chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
171 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mur - Brutalism

Chronique

Mur Brutalism
Cinq ans après un EP éponyme qui montrait de bonnes dispositions il était temps pour le combo parisien de revenir aux affaires afin de confirmer ce premier jet dans une version plus longue, et surtout plus ambitieuse encore. Si les choses ont été longues à se mettre en place c’est qu’au sein de celui-ci il y’a eu des évolutions, tout d’abord avec un changement de personnel en interne dont le résultat majeur est l’apparition d’une écriture encore plus alambiquée et synthétique que dans un passé proche. Tout cela sans oublier un passage remarqué de Dooweet Agency vers Les Acteurs de l’Ombre, qui ose de plus en plus signer des formations sortant des sentiers battus, et difficilement classables. En effet faire rentrer le septuor dans un style précis est un vrai défi en soi tant ses influences sont nombreuses, ceci étant dû à la diversité des groupes dans lequel chacun des membres actuels a (ou a eu) l’occasion de jouer, vu qu’on y retrouve un ancien de TODAY IS THE DAY, GLORIOR BELLI et DARKNESS DYNAMITE à la batterie, ou encore de COMITY à la basse. Sur le papier ce mélange des genres a tout pour être casse-gueule car on sait bien qu’en général ce gloubiboulga musical est plus indigeste et inécoutable qu’autre chose, pourtant l’expérience et le pedigree des mecs vont permettre à ce long-format d’être relativement accessible, même s’il faudra être patient et attentif pour pénétrer cet univers particulièrement sombre et hermétique.

Car outre une rythmique majoritairement lourde influencée par le Hardcore le plus dépouillé (au chant parfaitement en raccord) on va y voir l’ajout de riffs à la fois glaciaux et écrasants, et surtout l’apport d’un clavier aux accents électroniques d’obédience industrielle. Tout ce maëlstrom confère donc à cet opus un statut bizarre où il est difficile de prendre parti, pourtant après nombres d’écoutes on s’aperçoit qu’il devient plus digeste et assimilable, même si bien sûr tout n’est pas gagné et nul doute qu’il va diviser par sa radicalité et son parti-pris. Si au départ l’entité nous gratifie de toute sa palette sur le très bon « Sound Of A Dead Skin » (qui sait être diversifié, brutal et massif à la fois), la lenteur va vite être mise en avant que ce soit sur le synthétique et jazzy « I Am The Forest » ou via l’inquiétant et obscur « Nenuphar » au soli d’arrière-plan angoissant. Cet éloge de la lourdeur est renforcé par le timbre de voix criard et désespéré de haute tenue signé Jay Moulin qui se montre du même niveau que ses camarades musiciens, et cela ressort de manière encore plus flagrante sur l’aérien et monolithique « Red Blessings Sea » où il s’égosille de plus belle, tout en proposant de légères variations au niveau de la tessiture. D’ailleurs même quand le tempo s’emballe il réussit à conserver une vraie accroche, à l’instar de ses comparses, comme sur le redoutable et énergique « Third » à la vitesse plus élevée et où l’on ressent l’influence du Punk pour y montrer un côté plus direct et simple de leur musique. Si ce titre voyait une approche plus bas du front en revanche le long « I See Through Stones » va être tout l’inverse, car ici tout y est plus gelé et robotique, donnant ainsi une sensation de vide sidéral absolu. A cela s’ajoute de nombreuses cassures pour un rendu qui part tous dans les sens, et où vient se greffer un solo désespéré joué à l’arrache, comme pour prouver néanmoins que la spontanéité reste de mise. D’ailleurs la technicité sur la deuxième moitié de cette galette va être le crédo majeur, entre le spatial et énervé « Livity » ou bien l’éthéré et suffocant « You Make I Real » qui servent de mise en valeur de l’interlude et de l’outro qui nous embarquent vers de la science-fiction, tant ces moments planants font littéralement décoller l’auditeur vers les étoiles et le cosmos.

Avec sa production sèche et coupante où la basse est parfaitement audible (et bien mise en valeur dans le mixage) ce disque se montre cohérent de bout en bout malgré une durée légèrement excessive, et quelques plans interchangeables. Sans baisse de régime majeure il montre que les mouvements au sein de la bande lui ont été bénéfique, celle-ci arrivant à densifier son propos sans tomber dans la redondance, et en conservant sa trame générale sur toute la longueur. Originale dans son approche et particulièrement bien écrite et composée, cette sortie détonne dans le paysage Metal hexagonal (comme dans le catalogue de son label), car si au départ elle peut donner la sensation d’être pédante et bizarroïde elle se révèle être finalement facilement digérable malgré ses excentricités. Sans être de l’Indus pur et dur, ni quelquechose pour Coreux ayant envie d’en découdre cette œuvre montre un côté impénétrable, violent et rare, qui ne demande qu’à être creusé et écouté dans des conditions optimales, au risque de ne pas en saisir le concept et de passer à côté de l’essentiel. S’il n’est pas sûr qu’elle soit approuvée par le plus grand nombre, elle mérite néanmoins que l’on s’y penche attentivement histoire de se faire son propre avis, et de voir si l’embarquement vers des contrées éloignées y est immédiat ou plus tardif.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
04/12/2019 17:47
BBB a écrit : L'album ne m'a pas vraiment chamboulé.
Je retenterai à l'occasion.


Pareil.
Dantefever citer
Dantefever
04/12/2019 15:11
Bon ben ya rien à faire, 90% de ce que sort LADLO depuis 3 ans me gonfle
BBB citer
BBB
04/12/2019 14:55
L'album ne m'a pas vraiment chamboulé.
Je retenterai à l'occasion.
AxGxB citer
AxGxB
04/12/2019 13:54
Je n'ai pas encore écouté l'album mais le titre qui avait été lâché en guise de préambule m'avait fait penser à une rencontre entre Unsane (cette basse cradingue et ce groove), Bloodlet (normal avec l'ex-Comity ici présent) et du Black Metal. C'était vraiment pas déplaisant. Il faudrait que j'écoute l'album pour voir si ça me plaît sur la longueur.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mur
Post Black/Hardcore Industriel
2019 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  6.75/10

plus d'infos sur
Mur
Mur
Post Black/Hardcore Industriel - France
  

tracklist
01.   Sound Of A Dead Skin
02.   I Am The Forest
03.   Nenuphar
04.   Die Kinder Tanzen Um Das Feuer Desjenigen, Der Das Licht Bringt
05.   Third
06.   My Ionic Self
07.   Red Blessings Sea
08.   I See Through Stones
09.   Livity
10.   You Make I Real
11.   BWV721

Durée : 49 minutes

line up
parution
25 Octobre 2019

Essayez aussi
Demande à la poussière
Demande à la poussière
Demande à la poussière

2018 - Argonauta Records
  
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse
All Hail The Swinelord

2015 - Season Of Mist
  
Mudbath
Mudbath
Corrado Zeller

2015 - Lost Pilgrims
  
Tombs
Tombs
Tombs (EP)

2007 - Black Box Recordings
  
Throane
Throane
Derrière-Nous, La Lumière

2016 - Debemur Morti Productions
  

Khnvm
Foretold Monuments of Flesh
Lire la chronique
Berzerker Legion
Obliterate The Weak
Lire la chronique
Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique