chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
128 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Traveler - Traveler

Chronique

Traveler Traveler
Qui dit fin d'année dit bilan. Et pour le remplir, il va falloir mettre les bouchées doubles tant j'ai pris du retard sur tout un tas de sorties qui mériteraient d'y figurer. Que ce soit dans la catégorie meilleurs albums ou celle des déceptions. Le temps manquant, je vais me concentrer sur la première jusqu'à mi-janvier. Pourtant, ne vous y trompez pas, 2019 restera une année plutôt terne, apportant son lot de désillusions, le plus important depuis de nombreuses années. Heureusement, les découvertes tiennent encore leur rang, prouvant une nouvelle fois que la scène metal reste en perpétuelle ébullition grâce à de nouveaux venus qui en veulent.

Et parmi ces découvertes, Traveler tient une place de choix. Chaque année, dans tous les sous-genres, une poignée de groupes fait le buzz dans l'underground. À tort ou à raison mais là n'est pas le sujet. En heavy, Traveler fait partie des quelques formations à avoir fait beaucoup parler d'elles. Une "hype" totalement justifiée à l'écoute de son premier full-length éponyme sorti en début d'année via Gates of Hell Records (quand je vous dis que j'ai du retard !), sous-label de Cruz del Sur à qui l'on doit également le cru Chevalier, l'épique Vultures Vengeance (pour les fans de Dark Quarterer) ou encore le speed Riot City (tape) en 2019. Riot City, tiens, justement. Traveler partage le même batteur, Chad Vallier. On y croise aussi un ex-Striker, le bassiste Dave Arnold, ainsi qu'un ex-Borrowed Time, le chanteur Jean-Pierre Abboud, également frontman de Gatekeeper. Bref, vous l'avez compris, Traveler est un groupe canadien qui fait du heavy metal, ce dont on aurait pu se douter rien qu'à la vue de ce logo kitsch très années 1980 et de cette pochette aux mêmes qualificatifs, bien qu'elle aurait aussi convenu à un combo plus extrême.

Classique. Voilà ce qui vient à l'esprit à l'écoute de Traveler. Classique dans le sens noble du terme. Le combo de Calgary respecte à la lettre les codes du heavy metal traditionnel, tout au plus y injecte-t-il des doses de speed. Mais putain qu'il le fait bien ! Il le fait même mieux que quasiment tout le monde cette année. La production est cristalline tout en conservant ce grain old-school, les compositions catchy, punchy et mélodiques et les trente-huit minutes s'avèrent un véritable régal pour l'amateur éclairé. Concernant le riffing, on est dans le classique très inspiré, ça transpire le heavy metal par toutes les notes. La rythmique se fait pêchue, certes pas aussi rapide qu'un Enforcer ou un Riot City (quoique ça ne se ménage pas sur la bien-nommée "Speed Queen")  mais ça joue quand même de façon assez soutenue la plupart du temps, avec quelques mid-tempos plus appuyés comme sur un "Fallen Heroes" plus émotionnel. Diablement efficace sur tous les fronts ! D'autant que les solos sont aussi à la fête, ça se répond du tac au tac entre les deux guitaristes qui ont du feeling à revendre, avec notamment quelques parties de twin guitars très agréables ("Starbreaker", "Behind the Iron", "Mindless Maze"). La formation se fend même d'un instrumental "Konamized" fort sympathique qui débute sur un petit parfum Maiden avant d'embrayer sur des saveurs Accept puis de gazouiller fièrement. J'ai même entendu nos Français de Hürlement à un moment ! Bref, chez Traveler, on sent les bases NWOBHM (début de "Behind the Iron" ...), en plus couillu. On pense à Omen, Judas Priest, Grim Reaper, Iron Maiden et tout un tas d'autres trucs cools.

Pas les pires références ! Traveler ne s'en cache d'ailleurs pas. Comment ne pas voir en le titre d'ouverture "Starbreaker" un hommage au Priest ? Rien que dans le titre ! Et puis la phrase Sin after sin dans les paroles ou la façon de chanter le refrain quand le frontman prononce le titre à la "Jawbreaker" ! Sur "Speed Queen", dernier morceau qui clôture le disque de façon bien virile, impossible de ne pas penser à Omen, un titre comme "Be My Wrench" par exemple. Ça speede et ça pose les couilles, c'est juste moins érotique ! Pour Maiden, c'est plus dans quelques mélodies typiques et les lignes de basse bien audibles. Encore un point fort ! Et en parlant de point fort, le vocaliste Jean-Pierre Abboud se pose là. Je ne le répéterai jamais assez, le heavy, avec le doom, est le style de metal où le poste de chanteur est le plus prépondérant et peut faire toute la différence, en bien comme en mal. Pas de grand album de heavy metal sans grand chanteur. Ça tombe bien, Traveler a de quoi faire avec JP Abboud qui possède notamment une grande versatilité dans ses intonations, sans toutefois jamais monter haut dans les aigus (c'est pas Riot City !). On est plus souvent dans les médiums, avec quelques passages dans les graves et quelques poussées vocales très priestiennes. Imaginez justement un croisement entre Rob Halford, Steve Grimmett et John David Kimball. Pas mal, hein ? Du coup, on a le droit à des couplets entraînants aux rythmiques et mélodies vocales bien trouvées ainsi qu'à des refrains (super important dans le heavy !) simples des plus catchy comme sur "Starbreaker", "Street Machine", "Behind the Iron", "Fallen Heroes" (plus poignant), "Mindless Maze" ou "Speed Queen". Nickel !

J'ai toujours le sentiment de rabâcher les mêmes phrases en chroniquant du heavy. Normal après tout, le heavy c'est comme ça et pas autrement. Encore une fois, Traveler ne propose rien de nouveau sur ce premier longue-durée éponyme qui ne surprend jamais, si ce n'est par sa grande qualité. On reste dans le traditionnel qui fleure bon les années 1980. Tant mieux j'ai envie de dire. Plus sobre que son frangin Riot City, Traveler passe le cap des écoutes répétées sans souci. Mieux, il se bonifie pour nous donner un des meilleurs albums de heavy metal de l'année aux côtés des valeurs sûres RAM et Vulture, des nouveaux talents Galaxy, Riot City et Vultures Vengeance, et du surprenant Diamond Head. Pas étonnant après tout car il a tout ce qu'il faut : des rythmiques entraînantes, des riffs solides, des solos inspirés, un chant varié et prenant nous offrant des refrains catchy et des couplets efficaces, une basse audacieuse et ce sacro-saint feeling qui fait toute la différence. Il n'y a guère que "Up to You" de plus quelconque, encore que son intro mélodique savoureuse et ses cavalcades intrépides donnent bien envie de lever le poing. Non, clairement, ces voyageurs tapent l'entrée fracassante avec ce premier longue-durée qui a tout d'un grand. Alors prenez vite votre ticket chez Heavy Metal Airlines et embarquez dès que possible !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
13/12/2019 14:33
Un de mes disques de l'année pour sûr.
En caricaturant: Maiden avec Axl Rose au chant. Mr Green
J'avais essayé Riot City et je me souviens que le chant ne passait pas du tout ici (les aigües justement).
AxGxB citer
AxGxB
09/12/2019 09:29
note: 8.5/10
Un poil au dessus du Riot City justement parce que le chanteur est ici impeccable sans en faire des caisses (le souci de son compatriote qui à tendance à trop monter dans les aigües à mon goût). Excellent découverte en effet !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Traveler
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (7)  8.43/10

plus d'infos sur
Traveler
Traveler
Heavy Metal - 2017 - Canada
  

tracklist
01.   Starbreaker  (05:41)
02.   Street Machine  (04:40)
03.   Behind the Iron  (04:37)
04.   Konamized (instrumental)  (02:09)
05.   Up to You  (03:47)
06.   Fallen Heroes  (05:58)
07.   Mindless Maze  (06:17)
08.   Speed Queen (05:28 )

Durée : 38:37

line up
parution
22 Février 2019

Essayez aussi
Angra
Angra
Fireworks

1998 - SPV
  
Screamer
Screamer
Hell Machine

2017 - High Roller Records
  
Blaze Bayley
Blaze Bayley
The Man Who Would Not Die

2008 - Blaze Bayley Recordings
  
Haunt
Haunt
Burst Into Flame

2018 - Shadow Kingdom Records
  
Nicolas Merrien
Nicolas Merrien
Black Sabbath - Children Of The Grave (Livre)

2016 - Le Mot Et Le Reste
  

Découverte de l'année
Monarque
Jusqu'à la mort
Lire la chronique
Khnvm
Foretold Monuments of Flesh
Lire la chronique
Berzerker Legion
Obliterate The Weak
Lire la chronique
Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique