chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
163 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pearl Jam - Vitalogy

Chronique

Pearl Jam Vitalogy
Si l’enregistrement de Vs. n’a pas été ce que l’on peut appeler une partie de plaisir, en grande partie à cause de cette pression que Pearl Jam s’est lui-même collée sur les épaules mais aussi parce que ces quelques semaines passées en studio ont été pour Eddie Vedder parmi les plus pénibles de sa carrière de musicien, ce troisième album restera à jamais marqué par les premières véritables tensions qu’à connu le groupe. L’une des raisons expliquant ces luttes intestines est probablement à chercher du côté de ce rythme effréné que mène les Américains depuis la sortie de Ten. En effet, alors qu’entre 1993 et 1994 le groupe enchaîne les dates entre l’Europe et les États-Unis, Pearl Jam passe le plus clair de son temps libre en studio afin de coucher sur bandes les titres qui composeront le successeur de Vs. tout en menant de front un combat malheureusement perdu d’avance contre le géant Ticketmaster dans le but de saper ce monopole qu’il entretient d’une main de fer sur les plus grandes salles de spectacles aux Etats-Unis (lutte que Stone Gossard et Jeff Ament iront défendre jusqu’à Washington D.C. et qui forcera le groupe à ne plus tourner dans son propre pays pendant plus de trois ans). Mais au-delà d’un planning chargé et épuisant, l’autre facteur de tension est surtout ce rôle de quasi-dictateur que va endosser Eddie Vedder. Fonctionnant jusque-là sur une base collaborative solide et complémentaire, cette main-mise du Californien sur les décisions finales va générer pas mal de frustration, d’incompréhension et de mécontentement parmi le reste de la bande avec qui la communication a naturellement du mal à se faire. Une situation inédite et particulièrement compliquée à gérer d’autant que celui-ci cherche en parallèle à s’affirmer en tant que troisième guitariste, composant ici pas moins de six morceaux sur les quatorze que compte ce Vitalogy. Si à l’époque Stone Gossard a bien failli quitter le navire, c’est finalement Dave Abbruzzese qui sera remercié quelques mois avant la sortie de l’album. Résultat des courses, après un premier rendez-vous manqué quatre ans plus tôt, c’est finalement Jack Iron qui sera choisi pour intégrer au pied levé les rangs de la formation, juste à temps pour enregistrer les parties de batterie de "Hey Foxymophandlemama, That's Me", dernier titre de l’album.

Sorti treize mois seulement après Vs. (et encore, parce qu’Epic a vraisemblablement tempéré les ardeurs d’un Pearl Jam dans les starting block), ce troisième album devait avoir pour titre Life. Le groupe à néanmoins revu sa copie après qu’Eddie ait trouvé lors d’une brocante un vieux livre médical intitulé Vitalogy. Sous le charme de ces illustrations et textes d’une autre époque et parce qu’il va désormais avoir à coeur de proposer des artworks invitant l’auditeur à feuilleter chaque page de ses livrets (les 156 Polaroïds de No Code[, le panneau céder le passage de Yield, les illustrations de Backspacer...), Pearl Jam a souhaité ici donner l’illusion d’un livre (le format peu orthodoxe du digipack, la table des matière, l’aspect cuiré de l’artwork), reprenant au passage de nombreuses illustrations de cet ouvrage datant tout de même de 1899. Pour la production, le groupe à fait appel pour la seconde fois consécutive aux services du producteur Brendan O’Brien sauf qu’à la différence de Vs., les sessions d’enregistrement se sont ici étalées sur plusieurs mois et qu’elles se sont déroulées dans six studios différents alors que le groupe était sur la route.

Cette manière peut-être plus désinvolte d’aborder l’écriture et l’enregistrement ne sera pas sans avoir un impact sur la musique de Pearl Jam. Vitalogy est ainsi marqué par une certaine urgence que l’on va retrouver en partie dans ces morceaux dotés d’un esprit de concision hérité des influences Punk de la formation (de ces deux premiers titres que sont "Last Exit" et "Spin The Black Circle" en passant par "Whipping" ou bien encore "Satan’s Bed") et par une rage non-dissimulée, notamment dans les paroles et la voix d’un Eddie Vedder despotique mais toujours aussi passionné comme par exemple sur l’excellent "Not For You". Dans le même ordre d’idée, on note également que l’album est marqué par une production naturelle, presque dépouillée (en tout cas pour un disque de ce calibre) et finalement très Rock’n’Roll ainsi que par une écriture tout simplement plus épurée (mais où sont donc ici passés les superbes solos de McCready ou de Stone Gossard, ceux capables de vous filer la chair de poule ?) et parfois même complètement décomplexée. Car oui, Vitalogy est aussi l’un des albums les plus libérés et créatifs de Pearl Jam avec notamment quelques compositions ou séquences particulièrement surprenantes (les toutes premières secondes jazzy foutraque de "Last Exit", "Pry, To" faisant ici office d’interlude), pas toujours très heureuses (l’étrange "Hey Foxymophandlemama, That's Me" qui vient conclure l’album sur une note dissonante) et qui à défaut d’être ces tubes fédérateurs auxquels le groupe nous avait habitué auront, en tout cas pour certains, marqués les auditeurs au fer blanc (l’agaçant et pourtant attachant "Bugs", "Aye Davanita" et son rythme chaloupé et entêtant...).

Si l’aspect "bigger than life" qui caractérisait jusque-là Pearl Jam s’est donc largement estompé, il est ici remplacé par une aura Folk moins tape à l’oeil et surtout beaucoup plus sombre qui n’est finalement que le reflet de certaines influences restées jusque-là sous-jacentes (Tom Waits, Neil Young, Led Zeppelin...). Alors c’est vrai, Vitalogy n’est probablement pas la suite que beaucoup attendaient, notamment à cause de ces expérimentations souvent approximatives et bancales et de ce parti pris menant à une musique moins galvanisante et fédératrice (même si je ne doute absolument pas de l’efficacité d’un titre comme « Spin The Black Circle » en live). Pour autant, ce troisième album n’en demeure pas moins une belle démonstration du talent de Pearl Jam, même lorsque certains talents individuels semblent être quelque peu muselés par un Eddie Vedder en solitaire et vraisemblablement en mal de reconnaissance au sein de son propre groupe. Ainsi, dans ce nouvel élan Rock/Folk abrasif plus indépendant et à contre-courant que jamais, le groupe américain va livrer quelques pépites absolument inoubliables dont certaines figurent encore aujourd’hui parmi les meilleurs morceaux du groupe. Si des titres tels que "Not For You", "Tremor Christ", "Nothingman", "Corduroy" ou "Better Man" sont loin de revêtir la même flamboyance que des morceaux comme "Once", "Even Flow", "Alive", "Animal" ou "Daughter", il serait bien malvenu de les reléguer au second plan tant on y trouve tout ce que le Rock Indépendant des années 90 à de plus sincère et touchant. Ces morceaux effectivement plus épurés et en apparence moins ambitieux n’en sont pas moins particulièrement chargés émotionnellement parlant. On l’a vu, s’il transpire d’Eddie une véritable rage dans sa voix, notamment sur les morceaux au rythme plus enlevé, il n’en reste pas moins que lorsque la tension se fait moins lourde, le bonhomme continue de mettre son âme à nue le temps de ballades poignantes devenues aujourd’hui des hymnes pour n’importe quel fan de Pearl Jam (on pense bien évidemment à "Nothingmen" ou "Better Man" repris à l’unisson en live).

Si le succès sera encore largement au rendez-vous, 1994 restera néanmoins pour Pearl Jam une année particulièrement compliquée. De tous les fronts, le groupe va s’épuiser à la tâche, luttant contre le géant Ticketmaster, cherchant désespérément à briser cette renommée que souhaite entretenir la presse (encore plus avec le décès de Kurt Cobain qui, par la force des choses, va faire de Pearl Jam le porte-étendard de la scène de Seattle) en refusant par exemple de tourner un seul clip pour les quelques singles de l’album ou de donner des interviews, profitant de chaque moment sur la route pour composer et enregistrer alors même qu’il aurait pu faire le choix de poser ses valises... Une situation périlleuse qui naturellement va mettre les membres du groupes à rude épreuve. Pour autant, il en ressort un disque peut-être moins fédérateur (nombreux sont ceux qui effectivement lâcheront le groupe après cet album, moi le premier) mais néanmoins brillant en dépit de certaines maladresses. Car si Vitalogy n’est peut-être pas l’album de Pearl Jam que l’on retiendra si l’on devait n’en choisir qu’un (bien qu'il se classe dans le haut du panier), il symbolise néanmoins parfaitement cet esprit de liberté qui anime le groupe depuis ses débuts en 1990 (et cela même s’il est paradoxalement le disque le moins collaboratif de la longue carrière des Américains). Toutefois, à la différence de ses deux prédécesseurs, celui-ci exprime une certaine noirceur insufflée très certainement par l'ensemble de ces expériences personnelles et autres décisions évoquées ci-dessus. Bref, Vitalogy est et restera un album charnière pour Pearl Jam et ses fans mais surtout et avant tout un excellent disque de Rock indépendant, certes moins immédiat et moins facile d’accès mais peut-être plus profond et plus personnel que jamais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

choochoo citer
choochoo
28/03/2020 11:48
note: 8/10
Très belle chronique.

L'album qui à l'instar de beaucoup de monde m'a éloigné des productions du groupe. Mentions spéciales à Corduroy, Immortality et le fièvreux Not For You
AxGxB citer
AxGxB
27/03/2020 00:57
note: 9/10
Oui, on en a déjà discuté et je sais que tu n'est pas trop client de ces groupes. Peut-être que ton intérêt pour l'Indus, la Harsh et ce genre de trucs plus bruitistes n'y est pas étranger haha.
northstar citer
northstar
27/03/2020 00:42
AxGxB a écrit : Nirvana viendra quand j'en aurai terminé avec Pearl Jam et bouclé ce qui peut l'être d'Alice In Chains.

Ça veut dire “pas demain matin“, lol ! Mais je suis content que tu le fasses , ça manquait cruellement sur le site, à l'époque je me sentais beaucoup plus proche du côté trash de la scène grunge ( Nirvana , Hole ,Pixies ,L7 , Sonic Youth ,Failure ,etc.. ) ,que du côté un peu plus hippie . Pour Pearl Jam , j'ai tout le temps été réfractaire , idem pour Alice In Chains.
AxGxB citer
AxGxB
26/03/2020 22:50
note: 9/10
Nirvana viendra quand j'en aurai terminé avec Pearl Jam et bouclé ce qui peut l'être d'Alice In Chains.

Sinon j'aime également beaucoup "No Code" que je n'ai découverte que très tardivement (il y a seulement quelques années en fait) mais je trouve "Yield" vraiment très bon également. Tu devrais peut-être y rejeter une oreille à l'occasion ?
northstar citer
northstar
26/03/2020 21:46
À quand Nirvana ?
Bras Cassé citer
Bras Cassé
26/03/2020 21:24
note: 9.5/10
Les 4 premiers albums sont des chef d’œuvre intemporels, tous dans des styles bien différents. Cet album est leur plus sombre, une merveille. C’est Yield qui m’avait refroidi à sa sortie et que je ne réécoute jamais.
AxGxB citer
AxGxB
26/03/2020 17:28
note: 9/10
Deathrash a écrit : J'ai également décroché après Vitalogy, on sent que c'est la fin d'une ère, ce parfum du début de la scène de Seattle est terminé.
Merci pour la chro !


Oui, tu as raison. C'est sûrement très vrai. Et puis, en tout cas pour moi, je devais sûrement chercher des choses un peu plus brutales à l'époque.
Deathrash citer
Deathrash
26/03/2020 15:55
Je trouve l'album un peu inégal, de purs titres côtoient du n'importe quoi :
Genre l'excellent "Corduroy" entouré des mauvais "Pry, to" et "bugs"
"Spin the Black Circle" et son riff principal qui fait très fête foraine.
Mais voilà, Eddie Vedder chante toujours aussi bien, et semble en transe parfois.
"Not for you", "Nothingman" sont de grandes réussite également.

J'ai également décroché après Vitalogy, on sent que c'est la fin d'une ère, ce parfum du début de la scène de Seattle est terminé.
Merci pour la chro !


Jean-Clint citer
Jean-Clint
25/03/2020 20:21
note: 8/10
Très belle chronique pour un disque qui me file toujours une certaine nostalgie (pas mal de souvenirs remontent à la surface chaque fois que je l'écoute), mais qui paradoxalement a moins bien vieillit que ces prédécesseurs.

Plus noir et moins direct il marque le début d'une nouvelle ère pour le groupe et a titre personnel la fin de mon amour pour le celui-ci (la suite - hormis quelques titres - ne m'a jamais vraiment convaincu)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pearl Jam
Grunge
1994 - Epic Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (4)  8/10
Webzines : (5)  8.57/10

plus d'infos sur
Pearl Jam
Pearl Jam
Grunge - 1990 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Last Exit  (02:54)
02.   Spin The Black Circle  (02:48)
03.   Not For You  (05:52)
04.   Tremor Christ  (04:12)
05.   Nothingman  (04:35)
06.   Whipping  (02:35)
07.   Pry, To  (01:03)
08.   Corduroy  (04:37)
09.   Bugs  (02:45)
10.   Satan's Bed  (03:31)
11.   Better Man  (04:28)
12.   Aye Davanita  (02:58)
13.   Immortality  (05:28)
14.   Hey Foxymophandlemama, That's Me  (07:44)

Durée : 55:30

line up
parution
22 Novembre 1994

voir aussi
Pearl Jam
Pearl Jam
Ten

1991 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Vs.

1993 - Epic Records
  

Essayez aussi
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog

1991 - A&M Records
  
The Smashing Pumpkins
The Smashing Pumpkins
Gish

1991 - Caroline Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
The Devil Put Dinosaurs Here

2013 - Capitol Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Badmotorfinger

1991 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Louder Than Love

1989 - A&M Records
  

Black Spirit
In A Vortex To The Infinite...
Lire la chronique
Malokarpatan
Krupinské ohne
Lire la chronique
Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique