chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Grief - Torso

Chronique

Grief Torso
Et ainsi se termine mon retour sur Grief, le meilleur des meilleurs groupes de sludge. Oh, je sais bien qu’il en reste encore un peu à dire, quelques dessins à faire dans les marges – je m’en occuperai peut-être un jour, si jamais j’estime que les gribouillis de Eric C. Harrison ne sont pas encore assez présents sur ce site bien trop propre.

Mais pour le moment, arrêtons-nous avec ce disque. Ce disque que j’ai longtemps cherché à un prix décent, avant de finir par l’acheter trop cher écorné, délavé, les coins rabougris, juste pour le tenir dans mes mains, joyeux comme à Noël. « Et pourquoi donc autant d’efforts pour une telle illustration, Ikea ? » Parce que faire des efforts pour de la merde, c’est sludge tiens ! Bon, et surtout parce que ce torse cadavérique qui pète en direction de l’abîme est la seule image qui convienne à Grief. Tu ne le vois pas toi, ce coup de crayon dégueulasse qui tapisse sa bêtise dès « I Hate Lucy » ? Ce gros majeur punk, sale-sa-mère, avec lequel le géant te malaxe façon préparation de l’argile avant sculpture, on mouille, on écrase les bulles d’air à l’intérieur, on tord, on déchire, on met sur plaque et on jette le résultat à la benne car on a enfourné trop tôt ? Et tout ça pour plus d’une heure de sludge lourd, non pas comme un six tonnes, un pachyderme ou je-ne-sais-quelle analogie courante ; lourd comme un mollusque, plus d’os, plus de vertèbres, on traîne sa maison d’ordures sur le dos, lentement, avec l’entrain du quotidien.

Et on est heureux, dans cette poubelle ! Car oui, comme crié lors de mes chroniques de Miserably Ever After et ...And Man Will Become the Hunted, Grief est un groupe qui rend heureux. Ivre d’un bonheur pollué, « Polluted » évidemment en tête de gondole des preuves à apporter. Ce morceau absurde, qui commence avec sa batterie de sauriens faisant de l’accrobranche à toute vitesse et en masse, ce riff qui frôle les fausses notes comme on surfe... Ce groove ! Elle a beau ne pas avoir toutes ses dents, cette mélodie sourit si franchement qu’on ne peut que l’accompagner, altier sous les ponts, lumineux sous la nuit, mes chiens sont mes potes et ma tente trouée un palais climatisé. On est bien, on déguste dans tous les sens, pour ne plus jamais redescendre.

Après ? Après, c’est la débandade continue, le bonheur dans la coulée interminable, tout feu tout flamme, plus d’esprit, de « Amorphous » jusqu’à la conclusion exaltée qu’est « Tar ». Une sorte de retour à l’extrême lenteur nihiliste de Come to Grief, à ceci près qu’elle paraît ici satisfaite de son impuissance, les menaces absentes, la générosité prenant place dans la diction empâtée des horreurs de tous les jours, assumant pleinement sa joie à étaler, grand enfant ayant remplacé sa fascination pour les flaques de boue par celle pour le sordide de la vie réelle, s’étirant de plaisir sans jamais vouloir finir, comme cette phrase que tu lis. Rhaaaaaaa...

Même en faisant un tracklisting à peu près scolaire, il reste difficile d’exprimer ce qui fait que le fan de Grief est... fan de Grief. De dire ce que ces guitares qui ont des gueules de rien, cette voix qui vomit sans se poser des questions de rythme, ce batteur seul dans son monde, ont de définitif, d’incroyable, même plus de vingt ans après. Au point de marcher sur des œufs, de risquer de faire croire au passant que Torso et ses frères sont des œuvres intellectuelles, abstraites, où l’intérêt est dans une forme de pensée du sludge. Pourtant, celui qui plongera dans le trou Grief verra qu’il n’y a rien de tout cela, que ces images de marginalité franche n’ont rien de conceptuelles, que la jouissance que la formation apporte n’est en rien mentale, qu’elle s’inscrit directement dans la chair pour ne plus la quitter, directe, idiote, « absoludge ».

...Bah, après tout, je ne t’apprends rien, toi qui vis les dimanches comme moi : il y a une béatitude à se laisser couler, à éteindre les lumières intérieures, à vivre pleinement sa procrastination comme une fin en soi. Grief, c’est plein de choses mais peut-être un peu plus ça – la félicité de n’être rien, ne vouloir rien, de tout remettre à plus tard, la vie bloquée à coups de bélier entre deux belles parenthèses. Soit deux sourires, un de chaque côté.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Grief
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (3)  8.83/10
Webzines : (2)  7.42/10

plus d'infos sur
Grief
Grief
Sludge - 1991 † 2009 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   I Hate Lucy  (07:26)
02.   Polluted  (09:03)
03.   Amorphous  (12:04)
04.   Life Can Be...  (08:22)
05.   To Serve and Neglect  (10:28)
06.   Beyond Waste  (07:43)
07.   Tar  (08:13)

Durée : 63 minutes 19 secondes

line up
parution
2 Mai 1998

voir aussi
Grief
Grief
Dismal (Compil.)

1993 - Common Cause
  
Grief
Grief
Miserably Ever After

1996 - Pessimiser Records / Theologian Records
  
Grief
Grief
...And Man Will Become the Hunted

2000 - Pessimiser Records
  
Grief
Grief
Come to Grief

1994 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Bädr Vogu
Bädr Vogu
Exitium

2012 - Memento Mori
  
Crowbar
Crowbar
Odd Fellows Rest

1998 - Spitfire Records / Mayhem Records
  
Fistula
Fistula
Idiopathic

2003 - Shifty Records
  
Sludge
Sludge
Yellow Acid Rain

2004 - Mighty Music
  
Iron Monkey
Iron Monkey
Iron Monkey

1996 - Union Mill
  

Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique