chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Feastem - Graveyard Earth

Chronique

Feastem Graveyard Earth
C'est quand même chouette, d'avoir un climat intransigeant. Tiens, prends la Finlande, par exemple. Une poignée de musiciens, que tu jettes en pleine forêt, condamnés à être malmenés par les températures glaciales, cinq mois de nuit par an et une langue quasi-ésotérique pour qui n’y est pas initié, et PAF ! Tu obtiens l'une des scènes Black Metal les plus riches et qualitatives du genre. Jouer vite et fort, bouger partout dans le pit pour se réchauffer, le pays aurait pu être un bon terreau pour le Grindcore… Pourtant, la scène Finlandaise n’est pas forcément la plus connue : sorti des vétérans Rotten Sound et des surdoués (je pense à Death Toll 80K), peu de noms de formations Finlandaises me viennent en tête... Ha, si, peut-être bien Feastem, en fait.

Pas la plus connue, mais loin d’être la plus jeune, puisqu’elle est active depuis 2005. Quinze ans de longévité pour un groupe que je n’ai découvert qu’avec la sortie d’ « Avaritia Humanae », en 2013, dont j’avais eu l’occasion de parler sur Thrashocore. A la réflexion, et à la réécoute, je trouve que j’ai été un peu sévère avec la galette. Peut-être que j’en attendais trop, que prendre Rotten Sound pour mètre-étalon était un peu raide… Peu importe, les Finlandais me corrigent cette année de la plus belle des manières : en sortant, sept ans plus tard, une lame d’un tranchant redoutable, forgée au marteau-pilon et trempée dans l’huile la plus corrosive qui soit, livrée bien polie dans deux fourreaux différents : en LP chez Lixiviat Records (label des gones de Warfuck), avec une pochette aussi réussie qu’improbable, et en CD chez EveryDayHate, parée d’un artwork autrement plus conventionnel.

Quoiqu’il en soit, Feastem n’a rien perdu de sa hargne, au contraire, tout porte à croire que le climat délétère ambiant aura renforcé l’envie du groupe de casser des gueules.

Doté d’une production qui a bien mangé ses cinq fruits et légumes par jour, mais saupoudrés de protéines, « Graveyard Earth » ne correctionne plus : il dynamite, il disperse, il ventile. La même recette que par le passé, mais en plus « tout ». Plus énervée, plus intense. Le blast-beat y est évidemment quasi-constant, chaque coup de médiator creuse un ravin, et le chant étranglé de Petri Eskelinen fait baisser les yeux, à grands coups de saillies fédératrices (« I Will Never Kill », rââââh…). Quand la démonstration de force est aussi impressionnante, on se tait, et on reconnaît avoir jugé le groupe un peu rapidement.

D’autant que Feastem sait infuser à son Grindcore, déjà pétri d’influences mises au service de l’agression, quelques petites idées qui lui évitent de s’encroûter dans la redite. Rien de révolutionnaire, hein, mais elles ne manqueront pas de décrocher une droite, puis le sourire, au connaisseur. Le chant qui s’aligne sur les tonalités de la guitare sur «Creeping Heat », le dôme de la ride qui vient ponctuer les changements de riffs du véloce « Verta ja lihaa », les breakdowns faussement pépères de « Sortovalta» qui ne sont que des échauffements avant le 100 mètres, ces cymbales étouffées démarrant « Turha toivo »… Une multitude de petits atouts qui poussent au replay. « Terror Balance » et ses motifs de fin du monde, « Pelon voima » et son D-beat façonné pour secouer les malheureux au premier rang, « Kurjuuden kuningas » qui voit Feastem donner tout ce qui lui reste d’énergie dans la dernière ligne droite, sont autant de preuves que le groupe n’a, à aucun moment, baissé la garde. Intensité soutenue du premier au dernier titre, la pression ne redescend qu’à l’outro bruitiste à souhait, friture sur la ligne sortant des enceintes, rudement éprouvées.

"Graveyard Earth" remplit toutes les clauses de son contrat. Il est court, il est violent, il ne ménage pas l'auditeur et ne pourra que prendre encore plus de relief sur les scènes. Mieux, il fait du zèle, en ajoutant quelques petites tournures, évoquées plus haut, ajoutant à l'efficacité de l'ensemble. Un boulot d'artisan, dans ce que le terme peut laisser entendre de plus noble : c'est honnête et ça respire la passion. Amateurs, vous savez ce qu'il vous reste à faire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Nikolaaa citer
Nikolaaa
27/02/2020 21:28
Juste écouté la première piste sur Bandcamp, c’est jouissif! Vivement la sortie officielle! Et merci pour la découverte Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Feastem
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Feastem
Feastem
Grindcore - 2005 - Finlande
  

nouveaute
A paraître le 13 Mars 2020

tracklist
01.   The Rope Calls Your Name  (01:12)
02.   I Will Never Kill  (01:05)
03.   Sick  (01:15)
04.   Terror Balance  (01:51)
05.   Sortovalta  (01:32)
06.   Verta Ja Lihaa  (01:31)
07.   Creeping Heat  (01:07)
08.   In Isolation We Die  (01:09)
09.   Pelon Voima  (01:36)
10.   Graveyard Earth  (02:10)
11.   Spreading Darkness  (01:27)
12.   Mouths of Others  (00:51)
13.   Turha Toivo  (00:38)
14.   Kurjuuden Kuningas  (01:11)
15.   Outro  (01:14)

Durée : 19:49

voir aussi
Feastem
Feastem
Avaritia Humanae

2013 - Obscene Productions
  

Essayez aussi
Rotten Sound
Rotten Sound
Exit

2005 - Spinefarm Records
  
Phobia
Phobia
22 Random Acts of Violence

2008 - Willowtip Records
  
Blockheads
Blockheads
Shapes Of Misery

2006 - Overcome Records
  
Wormrot
Wormrot
Dirge

2011 - Earache Records
  
Phobia
Phobia
Remnants Of Filth

2012 - Willowtip Records
  

Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique