chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
138 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Atriarch - Forever The End

Chronique

Atriarch Forever The End
Cela sonne sans doute un peu cliché mais : les premières fois en musique, n’est-ce pas ? Quand on rencontre un groupe un peu par hasard, qu'il s’agit de son premier album, que celui-ci est bien un premier album avec tout ce que cela comprend de fraîcheur, d’essais manqués et réussis, d’expérimentations, d’aléas qui le rendent à part... Quand on tombe directement amoureux, à la fois surpris et curieux de tout ce que cela va donner par la suite. C’est ce qu’a créé Forever The End chez moi dès sa découverte.

Atriarch a changé depuis. Il est devenu un groupe institué, connu et reconnu, signé sur des labels réputés, avec ses hauts (encore récents, cf. le prenant Dead As Truth), ses projets annexes (que devient Barren Harvest d’ailleurs ?), ses bas aussi. Mais à l’époque de Forever The End, il était alors toute autre chose. Un fantôme, un extraterrestre, une anomalie difficile à situer car elle semblait faire son lit des interstices, glissant entre doom, black et post metal, deathrock, le froid intérieur, les couleurs rendues grises, l’hiver existentiel dans lequel on erre, le translucide et le diaphane devenant les matières fondant notre réalité. Une manière de vérité, que la bande transmet avec une simplicité confondante : les minutes s’écoulent et tout paraît aller de soi, fluide, obstiné, tel le gel qui prend possession de l’environnement.

Cette ambiance tient pourtant à peu de choses, au point de voir au départ en Forever The End une œuvre modeste, marquée par l’undergound, bizarrerie comme on en trouve parfois en creusant sur internet, estimée puis oubliée, d’une durée montrant une attention à ne pas s’imposer plus que de raison. C’est d’ailleurs ce qu’elle est en partie, l’écoute se terminant dans une amnésie de ce que l’on vient de traverser en sa compagnie, malgré des moments formellement forts (« Downfall » ; « Shadows » et sa ligne de basse...). Et pourtant, elle est plus que ça, là, dans les recoins qui sont son monde, par une voix qui frissonne dans ses passages « Christian Death » et glace dans ses élans blackened, sa batterie morte, ses guitares et sa basse rachitiques, portées à bout de bras tremblants par une production essoufflée. Un souvenir terne de musique vibrante, qui devient un souvenir vague d’un disque à écouter encore et encore, informe, si spectral qu’il s’échappe constamment, encore aujourd’hui et malgré des années à passer et repasser les œuvres de la formation de Portland.

Si, avec le recul, Forever The End paraît bien contenir ces quelques défauts que l’on qualifie « de jeunesse », à commencer par des longueurs qui se subissent un peu trop, il conserve cet émoi particulier ressenti lors de sa rencontre. Car Atriarch poursuivra certes dans ses créations suivantes une grande part de ce qu’il déploie ici – avec toute la réussite que l’on sait – mais perdra aussi un peu de son charme énigmatique, ainsi que de cette intensité particulière, éperdue, que l’on ressent le long de ces trente-six minutes. Comme une découverte faite devant nous de ses propres envies et talents à éteindre les lumières et laisser entrer le froid. Ah, les premières fois...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atriarch
Blackened Doom Metal / Deathrock
2011 - Seventh Rule Recordings
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (2)  6.34/10

plus d'infos sur
Atriarch
Atriarch
Blackened Post Doom Metal / Deathrock - 2009 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Plague  (7:11)
02.   Shadows  (9:07)
03.   Fracture  (14:02)
04.   Downfall  (5:48)

Durée : 36 minutes 8 secondes

line up
parution
17 Août 2011

voir aussi
Atriarch
Atriarch
Dead as Truth

2017 - Relapse Records
  

Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique
Nova
Veniamo Dal Cielo
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
Helloween
Keepers of the Seven Keys p...
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Black Mold
Tales of Degradation (Démo)
Lire la chronique
RAM
The Throne Within
Lire la chronique
White Ward
Love Exchange Failure
Lire la chronique
Adversary
Forgotten Remains Of Death ...
Lire la chronique
Svart Crown
Wolves Among The Ashes
Lire la chronique