chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
172 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Forlorn Citadel - Ashen Dirge of Kingslain

Chronique

Forlorn Citadel Ashen Dirge of Kingslain
Les fans de SUMMONING sont à la fois exigeants et intolérants. J’en sais quelque chose, je suis fan de SUMMONING. Je mets le groupe sur un piédestal, je le considère inégalable, et pourtant je ne peux m’empêcher de courir écouter des formations qui le citent comme inspiration principale. Et alors, le constat est pratiquement toujours le même… la confirmation que c’est moins bon, et un goût amer dans la bouche. Et pourtant je ne l’ai pas quand cela concerne d’autres formations que nos célèbres Autrichiens. Des formations influencées par DARKTHRONE ou BURZUM, j’engloutis sans broncher. Alors pour qu’un groupe qui rappelle SUMMONING parvienne à conquérir mon cœur et mes oreilles, il faut vraiment qu’il soit excellent, ou qu’il ait sa propre patte. CALADAN BROOD et SAOR y sont parvenus.

FORLORN CITADEL tente sa chance. C’est une formation australienne tenue par un seul homme, Solace, et effectivement elle joue à fond la carte SUMMONING. C’est plus qu’un hommage, c’est vraiment une reproduction fidéle des ingrédients qu’on appréciait chez nos maîtres de l’atmosphérique dans les années 90. Oui, je précise bien que c’est les albums des années 90 qui viennent à l’esprit. On dirait presque une reconstitution minutieuse des productions Minas Morgul, Dol Guldur et Stronghold ! C’est sûr et certain, Solace a poncé encore et encore ces albums, et il a décidé de ressortir du placard les instruments de l’époque. Oui, il n’a pas voulu utiliser des sons trop modernes, trop actuels, trop propres, mais bel et bien ceux qui peuvent friser avec le cheap mais qui justement ne l’étaient jamais chez SUMMONING.

Et attention… FORLORN CITADEL s’en sort pas mal ! Mais surtout il commence avec une introduction et une première piste parfaite. Je ne savais rien du groupe quand j’ai appuyé sur lecture, et j’ai eu un petit rictus d’approbation quand les notes du clavier sont apparues : « oh, mais c’est du old SUMMONING ça ! ». Et la mélodie simple et sans prétention de « Forthwith Thine Guilhelm Strong », qui apparaît dès les premières secondes m’a achevé ! « PUTAIN, c’est du vrai SUMMONING comme à l’époque ! ». J’ai joui, d’autant que la voix reste elle aussi dans des graves proches de la voix de notre idole. Puis la piste suivante a commencé et… j’ai déchanté ! Mais subitement. J’ai été ramené sur terre bien brutalement à cause de la mélodie principale qui cette fois-ci ne fonctionne pas, mais pas du tout. On a l’impression que les notes ont été choisies au hasard. Elles ont été tirées au sort ? Ou alors c’est le chat de Solace qui passait par là et a foulé les touches du synthé ? Quand un groupe fait une reprise, ou quand il joue en concert, on dénote quelque fausses notes, différentes de celles qui auraient dû être jouées, mais là, dès c’est carrément les notes de la composition originelle qui sonnent fausses. N’importe qui écoute ce titre et fait la grimace ! « C’est pas la note qui était prévue ! Si ? ».

Les pistes restantes vont osciller entre ces deux morceaux, proposant des parties très efficaces à d’autres juste supportables. Mais les premières sont un peu plus nombreuses, faisant de ce premier album une petite surprise, un mini-événement à tenter, ne serait-ce que pour savoir si l’on est aussi exigeant et intolérant que Sakrifiss !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Forlorn Citadel
Summoning Black Metal
2020 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Forlorn Citadel
Forlorn Citadel
Summoning Black Metal - 2017 - Australie
  

tracklist
01.   Glimmering Hearth to Ages Rekindled
02.   Forthwith Thine Guildhelm Strong
03.   Ancient Keepers of Unending Entombment
04.   Ashen Dirge of Kingslain
05.   Below the Grey Mist, Above the Forgotten
06.   Blade Pried Whom’st Grasp Unyielding
07.   Bedridden to Griefborn and Veinroot
08.   Conquering the Gate of Kazuth-Dol (demo)

Durée : 42:29

parution
24 Janvier 2020

Essayez aussi
Moongates Guardian
Moongates Guardian
...And in the Glade a Light Was Seen

2016 - More Hate Productions
  
Forgotten Winter
Forgotten Winter
Vinda

2015 - SlowDriver Productions
  

Swarmageddon
Lire l'interview
Cultum Interitum
Poison Of Being
Lire la chronique
Behemoth
Demigod
Lire la chronique
Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview