chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gorezone - Implexaeon

Chronique

Gorezone Implexaeon
Voilà dix ans sortait Brutalities of Modern Domination, troisième album de Gorezone. Une branlée intersidérale de metal extrême moderne mélangeant brutal death technique, blasting death, brutal death US, slam death ou encore grind dans un amas chaotique en fusion ultra jouissif. Puis plus rien. Plus rien jusqu'à l'année dernière quand les Allemands se décidèrent enfin à sortir du neuf. C'était fin août 2019 sur Rising Nemesis Records que l'on pouvait enfin découvrir ce Implexaeon, suite que l'on n'osait plus espérer.

Il faut souvent se méfier des groupes qui reviennent après une longue absence car la déception est souvent au rendez-vous. Sans vouloir jouer les rabat-joies, ce n'est pas l'artwork médiocre d'un Pär Olofsson que l'on a connu plus inspiré qui pouvait nous rassurer. Il a toutefois au moins le mérite de nous donner une indication sur la thématique cyber-futuriste de l'opus, tout comme son titre Implexaeon. Côté line-up, Gorezone s'est recentré sur son noyau dur, le guitariste fondateur et maître-à-penser Markus Cabrera-Krügel ainsi que le batteur Ole Fink. Deux membres de session viennent épauler le duo, le chanteur Christoph Madarasz qui posait déjà ses backing vocals sur Brutalities of Modern Domination et le bassiste Ingo Neugebauer qui officie également à la batterie et à la guitare sur le premier Mære récemment chroniqué sur le site.

Alors ce nouveau Gorezone réédite-t-il l'exploit réalisé il y a plus d'une décennie ? Bien sûr que non mais ça, on s'en doutait déjà un peu. Inférieur à Brutalities of Modern Domination ne signifie néanmoins pas que Implexaeon pue de la gueule. Il s'avère même plutôt bon, voire très bon. Et ça, en soit, c'est déjà satisfaisant. Ce qui déçoit en fait, ce n'est pas que ce nouveau disque n'arrive pas à la hauteur de son grand frère. C'est plutôt l'accumulation de différentes choses. En premier lieu, le style des Allemands, bien que toujours reconnaissable, se fait moins varié, plus typiquement brutal death technique moderne. Avec Origin en influence principale, flagrant sur certains passages qui auraient pu sortir tout droit d'un album des Américains (début de "Haloworm Gargantuan", "Aeon Ephemeral" et "Quasar, Swallower of Light and Matter" à la première minute, etc.). On peut aussi évoquer des combos comme Desecravity, Cryptopsy, Wormed, Beneath the Massacre ou encore Internal Suffering. Pas forcément une mauvaise chose mais Gorezone perd un peu en personnalité. L'autre reproche et là ça tient carrément du foutage de gueule, la durée. Sept morceaux pour même pas une demi-heure. Après dix ans d'absence, ça fait léger ! D'autant que chaque morceau commence et finit par le même type de sample cyber-futuriste inutile dont certains s'étendent sur plusieurs dizaines de secondes (ouais ouais je sais, c'est pour le climax ...). Le morceau "Panzerterror", le plus court de l'opus (2'05), termine à 1'46 pour laisser la place à un sample. C'était pas déjà assez court ?!

Une fois cette belle enfilade digérée, force est d'admettre que Implexaeon reste tout de même de haut niveau. Certaines séquences, les plus bourrines/rapides/techniques, s'avèrent carrément jouissives. Appréciable que malgré les années et les albums toujours plus bourrins qui passent on peut encore rester bluffé à l'écoute de tel ou tel passage. À se demander si ce ne serait pas plutôt les extraterrestres biomécaniques de la pochette qui auraient enregistré l'album !? C'est que la brutalité dégagée et l'impression de chaos maîtrisé paraissent parfois inhumaines ! Les Teutons passent en effet le plus clair de leur temps à balancer des rafales de blast-beats supersoniques voire des gravity-blasts à une vitesse qui dépasse l'entendement. La production surboostée (un peu trop robotique et froide d'ailleurs mais elle colle à l'atmosphère) et le travail en studio y jouent pour beaucoup cela dit, pas sûr que le résultat soit le même en live. Mais ne boudons pas notre plaisir parce que putain que ça fait du bien ! Des plus intenses et éreintants, Implexaeon vous laissera en PLS. Pas seulement par sa vitesse de jeu. Par sa technicité et la difficulté à suivre ce qu'il se passe, aussi. Changements de rythmes incessants, instruments toujours au bord de la rupture, riffs tarabiscotés, sweeps ultra rapides, basse serpentante, tornade de vocaux alternant growls et shrieks, harmoniques sifflées fréquentes, on est pris dans la tourmente sans comprendre tout ce qui nous arrive si ce n'est qu'on apprécie la torgnole. Peut-être pas plus mal finalement que l'œuvre se coupe avant trente minutes ! Alors c'est sûr, la musique manque d'accroche la plupart du temps. Difficile de retenir quelque chose dans ce déluge de violence même si on ne peut pas nier l'efficacité radicale de la bête. La formation d'outre-Rhin a tout de même été sympa en plaçant quelques tremolos mélodiques et autres riffs plus mémorisables et en aérant de temps en temps ses compositions par des ralentissements. Souvent des breakdowns aux riffs huileux bien gras typés brutal death US, quelques fois introduits par du bass drop, qui se révèlent fort bienvenus, apportant une dose de groove qui tâche. Pas convaincu par contre par certains épisodes saccadés, plaie du metal extrême moderne.

Au bout du compte, ce quatrième album de Gorezone partage pas mal de points communs dans mon ressenti avec celui de leurs compatriotes d'Orphalis sorti sur le même label et chroniqué la semaine dernière. Les deux restent dans l'ombre de leur prédécesseur (surtout Implexaeon) tout en gardant suffisamment de qualités et d'intérêt pour demeurer dans le haut du panier brutal death. Implexaeon a beau décevoir par sa durée ridicule, ses samples superflus et son approche plus classique, ça n'en fait pas moins un album de brutal death technique qui mérite que l'on s'attarde dessus. Rien que pour ce côté débridé jubilatoire à mort. Et tant pis s'il sonne plus comme un coup d'un soir de par son éphémérité et son manque de mémorabilité que comme une relation longue durée (putain que j'ai pu le poncer le Brutalities of Modern Domination à l'époque !) ! Fans d'Origin et plus généralement de déflagrations sonores qui partent dans tous les sens à base de blasts, de gravity et de cassures rythmiques, Implexaeon devrait vous donner quelques frissons de plaisir !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
02/04/2020 18:50
Du même avis que toi, un retour par la petite porte ce Implexaeon. Loin d'être mauvais mais après 10 ans, revenir avec une galette de même pas une demi heure (sans compter ces samples bouche trous qui servent à rien), c'est un peu lèg'... :|

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gorezone
Brutal Death Technique
2019 - Rising Nemesis Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gorezone
Gorezone
Brutal Death Technique - 1999 - Allemagne
  

tracklist
01.   Arbitrary Perfection  (04:17)
02.   Uprising the Tyrants  (03:45)
03.   Haloworm Gargantuan  (04:13)
04.   Superluminar Extinction  (03:46)
05.   Aeon Ephemeral  (05:11)
06.   Panzerterror  (02:04)
07.   Quasar, Swallower of Light and Matter  (06:05)

Durée : 29:21

line up
parution
24 Août 2019

voir aussi
Gorezone
Gorezone
Brutalities Of Modern Domination

2009 - Xtreem Music
  

Essayez aussi
Henker
Henker
Slave of my Art

2010 - Autoproduction
  
Virvum
Virvum
Illuminance

2016 - Autoproduction
  
Inimicality
Inimicality
Relics Of Disorder (Démo)

2008 - Autoproduction
  
Defeated Sanity
Defeated Sanity
Promo 2007 (Promo)

2008 - Autoproduction
  
Suffocation
Suffocation
Effigy Of The Forgotten

1991 - Roadrunner Records
  

Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique