chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Asphodèle - Jours Pâles

Chronique

Asphodèle Jours Pâles
Si certains mettent du temps pour enregistrer et sortir leurs compositions ASPHODELE n’a pas été victime de ce syndrome, vu qu’après s’être formé cette année il a mis en boîte dans la foulée ce premier album original et envoûtant, qui confirme l’excellente santé et diversité de la scène hexagonale. Sous ce nom mystérieux on y retrouve des vieux briscards particulièrement expérimentés où se greffent notamment Stéphane Bayle (ex ANOREXIA NERVOSA, AU CHAMP DES MORTS), Spellbound (AORLHAC) et Christian Larsson (GLOSON, ex SHINING), du coup rien d’étonnant à ce que les choses se soient imbriquées si rapidement. Cependant attention à ne pas confondre vitesse et précipitation, mais vu le pedigree de chacun des membres on peut légitimement supposer qu’ils ne sont pas tombés dans ce piège, et c’est effectivement le cas, tant leur Post-Black spatial et mélodieux va montrer de très belles choses, à la fois apaisantes et accrocheuses. Car le quintet ne s’est donné aucune limite musicale et on va retrouver chez lui de nombreuses et diverses influences stylistiques tout au long de l’écoute, où la violence est mise de côté (et n’apparait qu’à quelques moments précis) pour laisser plus de place à la réflexion via un côté rétro délicieux et bien foutu.

Cela apparait dès l’introduction intitulée « Candide » où la tristesse est de sortie, à cause de notes de piano douces et mélancoliques propices au romantisme et à l’automne qui s’avance. Dès cela terminé « De Brèves Etreintes Nocturnes » continue d’emmener l’auditeur vers des rêveries tortueuses, liées notamment au chant doux et apaisant d’Audrey Sylvain (MALENUIT, ex PESTE NOIRE - et cofondatrice de ce projet) qui se mêle à celui tout aussi hanté de l’autre fondateur, qui change radicalement de registre par rapport à AORLHAC. Portés par une rythmique remuante où le mid-tempo côtoie des accélérations plus débridées ces deux parties vocales offrent ainsi une alternance entre calme et colère, proche du Dark Metal et du Gothique. Ce sentiment va se retrouver sur le long et atmosphérique « Jours Pâles » où la vocaliste s’en donne à cœur-joie afin de mettre en valeur la beauté et la tristesse, des antagonismes qui ne vont pas arrêter de se succéder durant l’avancée de cet opus. Pour l’instant on reste posé sur un tempo qui varie légèrement sans pour autant exploser complètement, et ainsi offrir suffisamment de subtilité et de puissance sans que cela ne nuise à l’ensemble, à l’instar de ce break acoustique qui ajoute un vrai sentiment d’apaisement, ajoutant ainsi un supplément de lumière au milieu de la nuit bien installée.

Si cette dernière offre un cadre idéal à l’écoute au fur et à mesure de l’avancée du voyage (vers des contrées lointaines comme dans un passé plus si proche) celle-ci va s’accentuer de façon plus affirmée, tout d’abord avec « Gueules Crasses » certes plus direct de prime abord, mais surtout plus éthéré et équilibré. Car ici la violence réapparaît de façon légère afin de mieux miser sur l’alternance (vu que des ambiances cotonneuses et les notes de piano y font leur retour), et cela amène un vrai surplus de diversité toujours mis en valeur par le duo au chant qui amène chacun son tour sa patte personnelle, histoire de produire sur l’auditeur une sorte d’introspection. Cette impression va se renforcer durant la seconde moitié de cette galette (pour l’instant réussie et misant énormément sur les harmonies vocales comme musicales), et pour démarrer celle-ci c’est « Nitide » qui ouvre les débats en amenant la lumière au milieu de cette obscurité. S’il semble plus provenir de la lune que du soleil le côté cosmique va être renforcé via de nombreux effets sonores où la dissonance et la réverb’ sont ici présents, le tout étant porté par un rythme global très faible qui amène les conditions nécessaires pour apaiser l’esprit et qu’il puisse rêver comme il faut. Si cet univers peut parfaitement être raccord avec les œuvres de Baudelaire ou Maupassant les ténèbres ne sont cependant jamais très loin, car « Refuge » nous renvoie vers le Black-Metal avec ses riffs coupants et gelés qui ne sont pas sans rappeler à la fois ceux de la formation de Niklas Kvarforth, et de l’entité principale du guitariste. On pourrait effectivement croire qu’on a affaire à la suite du magnifique « Dans La Joie » de par sa production et son dynamisme, d’où émerge un solo déchiré afin d’amener un peu de clarté au milieu de ce magma de noirceur et de froideur, où le tempo monte un peu en pression. Ce schéma se retrouvera à la fin avec « Décembre » brumeux au possible où rythmiquement ça joue le grand-écart (tout comme les voix) où la force et la douceur ne cesse d’alterner, confirmant que la fin de l’expérience est proche et qu’elle se maintient très haut en attractivité. Juste avant cela avec « Réminiscences » on avait même eu droit à un revival Post-Punk et New-Wave typiquement 80’s via une basse chaude bien présente d’où émergeait des notes de guitares venues de nulle part, et visiblement inspirées par les premières créations de THE CURE et le magnétique « Unknown Pleasures » de JOY DIVISION, où là-encore la nuit et le jour ne cessent de succéder.

Si la voix de la demoiselle pourra en désorienter certains de par son côté parfois en décalage avec la musique, il n’en reste pas moins que ce disque surprenant et étonnant ne laissera pas indifférent tant il est éloigné des standards auquel nous ont habitué chacun des musiciens ici présents. Misant beaucoup sur les ambiances sans jamais en faire trop et gardant une certaine retenue dans ses atmosphères et effets sonores les plus divers, ce long-format original et abouti d’obédience initiatique réussit surtout à ne pas tomber dans le ridicule et le mélo de bas-étage. Certes on pourra reprocher au binôme derrière le micro de parfois en faire un peu trop sur leurs tessitures basses mais il n’en reste pas moins que le boulot accompli est plus que convaincant, notamment par le fait que les parties énervées (fort discrètes) ne sont pas absentes, évitant ainsi de tomber dans quelquechose de plan-plan et sans intérêt. Alors oui ça ne marquera pas 2019 de son empreinte et il n’est pas sûr qu’on y revienne régulièrement, mais avec l’hiver qui arrive et la déprime saisonnière qui en découle ce petit plaisir auditif sera le parfait accompagnateur des longues soirées qui s’annoncent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
07/06/2020 11:21
note: 8/10
Au départ pas du tout convaincu, mais jugement entièrement révisé depuis.
Un disque au final presque addictif bien qu'il lui manque toujours selon moi un petit quelque chose pour vraiment décoller et toucher l'excellence... Il n'empêche que je finis toujours par y revenir, gage d'un sentiment de qualité qui ne peut que grandir au fil du temps...
Oxcidium citer
Oxcidium
13/12/2019 18:11
note: 8/10
Album plaisant à l'écoute. Il risque aussi de tourner avec l'hiver qui arrive. Un bon début, hâte de voir ce que le groupe va proposer

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Asphodèle
Post-Black Atmosphérique Mélodique
2019 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Asphodèle
Asphodèle
Post-Black Atmosphérique Mélodique - 2019 † 2020 - France
  

tracklist
01.   Candide
02.   De Brèves Etreintes Nocturnes
03.   Jours Pâles
04.   Gueules Crasses
05.   Nitide
06.   Refuge
07.   Réminiscences
08.   Décembre

Durée : 39 minutes

line up
parution
1 Novembre 2019

Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique