chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
95 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lifetaker - Night Intruder

Chronique

Lifetaker Night Intruder
Sortir un disque si énervé, si agité, le jour de la fête des amoureux… Attention, les gars, je crois qu’on a de sacrés petits taquins devant nous. Et ce n’est pas pour me déplaire, bien au contraire !

La pochette classieuse, qui réussit à être inquiétante sans pour autant être trop edgy, et la promesse d’un mélange de Grindcore, de Hardcore et de Sludge, m’avaient déjà vendu l'album avant même d'appuyer sur Play. Pourtant, jusqu’à présent, la formation était purement et simplement inconnue au bataillon. Lifetaker ? Désolé, votre nom n’est pas sur ma liste. Des outsiders, qui semblent se complaire dans ce rôle de vilains petits canetons. Après s’être échauffés sur un EP, « Thanatos », sorti l’année de leur formation (2018), le quintet propose son premier full-length, « Night Intruder », en autoproduction. Seul contre tous, besoin de personne pour prouver qu'on peut casser des bouches.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce premier jet est très réussi. La copie n’est pas parfaite, mais pour un candidat libre qui a bûché dans son coin, le résultat est plus qu’honorable. Prenez Young and in the Way (sans les histoires sordides), ajoutez une rasade de Nails (sans le côté simplet) et de Converge (sans les velléités mercantiles), et vous aurez une petite idée de ce qui vous attend sur « Night Intruder ». Le titre de l’album était déjà un bel indice : à l’image de ce gus cagoulé, probablement très peu porté sur la gentillesse, le disque ne s’encombre pas de consentement pour faire ses basses œuvres. Ne t’inquiète pas, ça va vite et bien se passer.

L’affaire est pliée en 28 minutes, le cambriolage est minuté. Dès les premières secondes, on sait qui a mis les pieds chez nous. Le son, que l’on doit au Tonmeisterei Oldenburg (Jungbluth, Alpinist, Jesus Cröst, Yacopsae, excusez du peu) a su atteindre le point d’équilibre parfait entre la saleté des rues les plus mal famées de Dortmund et la propreté étincelante des plus grandes écuries du genre : ce mélange bâtard de Hardcore chaotique et de Grindcore n’aurait d’ailleurs pas dépareillé dans le roster de Deathwish/Throatruiner… Lifetaker prend ses aises et violente, au travers de compositions variées, mais qui gardent toutes en fil conducteur l’urgence, et la soif de sang: « Loverope », et son ouverture résolument Black Metal ; « Liturgy » qui traîne son tempo lent, encombré de riffs Sludge de fin du monde, brisés par des accélérations bien senties en seconde moitié de titre ; Avec, systématiquement, cette alternance d’aboiements Hardcore et de hurlements stridents, passés du côté obscur de la force – Ce n’est pas un, mais plusieurs assaillants qui nous font face. Et leur ardeur à la tâche impressionne. Le tempo est globalement soutenu, et les ralentissements ne sont que des prétextes pour frapper au sol. Peu importe la discrétion quand on est en surnombre ! Tout un programme, hein ? Et être témoin sonore, et non simplement oculaire, de ce brûlot résolument Punk dans l’âme, fait toute la différence.

Forcément, les influences sont bien présentes, et « Night Intruder » manque peut-être un peu de personnalité pour être un album sur lequel on reviendra encore dans quelques années. Néanmoins, pour ses premiers pas dans la cour des grands, Lifetaker montre les crocs, et un sacré potentiel dans l’attentat sonore. Vicelard, nerveux, les muscles en tension permanente, il démarre avec un croc en jambe, et appelle ses potes pour finir le travail au sol. Lâche ? Non, stratège, Monsieur. « Night Intruder » ne s’encombre pas de chichis, et fonce droit au but avec ses riffs acérés et ses rythmes galopants. Un bien beau drive-by.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

FullSail citer
FullSail
26/02/2020 19:25
note: 7.5/10
Rien à ajouter ! Cool chronique pour un album ultra-frontal et vicieux à la fois. Une très très bonne surprise qui mine de rien revient régulièrement tourner par chez moi depuis sa découverte.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lifetaker
Grindcore/Hardcore/Sludge
2020 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Lifetaker
Lifetaker
Grindcore/Hardcore/Sludge - 2018 - Allemagne
  

tracklist
01.   Pestkult  (01:56)
02.   Colony  (01:32)
03.   Catacomb Winds  (02:27)
04.   Cold War  (02:08)
05.   Loverope  (02:16)
06.   Liturgy  (02:53)
07.   First Woe  (02:25)
08.   Wound Man  (01:18)
09.   Solipsist  (01:50)
10.   Grabendolch  (01:33)
11.   Carcosa  (01:44)
12.   Tombless  (01:23)
13.   Glorify the Blade  (02:23)
14.   Stigmata  (02:22)

Durée : 28:10

parution
14 Février 2020

Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique