chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Neitian - I Skuggornas Mörker

Chronique

Neitian I Skuggornas Mörker
Peu d’informations circulent aujourd’hui au sujet de Neitian. Les seules que l’on peut trouver sur Internet sont celles glanées sur Metal Archives qui finalement ne font que reprendre ce que l’on peut déjà lire au dos de ce premier album sorti en janvier dernier via Amor Fati Productions. Intitulé I Skuggornas Mörker, celui-ci n’est en fait pas de toute première fraîcheur puisqu’il s’agit d’un enregistrement datant de 2007. D’ailleurs ce qui est vraisemblablement un one-man band à en juger par cette photographie en noir et blanc présente là encore au dos de l’album ne semble plus être actif depuis déjà plusieurs années… Et puisqu’on en est à dresser quelques hypothèses, je me risquerai bien à avancer que Neitian est encore l’un des nombreux projets de l’infatigable Swartadauþuz (Azelisassath, Bekëth Nexëhmü, Gardsghastr, Gnipahålan, Muvitium, Greve, Tyranni...) même si en dehors de cette photo où j’y vois personnellement quelques ressemblances et de cette approche plutôt similaire je n’ai finalement pas grand chose pour étayer ma thèse...

Quoi qu’il en soit, ce one-man band suédois pratique comme on pouvait s’y attendre à la vue de cet artwork sombre et desséché un Black Metal dépouillé et rachitique à la production tout aussi famélique. Loin des grosses sorties suédoises au son impeccable mais qui manquent sûrement un peu de caractère, Neitian coche ici toutes les cases d’un cahier des charges toujours scrupuleusement suivi dans l’underground avec, pour commencer, une production poussiéreuse et pleine de souffle. Un esthétisme sonore évidemment parfaitement calculé afin de répondre à une certaine idée du Black Metal. Celle d’une musique pure, effrayante et absolument repoussante. Comme toujours, ceux qui ne se sentent pas capable d’affronter ce genre de production où les guitares grésillent et saturent et où les hurlements se perdent dans d’obscurs brumes lointaines devront alors passer leur chemin sous peine de trouver le temps beaucoup trop long...
Et croyez moi ce n’est pas le seul obstacle à l’appréciation de cet album puisque cette batterie particulièrement répétitive risque probablement d’en agacer plus d’un. Bien qu’elle fasse preuve de nuances de temps à autre en changeant tout simplement de rythme, elle passe néanmoins le plus clair de son temps à coucher morceau après morceau les mêmes patterns hypnotiques à base de semi-blasts ou de tchouka-tchouka. Une formule efficace d’un point de vue purement rythmique puisque I Skuggornas Mörker jouit effectivement d’une excellente dynamique d’ensemble mais qui néanmoins montrera assez vite ses limites vis à vis de ceux qui choisiront d’y prêter trop d’attention.

Mais ces défauts, ou plutôt ce qui pourrait passer pour des défauts, personnellement je les aimes. Comme bien souvent dans le Black Metal et encore plus avec tous ces one-man band obscurs que l’on a pu aborder ici ou non (notamment ceux issus des scènes portugaises, canadiennes ou bosniaques), ils participent à la construction d’une certaine atmosphère opaque et inquiétante qui sied à ravir à cette musique qui effectivement se doit de répondre à un certain esthétisme sonore et visuel. Ainsi, à travers cette production au souffle puissant et sur cette batterie aliénante viennent se poser des riffs froids et décharnés aux mélodies hivernales. Des mélodies intelligemment mises en avant desquelles vont émaner un puissant parfum de mélancolie comme l’attestent "I Nattmörkrets Dimma" à 0:37, le début de "Vind Av Död" ainsi qu’à 1:40, l’entame de "Besvuren Till Månens Kall", "Bort I Skogens Djup" à 1:09, "Mörker" à 0:18 et ainsi de suite... À cette sensation de mélancolie se mêle cette espèce de folie dérangée et dérangeante induite par ces cris viscéraux et inhumains qui accompagnent chacun des compositions de l’album (exception faite de ce prologue et de cet épilogue).

Comme beaucoup d’autres groupes officiant dans ce registre de niche, Neitian n’apporte rien de plus à son Black Metal que ce qui a déjà été fait par d’autres des années avant lui (même en 2007 tout cela n’avait déjà rien de très original). Mais comme toujours l’essentiel n’est pas là. Non, l’essentiel se trouve bel et bien dans la qualité de ces riffs et de ces mélodies sournoises, dans la portée de ces ambiances délétères et malfaisantes, dans ce caractère entêtant qui va induire chez l’auditeur une certaine sensation de transe... Et rien d’autre.
Présenté sur Metal Archives comme étant actuellement en stand-by, je ne sais pas si nous aurons un jour une suite à ce premier album de Neitian. En attendant, les amateurs de Black Metal famélique à la production osseuse seront très certainement ravi à l’écoute de cet unique album tant le projet suédois répond en bien des points à une certaine vision quelque peu élitiste du Black Metal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Neitian
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Neitian
Neitian
Black Metal - 2007 - Suède
  

tracklist
01.   Dödens Prolog  (00:59)
02.   I Nattmörkrets Dimma  (04:58)
03.   Vind Av Död  (05:19)
04.   Besvuren Till Månens Kall  (06:16)
05.   Bort I Skogens Djup  (04:27)
06.   Mörker  (04:51)
07.   I Vinterns Majestät  (06:15)
08.   Gravens Djup  (04:29)
09.   Skogars Svarta Kall  (04:22)
10.   Efterlivets Epilog  (01:49)

Durée : 43:45

parution
19 Janvier 2020

Essayez aussi
Tsjuder
Tsjuder
Antiliv

2015 - Season Of Mist
  
Vargrav
Vargrav
Netherstorm

2017 - Werewolf Records
  
NEDXXX
NEDXXX
NEDXXX

2019 - Norma Evangelium Diaboli
  
Aorlhac
Aorlhac
L’Esprit Des Vents

2018 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Drudkh / Paysage D'Hiver
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (Split-CD)

2017 - Underground Activists
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique