chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
164 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tool - Lateralus

Chronique

Tool Lateralus
En 2001, mon poisson rouge est mort. Alors, une fois que j'eu tiré la chasse d'eau pour donner à mon compagnon un repose éternel au milieu des cacas de tout le Val d'Oise, je suis allé me consoler en écoutant Lateralus, l'album que Tool a eu la bonne idée de sortir cette même année. Fou comme coïncidence, non ?

Donc, après 2 ans de tournée pour Aenima, puis 2 ans de litiges légaux les opposant à leur label, et 1 an de composition, après que Maynard ait fait son intéressant en vendant 1 million d'exemplaires du premier album d'A perfect circle, Tool est revenu sérieusement aux affaires, d'abord en sortant Salival, coffret tant espéré des fans puisqu'il contenait toutes les vidéos du groupe jusqu'à présent, en plus d'un cd de live et d'inédits, puis en sortant son album déjà attendu de puis 5 longues années (puisque d'après le théorème de Fermat et ma maîtresse de primaire, Mme Boutin que je salue ici, 2+2+1=5).

Donc quid de cet album, en cette année 2005, où Tool est déjà (enfin façon de parler) à l'œuvre afin de donner une suite à cet album. Tout d'abord, pour l'artwork, bien que je préfère Aenima pour le côté plus sombre, celui-ci est particulièrement réussi et original : chaque page du livret constituant une couche d'un écorché, dessiné par Alex Grey, dont je ne saurais trop vous recommander les œuvres et qui s'insère parfaitement dans le côté mystique du groupe. Toujours aucune parole ; pour le karaoké c'est donc foutu.

J'avais une petite appréhension au départ , en me demandant comme Tool allait se relever d'une telle progression, d'Opiate à Aenima, comment ce groupe allait pouvoir m'épater encore une fois. Après avoir cliqué sur play dans mon lecteur Open source favori, une petit déclic se fait entendre, comme si on allumait l'ampli de Doc utilisé par Marty au début du mythique "Retour vers le futur".

Donc je m'attends à une déflagration, qui se produit à moitié seulement : une rythmique syncopée démarre, toujours sur des mesures à la con qui tombent pas juste, marque de composition du groupe. Un constat s'impose, le son a changé, est beaucoup plus brut de décoffrage, ce qui est la marque avouée du producteur/mixeur David Bottrill qui a décidé de mixer cet album avec peu d'effet, d'où un son un peu plus rauque que sur Aenima. Ça ne me gène pas plus que ça mais on est loin de la production plus léché d'Aenima. Et après un break où on peut constater que Danny Carey n'a rien 0perdu de sa capacité à jouer de la double (on regrette qu'il ne le fasse pas plus souvent), Maynard entre en scène, sa voix toujours doucement posée, ajoutant un touche d'humanité et de fragilité à ces chansons métalliques. Ce dernier sait aussi se faire plus dur comme sur Ticks & Leeches où il démontre une impressionnante faculté à pousser des cris aigus et à trouver d'autres recoins inexplorés à son spectre de voix et qui en l'occurrence s'adapte bien au thème de la chanson (ticks & leeches étant une référence plus ou moins avouée aux labels/industrie musicale/major/avocats, rayez la mention inutile qui leur ont pourri la vie) ou sur la fin de The Grudge qui offre un final tout en puissance avec un Dabby Carey qui s'éclate sur ces toms (et qui les éclate par la même, 'faut dire que la petit gars, fait son 1'95 facile avec des bras gros comme ma tête.)

Cette fin apporte aussi toute la saveur à Eon Blue apocalypse, petit intermède de guitare dont la simplicité et le calme s'accordent superbement avec le début de The patient, la chanson suivante, tout en douceur, le titre rejoignant bien la musique. Sauf que comme toute qualité, elle a ses limites, et la chanson se durcit après 3 minutes, tout en conservant ce côté mystique, supporté par le chant de Maynard. Probablement une des plus belles chansons de Tool. "Mantra" est l'intermède précédant le seul "single" de Tool et première vidéo de cet album, "Schism", une chanson sur l'impossibilité de communiquer et les incompréhensions qui résident au sein de toute relation. Cette chanson s'applique beaucoup au groupe, puisque les litiges légaux ont fait porter des ombres de rupture et induit des incompréhensions entre les membres du groupe. Sur elle-ci, la basse se fait prédominante, donnant le ton à toute la chanson. Et comme beaucoup de chansons de Tool, après un pont calme, très mélodique, la fin se fait plus brutale, accélérant. Putain j'en ai des frissons d'écouter ça. Ha non, merde, j'ai oublié de fermer ma fenêtre.

Le duet Parabol/Parabola, support de la seconde vidéo sortie pour cet album, était en fait une chanson à la base qui a été redécoupée en 2 morceaux, le premier étant l'intro éthérée du second, avec une basse bien présente, une guitare qui la complète sans être en avant, pour se lancer à toute bombe dans parabola, avec un des meilleurs riffs d'intro que j'ai entendu du groupe et un des plus lourds pour terminer depuis 4th of July de Soundgarden. Tout cela pour en arriver à des roulement de toms, et "Tickes & Leeches". Alors cette chanson me pose un problème, parce que faite comme ça, je dois dire que la majorité du temps elle m'emmerde. Et quand on sait que les principaux riffs viennent de la période de composition d'Opiate, on comprend mieux que ce soit plus rentre-dedans. Non, ce qui me fait chier, c'est ce pont au milieu, trop long et inutile. Donc au lieu de 8:10 elle aurait dû faire 3:30 et ça aurait pas été plus mal. Et c'est d'autant plus dommage que Maynard pousse sa voix comme probablement il ne l'a jamais fait à part sur Opiate, et encore.

"Lateralis" (eh ouais, moi j'ai la version digipack en 100 000 exemplaires où le bonus c'est une faute d'orthographe sur un des titres) vient ensuite ; une chanson typique du groupe, toujours aussi riche en émotion, avec une recherche mélodique probablement plus profonde que sur le reste de l'album (à part "The patient" peut-être) Et surtout avec une fin complètement hypnotique, lourde.

Et enfin, le tryptique disposition/reflection/triad, construit là aussi comme une seule chanson (20 minutes, le bordel) et divisé après, et rejoignant un peu la structure de parabol/parabola, la première section en étant l'intro mystique, guitare light et tablas en avant, la voix aérienne de Maynard sur le tout, pour réaliser une introduction à "Reflection" où une fois n'est pas coutume, la basse donne le La. (en pinçant la deuxième corde grave pour une basse à 4 cordes, c'est pas dur, moi aussi j'peux le faire.)
On fait monter progressivement la mayonnaise, (en agitant très fort avec un fouet ! pas avec une cuillère en bois ! vous appris où à faire la cuisine bande de romanichels ?!) avec une intro très envoûtante, où on se laisse facilement perdre, et où la voix posée de MJK, vient offrir un parfait complément au tout, son chant laissant transparaître une tristesse, une mélancolie, contrebalancée avec le solo d'Adam Jones à 7'50, beaucoup plus dur au départ, puis repassant sur le même type de mélodie que celle chantée par Maynard. Et là encore une fin qui tue tout.

Il faut reconnaître ça à Tool, c'est un des seuls groupes que je connaisse qui construise ces chansons bout par bout, et une fois arrivé à la fin, où tout est à fond, en un paroxysme mélodique, on finit par avoir des frissons (à part quand on a oublié de fermer sa fenêtre et là c'est un courant d'air.) Et le groupe se paye le luxe de finir sa triade par un morceau de 8 minutes, instrumental, basé sur un même riff avec des variations sur tous les instruments, guitare, basse et batterie.

Enfin, la connerie de fin d'album, avec un mec halluciné, ou sous Peyotl, appelant une radio, et qui est convaincu de la présence d'ET sur la base 51, le tout accompagné avec des bruits sursaturés. Pas grand chose à en dire, ça ne sert pas à grand chose même du point vu global de l'album. A noter pour nos nombreux lecteur qui ne parlent pas la langue d'Enoch, que le titre "Faap de Oiad", veut dire Voix de Dieu et que le mec qu'on entend à avouer que c'était un hoax. On apprend tous les jours des choses qui servent à rien.

Bref, après ce fouillis descriptif, et comme le dirait Jean-Claude Dus, que conclure ?
Tool pratique toujours le même type de métal, des compositions relativement longues, avec une voix posée, magnifiquement chantée, mystique par moments, aux rythmiques cassées, mais plus souples que Meshuggah, que cet album à globalement une production moins chiadée que Aenima, mais largement rehaussée par la qualité des chansons, à part Ticks & Leeches, que je trouve un chouia en-dessous. Donc Aenima reste n°1 pour moi, mais celui-ci le suit de peu. J'attends toujours un format plus adéquat à leur musique et aux visuels (je rêve toujours d'un film à la The Wall….raaaahhhh *bave*)

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

19 COMMENTAIRE(S)

Bloody citer
Bloody
06/08/2020 21:52
note: 10/10
CULTE. Beau... Putain de beau. Grand amateur de Black depuis bientôt 15 ans, Tool a cette chose qui me donne envie de tout casser, pleurer, me faire du mal, rire etc... Il y a quelque chose de pur dans leur musique, de cathartique. Musicalement ce sont des tueurs, chacun avec leur originalité. C'est beau, tout simplement
armageddon200 citer
armageddon200
20/01/2011 16:46
note: 9.5/10
T-E-R-R-I-B-L-E!!!!!
J'adore...
Neant Distordu citer
Neant Distordu
30/03/2008 13:44
note: 10/10
Un album totalement culte, le meilleur de Tool assurement. Lateralus est surement l'un des meilleurs titres de Tool, sans parler de la trilogie Disposition / Reflection / Triad qui est pour moi l'oeuvre la plus monumentale de Tool jusqu'a maintenant.
Ander citer
Ander
26/08/2005 18:13
note: 10/10
Excellente chro pour un album qui ne l' est pas moins! Et voui, je met 10 sur 10 aussi.
_Taranis_ citer
_Taranis_
31/03/2005 16:47
On touche de près la quintessence musicale.
Rien à redire, c'est tout simplement la félicité musicale à mon sens.

Immense.

10/10
$am citer
$am
30/03/2005 13:52
note: 8.5/10
Pour couper court, il n'y a pas plusieurs versions de l'alboume, et pour la cover ce n'est pas celle de l'album parce que je n'ai pas réussi à retrouver l'image réelle, et au moins celle-ci annonce le groupe et l'album. Voilà Clin d'oeil
langoustator citer
langoustator
30/03/2005 12:58
note: 9/10
bah j'ai la version avec la faute d'orthographe et la pochette n'est pas exactement la même (le boitier avec son livret transparent est entouré d'un plastique noir).
space monkey citer
space monkey
30/03/2005 10:19
note: 10/10
Je ne suis pas sûr qu'il existe plusieurs versions (hormis celle avec la faute d'orthographe sur la chanson lateralus). En tout cas, à la sortie il n'y avait que celle-là.
langoustator citer
langoustator
30/03/2005 1:13
note: 9/10
Question : c'est la pochette de quelle version qui est présentée ici?
langoustator citer
langoustator
30/03/2005 0:59
note: 9/10
La trilogie presque finale est un monument érigé à la gloire de l'introspection.
Avec quelques années de recul, je mets cet album derrière Aenima d'une courte tête, mais il est tout de même excellent.
Maynard chante mieux qu'avant, Jones a toujours un son particulier, la basse est à l'honneur, et la batterie, ah cette batterie (et ces percus)... Bottrill a vraiment fait un boulot génial pour mettre en valeur le travail de D. Carey.

L'attente est longue.
Alexis citer
Alexis
29/03/2005 10:21
Je kiffe Tool, mais honte à moi, je ne possède aucun album :'(
Holy citer
Holy
29/03/2005 5:02
note: 9/10
ah ben oui. j'avais mal lu, toiutes mes confuses.

Sinon il est clair que ces deux chansons complémentaires sont géniales. Le clip l'est tout autant, d'ailleurs
$am citer
$am
28/03/2005 19:56
note: 8.5/10
Holy (invité) a écrit :

Par contre j'adore Parabol/Parabola et je ne trouve pas qu'il y ait une longueur génante. Au contraire j'aurais aimé que la chanson dure plus longtemps. Mais bon je conçois que ce soit une question de préférance et tout.

Nan, je parlais de Ticks & Leeches, p/p, elle est géniale, y' faut pas y toucher.

@ Keyser -> Ptdr

Thanks to the people who care about the little shits I make
space monkey citer
space monkey
28/03/2005 19:40
note: 10/10
Lateralus est l'album de Tool que je préfère. J'aime vraiment tout dans cet album : c'est une perle. Et paf 10/10 !
Keyser citer
Keyser
28/03/2005 17:55
Lateralus est le seul album de Tool que j'ai écouté et ça m'a suffit. Ce genre de musique m'ennuie profondément, y'a vraiment pas moyen Déçu
En tout cas très très bonne chronique. Je voudrai aussi te présenter en retard mes condoléances pour ton poisson rouge, je sais par expérience que s'est difficile de perdre un être cher. J'ai d'ailleurs eu beaucoup de mal pour faire passer mon chien dans les chiottes!
Holy citer
Holy
28/03/2005 17:30
note: 9/10
Lateralus est un bon album! Mais à mon avis, moins que Aenima. C'est con mais c'est seulement que je préfère l'atmosphère de Aenima (enfin les chanson ont aussi quelque chose à voir.)

Par contre j'adore Parabol/Parabola et je ne trouve pas qu'il y ait une longueur génante. Au contraire j'aurais aimé que la chanson dure plus longtemps. Mais bon je conçois que ce soit une question de préférance et tout.

Très bonne chronique sinon.
toukene citer
toukene
28/03/2005 16:57
note: 9/10
E"n 2001, mon poisson rouge est mort. Alors, une fois que j'eu tiré la chasse d'eau pour donner à mon compagnon un repose éternel au milieu des cacas de tout le Val d'Oise, je suis allé me consoler en écoutant Lateralus, l'album que Tool a eu la bonne idée de sortir cette même année" <------------------------ tu m'etonnes que c'est ta plus longue chro avec des histoires pareilles !!!!! ;-)
En tout cas "plus c'est long plus c'est bon" comme dirait mon ex (ouais on est plus ensemble elle a trouvé pllus "long" ailleurs ) donc c'est une trés bonne chro pour un album extraordinaire !! je l'adore comme tout ce que Tool peut faire...
Dead citer
Dead
28/03/2005 16:19
$am a écrit : putain je crois que c'est la chro la plus longue que j'ai jamais écrite.
C'était le Commentaire à caractère informatif du jour


Ca c'est vendeur !!! Moqueur
$am citer
$am
28/03/2005 15:59
note: 8.5/10
putain je crois que c'est la chro la plus longue que j'ai jamais écrite.
C'était le Commentaire à caractère informatif du jour

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tool
Metal Progressif
2001 - Volcano Entertainment
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (43)  9.08/10
Webzines : (17)  9.12/10

plus d'infos sur
Tool
Tool
Metal Progressif - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Grudge  (08:36)
02.   Eon Blue Apocalypse  (01:04)
03.   Patient  (07:13)
04.   Mantra  (01:12)
05.   Schism  (06:47)
06.   Parabol  (03:04)
07.   Parabola  (06:03)
08.   Ticks & Leeches  (08:10)
09.   Lateralus  (09:24)
10.   Disposition  (04:46)
11.   Reflection  (11:07)
12.   Triad  (08:46)
13.   Faaip De Oiad  (02:39)

Durée : 78:58

line up
parution
15 Mai 2001

voir aussi
Tool
Tool
Opiate (MCD)

1992 - Volcano Entertainment
  
Tool
Tool
Fear Inoculum

2019 - Tool Dissectional / RCA Records
  
Tool
Tool
Aenima

1996 - Volcano Entertainment
  
Tool
Tool
Salival (EP)

2000 - Volcano Entertainment
  
Tool
Tool
Undertow

1993 - Volcano Entertainment
  

Essayez aussi
Wolverine
Wolverine
Cold Light of Monday

2003 - Elitist Records
  
Deadsoul Tribe
Deadsoul Tribe
A Murder of Crows

2003 - InsideOut Music
  
To-Mera
To-Mera
Transcendental

2006 - Candlelight Records
  
Dream Theater
Dream Theater
The Astonishing

2016 - Roadrunner Records
  
Devin Townsend
Devin Townsend
Empath

2019 - InsideOut Music
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique