chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
122 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Solothus - Realm of Ash and Blood

Chronique

Solothus Realm of Ash and Blood
A quelques exceptions près, j’ai tendance à critiquer l’immobilisme chez un groupe, en particulier quand son style de départ ne me donne pas forcément envie de l’entendre encore et encore. Je pense à ces projets dont les albums font dire « J’en ai déjà un comme ça », phrase qui souvent se termine par « ...inutile d’en avoir un autre ».

Mais bien qu’il tombe dans cette catégorie, Realm of Ash and Blood m’embête. Il m’embête car l’envie d’inviter à l’écouter est la plus forte. Le groupe n’a clairement pas varié d’un iota son style depuis son précédent longue-durée, No King Reigns Eternal paru en 2016. Au point d’avoir été tenté de faire un copier-coller de ma chronique de l’époque ! Toujours inscrit dans un doom / death metal finlandais bien dans les clous, les descriptifs que j’avais employé à l’époque parlant de Krypts, de Hooded Menace, de grognements putrides ou encore « de riffs faisant hocher la tête et leads gardant toujours une part mélodique dans leur envie de personnifier le chaos » restent d’actualité pour la formation. Un changement de label (passant du réputé Doomentia au tout aussi estimable 20 Buck Spin), une illustration plus colorée signée Adam Burke ainsi qu’un changement de guitariste (Aleksi Luukka remplaçant Sami Iivonen) sont ici les seuls véritables chamboulements dans la carrière des Finlandais.

Pourtant, l’efficacité dont fait preuve Solothus sur Realm of Ash and Blood est si redoutable que l’on se prend rapidement au jeu. Bourré d’instants où la tête ne peut que bouger (argh, cette accélération jouissive sur « The Watcher »), il réserve également son lot de moments poignants (l’interlude « Last Breath » ; les passages atmosphériques de « Father of Sickness » et « A Rain of Ash »), le tout pratiqué avec une maîtrise qui ne s’affiche pas outre-mesure, modeste et tranquillement implacable (« The Gallows’ Promise », où les belles lignes de guitares se déroulent sans appuyer, comme un trésor à trouver pour qui osera le chercher). La forme reste ici au service du fond, les Finlandais demeurant fidèles à l’ambiance austère et rustre, très dark fantasy, qu’ils aiment transmettre depuis leur démo Ritual of the Horned Skull. Des odeurs pestilentielles de magie noire, des visions de combats barbares, qu’ils partagent parfaitement le long de ces quarante-trois minutes.

Un vrai cas de conscience, donc. Certainement, les amateurs du genre auront toutes les raisons du monde de se jeter sur cet album, trouvant même ici ou là quelques nuances (provenant essentiellement d’une production un poil plus claire et ample qu’auparavant, gagnant en lisibilité ce qu’elle perd en lourdeur). Enfin, si quelques flottements se font sentir (« Below Black Waters », titre moins inspiré que ses frères), la barre est si bien tenue durant presque trois quarts d’heure qu’il est impossible de trouver le temps long en la compagnie de ce disque. Pour ma part, si la crudité de la démo Ritual of the Horned Skull et l’accomplissement No King Reigns Eternal conservent mes faveurs, j’avoue m’être fait prendre par surprise par Realm of Ash and Blood. Solothus, tout compte fait, n’a pas nécessairement besoin de changer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

andreas_hansen citer
andreas_hansen
25/03/2020 11:59
J'ai eu du mal à rentrer dedans, j'avais l'impression d'avoir un réchauffé du précédent, d'autant que le doom/death peut très vite m'ennuyer. Mais finalement... je me suis laissé prendre. Bien sympathique, au final.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
25/03/2020 11:59
J'ai eu du mal à rentrer dedans, j'avais l'impression d'avoir un réchauffé du précédent, d'autant que le doom/death peut très vite m'ennuyer. Mais finalement... je me suis laissé prendre. Bien sympathique, au final.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
25/03/2020 11:59
J'ai eu du mal à rentrer dedans, j'avais l'impression d'avoir un réchauffé du précédent, d'autant que le doom/death peut très vite m'ennuyer. Mais finalement... je me suis laissé prendre. Bien sympathique, au final.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
25/03/2020 11:59
J'ai eu du mal à rentrer dedans, j'avais l'impression d'avoir un réchauffé du précédent, d'autant que le doom/death peut très vite m'ennuyer. Mais finalement... je me suis laissé prendre. Bien sympathique, au final.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Solothus
Doom / Death Metal
2020 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8/10

plus d'infos sur
Solothus
Solothus
Doom / Death Metal - 2007 - Finlande
  

nouveaute
A paraître le 27 Mars 2020

tracklist
01.   Father of Sickness  (05:39)
02.   The Watcher  (04:58)
03.   The Gallows' Promise  (08:57)
04.   Last Breath  (02:17)
05.   Below Black Waters  (05:43)
06.   Chasm of Shattered Bones  (05:06)
07.   A Rain of Ash  (10:03)

Durée : 42 minutes 43 secondes

voir aussi
Solothus
Solothus
No King Reigns Eternal

2016 - Doomentia Records
  

Essayez aussi
My Shameful
My Shameful
...Of Dust

2005 - Firedoom Music
  
Incantation
Incantation
Primordial Domination

2006 - Listenable Records
  
Wreck of the Hesperus
Wreck of the Hesperus
Light Rotting Out

2011 - Aesthetic Death
  
The Dead
The Dead
Ritual Executions

2010 - Diabolical Conquest Records
  
Nightfell
Nightfell
A Sanity Deranged

2019 - 20 Buck Spin Records
  

Black Spirit
In A Vortex To The Infinite...
Lire la chronique
Malokarpatan
Krupinské ohne
Lire la chronique
Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique