chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
126 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Skullcrush - Archaic Towers Of Annihilation

Chronique

Skullcrush Archaic Towers Of Annihilation
Depuis quelques temps l’underground Américain voit émerger de toutes parts un nombre impressionnant de formations intègres au plus haut point, qui pratiquent un Death-Metal bas du front et primitif de grande qualité (mon collègue AxGxB a déjà eu régulièrement l’occasion d’en parler). Nouvel exemple en date avec ce trio venu de l’Arizona dont la musique froide et putride ne révolutionne rien mais fait le métier avec sérieux et application, ce qui est largement suffisant. Ayant officié lors de ses débuts en 2017 sous la forme d’un quatuor, celui-ci n’a pas perdu de temps pour sortir un premier Ep qui a vu le jour à peine un an plus tard (et suivi dans la foulée d’un single inédit), avant de logiquement franchir aujourd’hui le cap du long-format avec une équipe remaniée. Cependant ce mouvement de personnel n’a pas eu d’impact sur la musique du groupe qui ne s’embarrasse pas de futilités et livre une réalisation crue et directe, qui va donner envie à plusieurs reprises de headbanguer tant elle se révèle être entraînante et bien en place. Car pendant un peu plus d’une demi-heure on va avoir droit à six morceaux bruts de décoffrage où la vitesse et la lourdeur vont souvent s’équilibrer et se croiser, afin d’éviter la redondance si souvent présente dans ce genre de style primaire. Mais même s’ils n’évitent pas les plans interchangeables et une construction générale assez similaire d’un titre à l’autre les mecs ont réussi à être suffisamment habiles pour que cela ne soit pas rédhibitoire.

En effet l’énergie déployée et l’ambiance glauque présente d’un bout à l’autre font oublier ces défauts de jeunesse, il suffit d’écouter « Overthrown » qui ouvre les débats pour en être convaincu, vu qu’ici la bande nous gratifie de tout son panel de jeu où brutalité exacerbée et lenteur massive sont de sortie. Ça enchaîne effectivement de tous les côtés entre parties rapides et d’autres plus écrasantes où la hargne est présente de bout en bout, et renforcée d’ailleurs par un son glauque et putride au possible particulièrement glacial, très éloigné donc de la ville de Phoenix d’où sont originaires les créateurs. On va retrouver ce même schéma à l’opposé de cet opus avec « Foretoken Punishment » et ses sept minutes au compteur, qui termine les hostilités là-aussi de la meilleure des façons. Proposant plus de ralentissements ça n’en oublie pas moins de s’agiter quand il faut afin de donner envie de remuer la tête, même quand des relents Doom apparaissent de façon flagrante et agréable (d’ailleurs ce point sera présent sur la majeure partie des autres compositions bien calées entre ces deux extrémités). Faisant toutes preuve d’une sobriété exemplaire on retrouve encore de l’explosivité bien visible sur le redoutable « Monumental Tomb » où les blasts et le tabassage vont s’exprimer frontalement durant sa première moitié, avant de s’éclipser ensuite et de laisser place à des plages plus posées et rampantes où le tempo s’est considérablement ralenti. D’ailleurs le reste de ce qui va arriver se conclura de façon systématique sur une rythmique bridée au maximum, d’où un sentiment de répétition légitime, mais qui ne pose pas de gros problème vu que l’ensemble passe comme une lettre à la poste. En effet que ce soit avec l’étouffant « Buried And Forgotten » (qui joue à fond la carte du grand-écart entre lourdeur et rapidité), le vivifiant « Nightmares For The Blind » (aux parties mid-tempo inspirées et contagieuses pour taper du pied), et le très bon « Voice Of The Abhorred Dread » (aux arpèges de clôture doux et apaisants) toute cette triplette s’achève de la même manière. Heureusement elle voit heureusement apparaître des éléments différents pour chacune, afin d’obtenir un résultat très agréable qui fait du bien par où ça passe.

Ayant en plus la bonne idée de ne pas s’éterniser inutilement ce premier album du désormais trio est une vraie découverte qui fait passer un très bon moment, à défaut de marquer l’année de son empreinte. Si le tout sera quand même oublié assez rapidement on appréciera néanmoins de le réécouter de temps en temps vu que sa fougue contagieuse et sa production rétro au possible sont toujours bons à prendre (notamment à une époque où le son plastique et synthétique a pris le dessus). Ça ne fera pas avancer le schmilblick d’un pouce mais avec son accroche et son entrain communicatif (qui compenseront un certain manque d’idées) il serait dommage de ne pas lui donner une chance, tant il a des arguments à défendre, même si c’est sûr qu’on n’y reviendra pas fréquemment.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skullcrush
Death Metal Primitif
2019 - Raw Skull Recordz
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Skullcrush
Skullcrush
Death Metal Primitif - 2017 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Dawn Of Sin And Everlasting Torture
02.   Overthrown
03.   Monumental Tomb
04.   Buried And Forgotten
05.   Halting The Ascension Of Corroded Light
06.   Nightmares For The Blind
07.   Voice Of The Abhorred Dread
08.   Foretoken Punishment

Durée : 35 minutes

parution
13 Décembre 2019

Essayez aussi
Oath Of Cruelty
Oath Of Cruelty
Summary Execution At Dawn

2019 - Dark Descent Records
  
Cianide
Cianide
Unhumanized (EP)

2019 - Hells Headbangers Records
  
Confessor A.D.
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)

2018 - Nihilistic Holocaust
  

Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique