chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Keverra - Keverra

Chronique

Keverra Keverra
Quand j’ai fait la connaissance de Keverra, groupe composé d’anciens et actuels membres de 16 et Goatsnake, au travers de son premier album sans-titre, deux questions ont immédiatement habité mon esprit : « Pourquoi ce groupe n’est-il pas sorti sur Relapse Records ? » et « Sera-t-il à la hauteur des hautes attentes que son line-up alléchant met immédiatement en tête ? ».

Concernant la première question, j’avoue ne pas avoir de réponse. Tout, chez Keverra, paraît crier le nom de ce label réputé, au catalogue varié, mais possédant une patte particulière immédiatement reconnaissable. Produit par Sanford Parker (s’étant déjà occupé du son de The Gates of Slumber, Bloodiest ou encore Minsk, soit des groupes plus ou moins liés à... Relapse), doté d’une pochette évoquant le dernier Today is the Day (No Good to Anyone) moins l’humanité, ce premier album coche toutes les cases chéries par la maison-mère ricaine, jusqu’à des photographies de la formation où un membre arbore fièrement un t-shirt Unearthly Trance (la bande à Ryan Lipynsky ayant une longue histoire en lien avec le label). Mais au-delà de ces réflexions sur l’entre-soi et la prise de risque (probablement que le plus confidentiel mais fervent Seeing Red Records colle mieux à un premier jet d’un projet ayant encore tout à prouver), c’est bien par son style que le trio mené par Kurk Stevens donne envie de faire le lien.

Car avec son mélange entre sludge et noise rock, effleurant les ambiances blackened et la froideur industrielle dans son exécution, Keverra paraît tout indiqué pour nourrir un catalogue rempli de Indian, Seven Sisters of Sleep, Rwake ou... Unearthly Trance, encore. Ce dernier nom est celui qui m’est directement venu en tête à l’écoute de ces trente-six minutes, tant je retrouve ici le caractère versatile et nocturne, maîtrisé de bout en bout, des créateurs de Stalking the Ghost. Il est clair que ce premier essai peut être considéré comme tel lors des écoutes de présentation, son bric-à-brac étant constitué d’éléments connus ici ou là. Son style à cheval entre sludge et noise rock bien délimité, son interprétation particulièrement noire et rugueuse ou encore ses interludes noise paraissent en effet aussi réussis que typiques d’une certaine scène (non, le groupe n’est pas originaire de Portland mais de Los Angeles, bien que le doute soit permis). Cependant, au fur et à mesure que les rencontres se succèdent, c’est bien l’expérience dont use le trio qui marque.

C’est que Keverra aime jouer une musique retorse, qui glisse sur nous si l’on n’y prête pas attention mais contenant une ambiance particulière, urbaine, sombre et reptilienne, ainsi qu’une foule de moments prenants. Le concassage méthodique de « Albion » et « Black Tie Event », le groove amer de « Object to Be Destroyed » ou encore les relents post-punk et fantomatiques, presque cold wave, de « Bathsheba » et « No God »... Avec un savoir-faire déjà sûr de lui, des compositions qui hypnotisent et emportent, ce début a des airs de disque de vieux de la vieille puisant leur force dans une impressionnante alchimie en pourtant peu de temps (groupe formé en 2018 !). Certes, en cherchant bien, une certaine immaturité se dévoile, notamment dans des enchainements de pistes noise et morceaux sludge trop systématiques et redondants ou encore un milieu moins marquant (« Tioga »), en particulier par rapport à un dernier tiers mettant K.O. sur K.O. (à partir de « Object to Be Destroyed »). Les Ricains ont encore une certaine marge de manœuvre donc, qu’il me tarde de les voir prendre à bras le corps (un petit coup de cœur, malgré des défauts bien présents).

Je me rends compte que je n’ai pas répondu à la deuxième question que je m’étais posé à moi-même. Mais ai-je vraiment besoin de le faire ? Keverra m’a surpris avec son premier longue-durée, faisant mouche à la fois dans mes goûts et tout court, tant il paraît avoir compris comment jouer un sludge actuel et à part dans le même temps, doté d’une atmosphère que peu arrivent à transmettre. La suite sera surveillée de près, soyez-en sûrs !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Keverra
Blackened Sludge / Noise Rock
2020 - Seeing Red Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (1)  10/10

plus d'infos sur
Keverra
Keverra
Blackened Sludge / Noise Rock - 2018 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Albion  (5:18)
02.   Incendiare  (0:43)
03.   Bathsheba  (6:09)
04.   Anaesthetic  (0:34)
05.   Tioga  (4:34)
06.   Bitter Air of Exile  (2:43)
07.   Object to Be Destroyed  (5:25)
08.   Funerary  (1:01)
09.   No God  (4:51)
10.   Black Tie Event  (4:46)

Durée : 36 minutes 6 secondes

line up
parution
1 Mai 2020

The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique