme d'habitude qui donne envie d'en entendre plus.
Cet EP est menaçant à souhait !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hexekration Rites
Black / Death Metal
2019 - Atavism Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hexekration Rites
Hexekration Rites
Black / Death Metal - 2018 - France
  

tracklist
01.   Ouverture  (02:40)
02.   The Altar Of Madness  (04:52)
03.   Necrotriumph  (05:08)
04.   Blazing Purification  (05:26)
05.   Ascension  (06:24)

Durée : 24:30

line up
parution
22 Novembre 2019

Essayez aussi
Appalling
Appalling
Inverted Realm

2019 - Redefining Darkness Records
  
Cadaver
Cadaver
Necrosis

2004 - Candlelight Records
  
King Of Asgard
King Of Asgard
Fi'mbulvintr

2010 - Metal Blade Records
  
Necrophobic
Necrophobic
The Nocturnal Silence

1993 - Hammerheart Records
  
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  

Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique