chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
166 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Grift - Budet

Chronique

Grift Budet
Les coups de cœur chez Sakrifiss sont normalement aussi rares que ses coups de queue. S’il y en a un par mois, déjà, il est content. Alors deux, vous imaginez le caractère spécial de l’histoire. Oui, il y a quelques jours seulement, il mettait 9/10 à FLUISTERAARS, et voilà qu’il monte encore la case compliments avec GRIFT ! Mais que Sakrifiss calme ses ardeurs, car si les deux coups de cœur sont chroniqués en mars 2020, l’autre monument était sorti fin février. Budet, de GRIFT, date réellement de mars. Du 20 mars 2020. Et il est amusant de voir que ces deux albums marquants proposent des pochettes assez similaires. Ce ne sont pas des arbres, des forêts ou la mer déchainée, mais les fleurs et plantes qu’ils mettent en scène. Sauf que dans le monde du suédois les couleurs chatoyantes du groupe hollandais n’existent pas. C’est en noir et blanc qu’il vit, présentant sa nature froide et désolée.

À l’image de sa musique en fait. Épurée, simple, sans grande tornade ou coulée de boue, mais pourtant tellement émotive, forte, capable de transmettre des sensations malines de désespoir. Dans le même style de talent, il y a deux groupes qui m’ont longtemps chamboulé, et pour lesquels je conserverai toujours la même dévotion. Ces deux groupes étaient tous les deux suédois. Ces deux groupes ont tous les deux splitté. Ces deux groupes me manquent terriblement. Il s’agit de WOODS OF INFINITY et LIFELOVER. Un membre du premier, Ravenlord, poursuit ses aventures dans d’autres formations, mais le rendu est différent... Certaines formations ont tenté d’imiter le deuxième, ils se sont cassé les dents ou n’ont pas été suffisamment convaincants. C’est évident, et je m’y suis résigné, je ne retrouverai pas de remplaçant ni pour l’un ni pour l’autre. Mais par contre, je pourrai ressentir à nouveau des sensations proches, je pourrai sentir à nouveau les poils se dresser, grâce à des formations puissantes comme GRIFT.

L’homme seul qui est en à l’origine parvient à m’émouvoir. J’aimais déjà son ancien projet bien plus direct, à tendance orthodoxe, ARFSYND, mais là, il m’émeut, tout simplement. Il s’appelle Erik Gärdefors, et avec GRIFT, il avait déjà attiré mon attention lorsque j’avais découvert son premier album en 2015, puis lorsqu’il avait confirmé en 2017 sur Arvet. Mais c’est indéniable, il est encore plus haut sur son troisième album. C’est incroyable, mais chaque piste est aussi poignante que la précédente. Magnifique, cette musique simple, très organique, avec des instruments variés qui apparaissent et prennent la place qu’ils méritent sans en faire des tonnes... Le violon de Georg Börner de COLDWORLD par exemple.... C’est d’une profondeur troublante. Mais cela le serait moins si les vocaux n’étaient pas aussi déchirants. Là, je retrouve les émotions procurées par les Suédois cités plus haut, auxquels il faudra rajouter notre bon SHINING. Ce sont des cris de désespoir, des appels au secours ou encore de l’agonie rampante.

Il y a quelques mélodies qui résonnent plus que d’autres, certaines qui s’inscrivent directement au fond de l’âme, comme celles de « Barn av ingenmansland » ou « Vita arkiv ». Et parfois ce sont des détails qui marquent, qui viennent glisser une image, une odeur. Les clochettes sur le très lent et souffrant « Väckelsebygd » en sont un bon exemple. Le piano ou l’accordéon (est-ce un accordéon d’ailleurs ???) sur la dernière piste « Oraklet i Kullabo ». Et tant d’autres choses...

Cet album est ainsi un trésor, un concentré de sentiments qui ne tombe pas dans le mièvre ou dans le dépressif pleurnicheur. Il résonne dans l’âme, et dans le cœur et me confirme que si les scènes française, norvégienne, finlandaise, polonaise ou grecque ont toujours eu mon attention, c’est tout de même la suédoise qui parvient à fendre ma grosse carapace...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Oxcidium citer
Oxcidium
03/04/2020 14:26
note: 8.5/10
Très bon album, il faut que je me penche sur le reste de la discographie un peu plus en profondeur.
Solarian citer
Solarian
25/03/2020 11:42
Pas du tout accroché pour ma part. Je retiens pas grand chose et le tout sonne plat limite soporifique alors que c'est surtout pour le côté triste et poignant que j'aime m'envoyer ce genre de skeud.
Ma foi... va peut-être falloir que je retente plus tard. Qui sait...
Bras Cassé citer
Bras Cassé
18/03/2020 20:36
Super kro Sakrifiss. Tres impatient d'ecouter ca, le predecent avait fini sur mon podium de l'annee de 2017
Sakrifiss citer
Sakrifiss
18/03/2020 16:11
note: 9.5/10
Et donc il y a un clip disponible sur cette page...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Grift
Black Metal Dépressif
2020 - Nordvis Produktion
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (3)  9.33/10

plus d'infos sur
Grift
Grift
Black Metal Dépressif - 2011 - Suède
  

nouveaute
A paraître le 20 Mars 2020

écoutez
vidéos
Skimmertid
Skimmertid
Grift

Extrait de "Budet"
  

tracklist
01.   Barn av ingenmansland
02.   Skimmertid
03.   Ödets bortbytingar
04.   Väckelsebygd
05.   Vita arkiv
06.   Oraklet i Kullabo

Durée : 41:57

Essayez aussi
Vardan
Vardan
Winter Woods

2015 - Moribund Records
  
Vardan
Vardan
Enjoy of Deep Sadness

2014 - Moribund Records
  
Vanhelga
Vanhelga
Längtan

2014 - Art Of Propaganda
  
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Love's Burial Ground

2004 - Adipocere Records
  
Cry
Cry
Dead Within

2011 - Rigorism Production
  

Black Spirit
In A Vortex To The Infinite...
Lire la chronique
Malokarpatan
Krupinské ohne
Lire la chronique
Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique