chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

(DOLCH) - Feuer

Chronique

(DOLCH) Feuer
Il en aura fallu du temps pour que la mystérieuse formation allemande (DOLCH) gagne les faveurs de Metal Archives et décroche une place dans leurs pages. C'était en 2019 justement, l'année de la sortie de cet album, leur premier, intitulé sobrement Feuer. Il en aura fallu encore un peu plus pour que le groupe soit chroniqué dans les colonnes de Thrashocore. J'avais discrètement intégré cet opus dans mon bilan personnel de ladite année, sans avoir osé écrire à son sujet. Mais lorsque j'ai vu que nous tolérions DREAM THEATER (je ne te remercie pas, Voay, Ashley Chevalier campe devant chez moi désormais !), j'ai fait fi de mes scrupules et décidé qu'il était plus que temps de déclarer ma flamme à ce groupe aussi insaisissable que captivant. Si Metal Archives a longtemps eu des réticences à leur égard, une formidable orga a flairé très tôt le potentiel de séduction des Allemands : le METAL MEAN FESTIVAL en Belgique les avait programmés en clôture de leur 11ème édition en 2015 et je leur en sais infiniment gré car ils me les ont fait découvrir. Encore merci à eux pour cela... et pour tout le reste d'ailleurs !

C'est donc en 2015 que je succombe au charme empoisonné de I & II, superbe compilation de leur première démo et de l'EP suivant, à son atmosphère cabalistique, sombrement onirique, à sa production faussement surannée. Autant dire que malgré quelques sorties ponctuelles, bien que d'égale qualité, mon impatience quant à l'arrivée d'un long format, l'acte fondateur d'un artiste si l'en est, fut longue à satisfaire. Feuer verra le jour en 2019 et l'éclatante lumière de son feu déchire alors le voile d'obscurité qui enveloppait encore (DOLCH) jusque-là. Je l'ai d'abord un peu boudé, mis de côté, repris, j'ai regardé d'un œil dubitatif la sensible évolution qui semblait poindre. Ingrate et bornée que je suis ! Je vous épargne les poncifs sur la maturité, blablabla...Il ne s'agit même pas de cela. (DOLCH) a juste eu l'intelligence d'explorer, d'exploiter, de magnifier son propre univers, pour lui conférer une dimension plus imposante, plus cérémonielle, en un mot plus souveraine. Un son plus limpide, trop propre ? Des arrangements judicieux et joliment soignés ? Des incursions subreptices vers d'autres horizons musicaux ? Et alors, où est donc le problème ? Ce cheminement, pesé et réfléchi, ne les a pas fait tomber dans le piège de la pompe ou de la pédanterie, n'a pas dénaturé leur propos, ni ne leur a fait renier leur vocation première, ce vœu non pieux : offrir à son auditoire un inquiétant mais douillet cocon dans lequel il est aussi bon que dangereux de s'abandonner.

Même si le groupe n'a pas à rougir de la qualité de ses compositions, bien au contraire, l'atout majeur de (DOLCH) est incontestablement sa chanteuse M. Sa voix est tour à tour sensuelle, indolente, autoritaire, ses lignes de chant, tant en anglais qu'en allemand ("Mahnmal", "Feuer"), diaboliquement enchanteresses, lui octroyant le statut de sirène des temps modernes, mortellement séduisante, qui nous ferait nous jeter aveuglément et avec dévotion, dans le premier brasier venu si elle nous en intimait l'ordre ("Halo (Afraid of the Sun)", "Psalm 7"). Puissante sorcière, puisqu'aucune lassitude ne m'étreint à l'écoute du titre ironiquement baptisé "A Love Song", litanie presque martiale tendance indus dans laquelle elle répète inlassablement (75 fois !) "I am glad we are not what you want us to be" entre deux affirmations péremptoires (ouf, elle conclut en proclamant son amour pour les chats !). A contrario et tout aussi ironiquement, "A Funeral Song" contient beaucoup d'amour : cette voix traînante, presque langoureuse, ses passages de violon, son texte d'une beauté douloureuse... (DOLCH) n'est rien d'autre que le fil de la lame glissant sur le poignet d'une âme perdue dans un bain brûlant.

Ah, la belle photo de famille dans les bureaux de Ván Records ! (DOLCH), entouré de ses pairs, ne dénote pas entre les portraits d'URFAUST, de WOLVENNEST ou même de THE RUINS OF BEVERAST ou de KING DUDE, tant le lien de parenté artistique au sens large (musique, esthétique, thématique) est évident, parfois éloigné, je veux bien le concéder. Comment ne pas évoquer aussi ce lien invisible avec les lointains cousins d'outre-Atlantique, Chelsea Wolfe et MENACE RUINE ? Une famille éclatée aux quatre coins du monde, aux relations distendues, mais partageant néanmoins les mêmes racines, ayant baigné dans les mêmes rituels occultes.

Avec Feuer, ce premier long format tant attendu, (DOLCH) a signé en lettres de feu et de sang l'une des plus troublantes et hypnotisantes réalisations de l'année 2019 du label Ván Records, qu'il est de toute façon bien difficile de prendre en défaut ou en flagrant délit de mauvais goût.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
26/01/2021 08:46
Je trouve cet album chouette mais born moins ensorcellant que la compilation de leurs deux premiers EPs
ERZEWYN citer
ERZEWYN
23/01/2021 12:29
note: 9/10
Merci tout le monde !

Je ne suis pas surprise de certains commentaires ! Mort de Rire
Voay citer
Voay
22/01/2021 22:13
Je me joins à mes petits camarades pour le concert de louanges concernant ta plume. Qu’est-ce que c’est bien écrit! Ça me donne envie d’écouter.
Et désolé pour l’autre concert qui t’a valu l’invasion de BFM Mr Green
Ash citer
Ash
22/01/2021 18:15
note: 8.5/10
Belle chronique ! Je m'y retrouve assez...
Quelque part Entre Urfaust et Chelsea Wolfe pour mon ressenti...
Jean-Clint citer
Jean-Clint
22/01/2021 11:47
Keyser a écrit : la (DOLCH) froide quoi Mr Green

La vache on a retrouvé Jean Roucas ! Mr Green
choochoo citer
choochoo
22/01/2021 11:38
note: 8.5/10
Belle chronique personnelle.
J'aime beaucoup cet album, j'y reviens régulièrement, en particulier lorsque je ne sais pas trop ce que j'ai envie d'écouter.
"...tour à tour sensuelle, indolente, autoritaire..." c'est exactement ça!
Il m'emmène ce disque.
Keyser citer
Keyser
22/01/2021 11:27
Pareil que vous deux mais je ne suis de toute façon pas le public ciblé. Quel ennui au Méan .. la (DOLCH) froide quoi Mr Green
Jean-Clint citer
Jean-Clint
22/01/2021 10:29
AxGxB a écrit : Jamais trouvé ça terrible (DOLCH). Je suis juste là pour dire que la chronique est cool et que tu devrais en écrire davantage Clin d'oeil

Pareil j'ai toujours trouvé ça emmerdant au possible... Mr Green

Mais comme Greg très bon boulot au niveau de l'écriture, tu es lancée maintenant et faut continuer comme ça Sourire
AxGxB citer
AxGxB
22/01/2021 09:27
Jamais trouvé ça terrible (DOLCH). Je suis juste là pour dire que la chronique est cool et que tu devrais en écrire davantage Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
(DOLCH)
Blackened Doom Metal/Drone/Dark Ambient
2019 - Ván Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (3)  8/10

plus d'infos sur
(DOLCH)
(DOLCH)
Blackened Doom Metal/Drone/Dark Ambient - Allemagne
  

tracklist
01.   Burn
02.   Halo (Afraid of the Sun)
03.   A Funeral Song
04.   A Love Song
05.   Psalm 7
06.   Mahnmal
07.   Feuer

Durée : 50:19

Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique