chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
103 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Primitive Man - Steel Casket

Chronique

Primitive Man Steel Casket (Démo)
Primitive Man est un drôle de zozo. En 8 ans d’existence, les ricains ont pondu 2 albums longue durée, ce qui n’est pas une critique. Mais, dans l’intervalle, ils ont aussi produit 2 demos, 8 split, 4 single et un EP. Bref, une approche assez peu conventionnelle de la notion de commercialité. Et une plaie pour leur label.

Fort d’un sludge assez puissant, le groupe s’est forgé une petite réputation dans le milieu, la faute à un premier LP classieux (Scorn, en 2013), qui ne faisait pas dans la fioriture, ni dans sa pochette, si dans son contenu musical, les accents sludge et légèrement BM étant vraiment poussés dans un mix réussi. Sans compter les accès de furie plus ou moins contrôlés, à la frontière du grind et du powerviolence, qui rendirent l’album d’une écoute encore plus exigeante mais jamais décevante.

Steel Casket n’est donc pas le second effort longue durée du combo… comme tu pouvais t’y attendre. Caustic est sorti en 2017. C’était le second LP. Non. Steel Casket, sorti en 2018, est leur… troisième demo. Oui, je te l’ai dit, ils sont étranges ces gars-là.

Steel Casket est une vilaine demo de 2 titres, de respectivement 25 et 22 minutes. Tu comprends de suite que tu en auras au moins pour ton argent en termes de volume. Hélas, ce sera tout pour cette fois. Cette demo, disons-le, est totalement inutile. Pire, elle est vide.

Fear, le premier titre, monte doucement en puissance, avec une intro menaçante, tirée des abysses, comme si un quelconque animal diabolique ou surnaturel gravissait lentement le puit des Profondeurs. Quelques accords ambiant, quelques notes discrètes, presque funeral, s’égrènent ça et là sur plus de 2 minutes avant que les premières dissonances n’apparaissent, encore lointaines, encore mêlées aux ambiances. A compter de la 4ème minute, on devine des notes de piano, profondes encore, toujours menaçantes, en fond de paysage sonore, puis de plus en plus présentes, agrémentées de bruitages inquiétants et d’arpèges déstructurées. Après 6 minutes, des boucles drone surgissent ainsi que les premiers accords plus appuyés, toujours sur le mode de la dissonance toutefois, favorisant ainsi le sentiment que le morceau s’étire sur plusieurs minutes. Cette montée en puissance immerge mais renvoie aussi à une impression d’attente qui, elle aussi, s’étire. On se demande quand le morceau va véritablement décoller. Or, pour le coup, entre la 6ème minute et… très longtemps après, seule la dissonance structure l’espace sonore, sans variation comme on peut la trouver dans le drone par exemple. Juste de la dissonance monolithique qui s’étire. Le calme revient avant la 13ème minute sans pour autant que le morceau ne décolle davantage. On reste dans le champ du bruitage sonore, du bidouillage, du grésillement… et presque du dungeon synth par instant (après 16 minutes). Le final, soit quand même près de 8 minutes, s’effectue sur des ambiances identiques, mélange de dungeon synth, de cris d’agonie et de bourdonnements. N’est pas Sun O))) qui veut. Et Primitive Man n’en a pas les qualités pour happer l’auditeur sur 25 très, très, très longues minutes. Un premier titre absolument vide. Merci.

A Life of Turmoil, le second morceau, présente l’immense avantage de ne pas te faire perdre ton temps, qui annonce la couleur immédiatement. Il prend l’exacte suite de Fear. Comme si le morceau précédent s’était poursuivi. Sur 22 minutes supplémentaires.

Cette demo est tirée à 100 copies K7 de deux couleurs. Le label a dû comprendre. Don’t buy or die !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
04/04/2020 11:39
Hahahahahaha
lkea citer
lkea
04/04/2020 11:19
Vite écouté, vite oublié celui-ci, en effet.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Primitive Man
notes
Chroniqueur : 1.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Primitive Man
Primitive Man
Sludge / Doom / Grind / Noise - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Fear  (24:49)
02.   A Life Of Turmoil  (21:47)

Durée : 46:36

line up
parution
26 Avril 2018

voir aussi
Primitive Man
Primitive Man
Caustic

2017 - Relapse Records
  
Primitive Man / Unearthly Trance
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)

2018 - Relapse Records
  
Primitive Man
Primitive Man
Scorn

2013 - Throatruiner Records / Mordgrimm Records
  

Essayez plutôt
Meth Drinker
Meth Drinker
Discography (Compil.)

2020 - Throne Records
  
Acid Bath
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics

1996 - Rotten Records
  
Eyehategod
Eyehategod
New Orleans Is The New Vietnam (Single)

2012 - A389 Records
  
Baroness
Baroness
First & Second (Compil.)

2009 - Hyperrealist
  
Superjoint Ritual
Superjoint Ritual
Use Once And Destroy

2002 - Sanctuary Records
  

Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique