chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Baphomet - The Dead Shall Inherit

Chronique

Baphomet The Dead Shall Inherit
Dans le Death Metal comme dans la vie, il y a des signes qui souvent ne trompent pas. De ce logo dessiné à main levé sur la pause café du lundi matin, les yeux par encore tout à fait en face des trous, à cet artwork qui pue l’amateurisme, tout chez Baphomet évoque dès le premier regard la seconde division, celle que l’on aborde avec toujours un peu de tendresse et de compassion parce qu’au fond on sait que parmi tous ces groupes qui ont beaucoup galéré et n’ont jamais réussi à se faire une place au soleil, nombre d’entre eux méritent pourtant que l’on s’y intéresse.

Formé en 1987 à Buffalo dans l’état de New-York, Baphomet a enchainé dans un premier temps les démos et autres vas et viens de personnels avant de signer un contrat avec Peaceville Records. Sauf que les choses ne se sont pas passées comme le groupe l’aurait souhaité. Après avoir démarché les labels à l’aide d’une démo promotionnelle parue comme son nom l’indique en 1990 (Advance Tracks 1990), Peaceville sortira en mars 1991 le premier album du groupe sous le titre Inheritors Of The Dead. Une parution extrêmement confidentielle puisqu’il s’agit en fait d’un "test press" proposé à seulement cinquante exemplaires. Pas de quoi rivaliser avec les palettes d’albums écoulées à l’époque par des groupes comme Morbid Angel, Cannibal Corpse et autre Napalm Death... Sans que l’on sache vraiment pourquoi, il faudra alors attendre plus d’un an pour que sorte finalement en mai 1992 The Dead Shall Inherit, premier véritable album de Baphomet qui outre quelques titres à l’intitulé remanié, offre également un mixage et un mastering complètement différent de celui de Inheritors Of The Dead.

Marqué par quelques unes des spécificités d’une scène new-yorkaise alors en devenir, le Death Metal de Baphomet se caractérise par un côté lourd et presque pataud ainsi que par un sens du groove particulièrement aiguisé qui encore aujourd’hui, malgré la simplicité évidente de ces dix compositions, les rendent extrêmement efficaces et addictives. Bien sûr, il n’y a jamais rien eu de bien sorcier dans ce que nous offre ici le groupe américain mais en replaçant The Dead Shall Inherit dans le contexte de son époque, on se rend compte assez rapidement que l’on est quand même assez loin de ce qui se faisait alors en Floride, en Californie ou en Suède à la même période. Partagé ainsi entre séquences baveuses au groove délicieusement entrainant ("The Suffering" à 1:13, "Through Devient Eyes" à 1:48, "Leave The Flesh" à 0:31, l’entame de "Valley Of The Dead", "Vile Reminiscence" à 0:19, l’entame de "Streaks" et sa basse ultra menaçante...) et accélérations bien plus musclées et soutenues insufflant juste ce qu’il faut de brutalité et de relief à l’ensemble ("The Suffering" à 2:22, "Through Devient Eyes" à 0:43, "Valley Of The Dead" à 1:04, "Torn Soul" à 0:05, "Vile Reminiscence" à 0:06, "Infection Of Death" à 0:32...), ce premier album n’a pas d’autres défauts que celui d’être paru probablement trop tardivement et de s’inscrire dans un registre offrant également peut-être moins d’attrait que celui pratiqué par tous les grands patrons de l’époque (même si par certains aspects, la musique de Baphomet partage évidemment de nombreux points communs avec des groupes tels que Cannibal Corpse, Deicide, Malevolent Creation ou Incantation).

Quoi qu’il en soit, trente ans après sa sortie (ou presque), The Dead Shall Inherit reste encore aujourd’hui un album extrêmement bien ficelé. Déjà parce que sa production épaisse et abrasive tient parfaitement la route et cela malgré les années qui passent (le remastering opéré sur les rééditions proposées par Peaceville y doit sûrement beaucoup). Aussi, malgré quelques défauts et autres stigmates inhérents à son époque (la grosse caisse qui fait quand même un peu ploc ploc), tout y est lisible et bien équilibré, permettant ainsi de pénétrer l’univers des Américains sans avoir à y déchiffrer quoi que ce soit.
Ensuite parce qu’au-delà de cette simple dualité qui caractérise le Death Metal des Américains (mid-tempo au groove dégoulinant vs. accélérations fulgurantes), Baphomet a su composer des titres de Death Metal tous plus redoutables les uns que les autres. Passé "The Suffering" qui s’affiche à plus de cinq minutes en préambule explicite de ce premier album (la faute à quarante secondes de samples en guise d’introduction), les New-Yorkais concentrent leur savoir-faire (riff bien gras et chuggy, fulgurances explosives et musclées, groove infectieux, ralentissements évoquant pour certains les prémisses du slam, atmosphères grises et désabusées des bas-fonds les plus sordides...) sur des morceaux relativement courts tournant en moyenne aux alentours des trois minutes et trente secondes. Une concision qui ne laisse aucune place aux tournures inutiles et au sentiment de redite (en dépit d’une formule qui ne change pas vraiment d’un titre à l’autre) et apporte à l’inverse une dynamique supplémentaire à un album qui pourtant ne manque pas d’énergie. En effet, même s’il y a un côté résolument pataud et lourdingue dans ce genre de Death Metal, le groove et ces atmosphères urbaines qui s’en dégagent apportent quelque chose d’extrêmement vivant qui pousse inexorablement l’auditeur à s’agiter un peu plus que de raison. Et lorsque les choses s’accélèrent significativement à coups de blasts dispensés le couteau entre les dents, cette impression n’en est naturellement que renforcée...

Peu remarqué à sa sortie, The Dead Shall Inherit reste aujourd’hui un très chouette album de Death Metal à la sauce new-yorkaise. Du genre de ceux que l’on se passe avec toujours beaucoup de plaisir sans trop vraiment comprendre pourquoi aussi peu de personnes semblent vouloir s’y intéresser. Quoi qu’il en soit, si vous avez un semblant d’affinités avec des groupes comme Morpheus Descends, Morta Skuld, Broken Hope, Rottrevore ou Sinister, il y a priori peu de raison pour que vous ne succombiez pas aux charmes fétides de Baphomet. La suite de la carrière des Américains se fera quant à elle dès 1993 mais cette fois-ci sous le nom de Banished qui là encore sortira un seul album (le très bon Deliver Me Unto Pain) avant de tirer définitivement sa révérence (si Baphomet apparaît bien comme "actif" sur Metal Archives, le groupe n’a plus vraiment donné signe de vie depuis ce concert de réformation tenue en 2013...).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
11/06/2021 07:48
note: 8/10
Deathrash a écrit : On pourrait résumer cet album à un enchainement de breaks fracassants qui donne lieu à de gros mid tempo ultra efficaces.
Merci pour la chro, j'aime beaucoup cet album, qui étonnement, j'ai découvert assez tôt dans ma découverte du DM.


Bah je t'en prie, plaisir d'offrir Clin d'oeil
Deathrash citer
Deathrash
11/06/2021 03:22
On pourrait résumer cet album à un enchainement de breaks fracassants qui donne lieu à de gros mid tempo ultra efficaces.
Merci pour la chro, j'aime beaucoup cet album, qui étonnement, j'ai découvert assez tôt dans ma découverte du DM.
AxGxB citer
AxGxB
10/06/2021 20:35
note: 8/10
Cujo a écrit : Cool une chronique de BAPHOMET !!! Merci pour l'article et toutes les petites anecdotes qui vont avec, un plaisir a lire. Y'a des albums comme ça qu'on adore, on sait pas trop pourquoi au final. Même note pour moi, un bon gros huit pour ce disque jouissivement putride.

Bah je t'en prie, c'est toujours chouette de voir exhumer ce genre de vieilleries un peu oubliées Clin d'oeil
Cujo citer
Cujo
10/06/2021 16:36
Cool une chronique de BAPHOMET !!! Merci pour l'article et toutes les petites anecdotes qui vont avec, un plaisir a lire. Y'a des albums comme ça qu'on adore, on sait pas trop pourquoi au final. Même note pour moi, un bon gros huit pour ce disque jouissivement putride.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Baphomet
Death Metal
1992 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (3)  6.33/10

plus d'infos sur
Baphomet
Baphomet
Death Metal - 1987 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Suffering  (05:01)
02.   Through Deviant Eyes (  (04:01)
03.   Leave The Flesh  (03:00)
04.   Valley Of The Dead  (04:19)
05.   Torn Soul  (03:10)
06.   Vile Reminiscence  (03:00)
07.   Boiled In Blood  (04:29)
08.   The Age Of Plague  (03:31)
09.   Infection Of Death  (03:23)
10.   Streaks Of Blood  (04:37)

Durée : 38:31

line up
parution
5 Mai 1992

Essayez aussi
Ossuary
Ossuary
Supreme Degradation (Démo)

2019 - Autoproduction
  
Witchrist
Witchrist
Beheaded Ouroboros

2010 - Invictus Productions
  
Phobocosm
Phobocosm
Deprived

2014 - Dark Descent Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Bloodthirst

1999 - Metal Blade Records
  
Angel Morgue
Angel Morgue
Angel Morgue (Démo)

2018 - Redefining Darkness Records
  

Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Goats Of Doom
Shiva
Lire la chronique
King Diamond
"Them"
Lire la chronique
Ancient Necromancy
Diabolical Forest Alchemy (...
Lire la chronique
Ancient Wisdom
A Celebration in Honor of D...
Lire la chronique