chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
179 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Trauma - Ominous Black

Chronique

Trauma Ominous Black
En presque trois décennies de carrière le combo mené par les inoxydables Arkadiusz "Maly" Sinica et Jarosław "Mister" Misterkiewicz a toujours fait preuve d'une motivation intacte malgré les nombreux changements de personnel et de labels, conjugués à des disques inégaux qui l'ont toujours condamné à la deuxième division de la pléthorique scène Polonaise. Car après un début de millénaire particulièrement réussi servi par un « Suffocated In Slumber » de haute tenue, la formation va atteindre son sommet avec la monstrueuse doublette « Imperfect Like A God » et « DetermiNation », où puissance et surtout inspiration étaient alors à leur paroxysme. Si la suite a conservé un certain attrait via les agréables « Neurotic Mass » et « Archetype Of Chaos » le décevant « Karma Obscura » confirmait hélas que le groupe était sur la pente descendante, chose qui va être encore de la partie sur ce « Ominous Black » qui ne va pas relever le niveau.

Car malgré sept ans d'attente (un record pour le trio) il faut bien reconnaître que ce huitième opus est probablement un des plus faibles jamais sorti par ses géniteurs, qui à l'instar de leurs dernières réalisations ont la fâcheuse idée de vouloir en caser le maximum sur chaque titre. C'est ce qui différencie les deux bijoux de 2003 et 2005 à ce qui a été proposé par la suite, vu que sur ces deux galettes la musique était plus bas du front et directe, alors que la suite a été en revanche marqué par plus de ralentissements, une technique globale plus poussée compensée par un trop-plein généralisé qui faisait décrocher l’auditeur en marche.

On s'aperçoit d'ailleurs de cela dès les premières secondes de « Inside The Devils Heart » qui bien que proposant de bonnes choses en jouant sur la brutalité et la force de frappe (le tempo restant très élevé), se voit étiré inutilement finissant du coup par montrer une linéarité précoce. Bien qu'étant très classique sur le fond comme la forme ce début de galette va hélas rapidement montrer ses limites, comme via « Insanity Of Holiness » pas dégueulasse en soi mais trop passe-partout pour captiver jusqu'au bout, vu qu'on a la sensation d'avoir déjà entendu cela chez les Polonais, mais en nettement mieux. Car même quand ils vont à l'essentiel et offrent une durée courte et raisonnable les mecs affichent un manque d'idée flagrant, comme sur « Among The Lies » qui trouve le moyen de se répéter encore plus rapidement, alors qu'il ne dure qu’à peine plus de trois minutes. Et quand ça n'est pas une écriture redondante qui est la cause de cette faiblesse lancinante, ce sont les excès temporels qui finissent de gâcher des compositions pourtant bien foutues à la base. On peut citer dans ce cas le sympathique et différent « Astral Misanthropy », porté par une rythmique lente et écrasante (dont le riffing lorgne vers le CANNIBAL CORPSE en mode poids-lourd), mais plombé par un temps nettement trop important et surtout inutile. Ce constat étant partagé sur l'étouffant et massif « I Am Universe » qui finit par jouer dans le vide à force de ne pas vouloir se clôturer.

Pourtant alors qu'on finissait par totalement désespérer la fin de ce long-format va heureusement prouver que les gars en ont encore sous la semelle quand ils se décident à lâcher les chevaux (registre dans lequel ils sont décidemment beaucoup plus inspirés), et à abandonner ces passages lourdingues présents en trop grande quantité. En effet malgré ses imperfections « The Black Maggots » montre de par son côté plus mélodieux et lumineux que la bande arrive encore à pondre des choses qui en valent la peine, sentiment conforté par le couillu « The Godless Abyss » où arpèges froids et parties tribales s'agglomèrent à merveille avec les déferlantes de blasts qu'on aurait apprécié entendre plus fréquemment. Et ça n'est pas le redoutable et rentre-dedans « Colossus » (qui arrive malheureusement beaucoup trop tard), qui clôt les hostilités et fera ainsi changer le ressenti définitif, malgré un retour inespéré de l’inspiration, de l’explosivité et du tabassage (où l’écrasement et le brise-nuques se fait aussi entendre), qui n'auront pas eu trop l'occasion de se mettre en valeur.

Du coup un sentiment bizarre et de frustration ressort une fois arrivé au bout de l’écoute, car si on reconnaît sans peine le son de l'entité et ses excellents solos toujours aussi inspirés et travaillés, il est regrettable que le tout manque autant de cohérence et de moments forts. Dommage également que la mise en route soit si difficile à lancer vu qu’une fois que le rythme de croisière trouvé ça reste de bonne facture à défaut de marquer les esprits et l'année de son empreinte. Il est effectivement évident qu'avec un résultat si quelconque et bancal (où l'ennuyeux côtoie le très bon), il fait peu de doutes que cette nouvelle livraison passera tout aussi inaperçue que celles qui l'ont précédé. Bref il semble que l'époque où ses géniteurs rivalisaient sans peine avec ses compatriotes de VADER soit aujourd’hui définitivement révolue, et que désormais pour eux hormis jouer en première partie des têtes d'affiche il ne leur soit pas possible d'espérer mieux et de viser plus haut, même après tant d’années d’expérience.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

jeff48 citer
jeff48
26/07/2021 19:19
J'aime beaucoup cet album, peut-être l'effet des retrouvailles, je trouve les morceaux suffisamment variés pour donner de la dynamique et ne pas laisser.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Trauma
Death Metal
2020 - Selfmadegod Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.17/10

plus d'infos sur
Trauma
Trauma
Death Metal - 1992 - Pologne
  

tracklist
01.   Inside The Devils Heart
02.   Insanity Of Holiness
03.   Astral Misanthropy
04.   Soul Devourer
05.   Among The Lies
06.   I Am Universe
07.   The Black Maggots
08.   The Godless Abyss
09.   Colossus

Durée : 44 minutes

line up
parution
6 Mars 2020

voir aussi
Trauma
Trauma
Imperfect Like a God

2004 - Empire Records
  
Trauma
Trauma
Acrimony (EP)

2021 - Selfmadegod Records
  
Trauma
Trauma
Determination

2006 - Unique Leader Records
  

Essayez plutôt
Dead Congregation
Dead Congregation
Promulgation Of The Fall

2014 - Martyrdoom Productions
  
Daemonokrat
Daemonokrat
The Scourge Of Chaos

2017 - Polymorphe Records
  
Deathblow
Deathblow
First World Wasteland

2009 - Brute! Productions
  
Shud
Shud
Rot in Pieces (Compil.)

2012 - Armée de la Mort Records
  
Immolation
Immolation
Failures For Gods

1999 - Metal Blade Records
  

Melvins
Bullhead
Lire la chronique
Lingua Ignota
Sinner Get Ready
Lire la chronique
Hatemonger
The Vile Maxim (EP)
Lire la chronique
Superbloom
Pollen
Lire la chronique
Fates Warning
A Pleasant Shade Of Grey
Lire la chronique
Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique