chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
108 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Slave Hands - No More Feelings

Chronique

Slave Hands No More Feelings
« A l’ancienne ».

C’est ce qui avait fait une grande part du charme Slave Hands sur World Rid Of All Living et ce qui continue de marquer lors des premières écoutes de No More Feelings, deuxième album des Finlandais : cette capacité, rare (encore que ce début d’année a été généreux en matière de sludge canal historique, cf. la compilation de Meth Drinker et le nouvel EP de Come to Grief), à convoquer une foule de noms un peu trop absents dans le sludge d’aujourd’hui. Noothgrush, les premiers Grief, Corrupted, ces oubliés-ci.

Et ils sont une nouvelle fois tous présents lorsque tourne No More Feelings, Slave Hands respectant toujours ce cahier des charges que l’on n’a pas envie de voir évoluer. Samples nihilistes, production ce qu’il faut de brouillonne et suffocante, accélérations absurdes et impuissantes (raaaah, ces tremolos pris dans le goudron de « Malignant Filth Vessel »), ralentissements patauds et défaitistes... La bande n’a pas changé l’essentiel de son style et tant mieux ! S’il est clair que l’amateur de nouveauté ou d’originalité évitera sans regret cette formation fervente d’un sludge d’une certaine époque, le converti ne pourra que sourire de plaisir devant cette bande qui a tout compris à ce qui fait l’intérêt du genre. « Un disque qui aurait pu sortir en 94 » : l’expression s’applique clairement à cette œuvre, poussant le vice jusqu’à avoir ce feeling, ce frisson particulier, de cette période, lors de passages au groove typique, cramé, impassible (« Forgotten Trail » par exemple) et...

...éteint. Là réside, si tenté que l’on est d’en chercher une, la personnalité de Slave Hands. Oui, No More Feelings est avant toute chose une lettre d’amour et oui, malgré quelques fléchissements involontaires, il l’écrit avec la plus belle encre. Mais derrière cette admiration sans borne qu’il présente trente-et-une minutes durant, une chose bien à lui se cache, là, au coin des yeux. Une humeur, que les Finlandais ont plus maussade, dénuée de vie, que de coutume. La petite idée qui fait la différence : le passage d’une voix arrachée, stridente, à un appui dans les graves qui se retrouve également dans ces guitares évacuant quasiment toute volonté d’élévation. Clairement, cela sent plus la mort que le désespoir par ici, au point de s’enfoncer dans ce marasme sans avoir un instant l’envie de retourner vers des eaux boueuses déjà connues. Quelque chose qui touche, une fois que l’on regarde derrière la révérence aux anciens, à un sentiment particulier, frôlant le néant terreux de Primitive Man, voire, pour rester en territoire finlandais, l’atmosphère de bourreau au travail de Stabat Mater.

Ce qui, de la part d’un album autant dédié à transmettre ce qui a été fait avant lui, n’est pas tout à fait rien. Slave Hands ne se situe pas dans un ailleurs comme un Fleshpress peut y habiter – et il ne le cherche pas – mais il s’éloigne suffisamment de la resucée d’un sludge traditionnel sur No More Feelings pour donner envie de l’écouter sans impression de contrefaçon. S’il reste un groupe destiné aux nostalgiques avant tout, ces derniers pourraient être étonnés de trouver à son écoute une manière de présenter les choses plus personnelle qu’escompté. Définitivement, une bonne surprise comme il y en a peu dans le genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
06/04/2020 08:06
Se télécharge à prix libre sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Slave Hands
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Slave Hands
Slave Hands
Sludge - 2013 - Finlande
  

tracklist
01.   Misery Is The Secret To Happiness  (01:22)
02.   To Sink Deep  (06:11)
03.   Malignant Filth Vessel  (03:26)
04.   Faith  (03:50)
05.   Concrete Defeat  (03:59)
06.   Trapped Inside And Left Outside  (04:17)
07.   Forgotten Trail  (08:08)

Durée : 31 minutes 17 secondes

line up
parution
3 Avril 2020

voir aussi
Slave Hands
Slave Hands
World Rid of All Living

2018 - Sewer Prison / Gate of Deliria / Dense(s) Record
  

Essayez aussi
Come to Grief
Come to Grief
The Worst of Times (EP)

2017 - Fuck Yoga Records
  
Potop
Potop
Channels (EP)

2008 - Iron Pig Records
  
Meth Drinker
Meth Drinker
Discography (Compil.)

2020 - Throne Records
  
Eyehategod
Eyehategod
Eyehategod

2014 - Housecore Records
  
Iron Monkey
Iron Monkey
Iron Monkey

1996 - Union Mill
  

Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique