chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unearthly Trance - V

Chronique

Unearthly Trance V
L’album terminal d’Unearthly Trance. Celui avec lequel le groupe a arrêté les frais pendant quelques années, avant de se reformer et de créer l’impérial Stalking the Ghost. A l’époque cela semblait aussi dommage que logique : après le bien nommé Electrocution, les New-Yorkais reviennent avec un album aussi mystérieux, sobre de sa pochette à son titre, que jusqu’au-boutiste, faisant de ce point final un point d’interrogation allant parfaitement à cette longue question qu’a été pour moi – et reste toujours – la formation.

Car – suivons leur démarche et allons au bout des choses, du début à la fin – Unearthly Trance a longtemps été pour moi une énigme trop hermétique. A la façon de Neurosis, c’est après des tentatives répétées que sa musique a fini par me plaire. Me laissant longtemps aussi fasciné qu’ennuyé, pris dans des brumes, des ambiances de nuit que je trépignais d’allumer dans mon esprit, il m’a demandé du temps pour apprécier les silhouettes qu’il dessine, les faire miennes et partir à leur recherche quand elles se faisaient lointaines. Un sludge lisible, moderne, accessible sur la forme mais qui laisse en bout de route si on n’arrive pas à le suivre.

Alors comment appréhender ce disque, qui justement fait de la voie sans issue son chemin de traverse, laisse croire qu’il a l’intention d’aller au-delà du tunnel alors qu’il s’enfonce en réalité dans un conduit sans fin, le passage étant en réalité sa destination ? Une musique qui cherche à se faire néant, des symboles au service du non-sens : c’est cette absurdité-ci qu’embrasse V. A nous de décider si l’on veut s’y noyer avec lui ou chercher, comme dans tant d’autres albums, des bancs sur lesquels se reposer dans la pénombre, une lumière guidant notre marche.

Ces facilités, Unearthly Trance ne les utilise jamais sur ces cinquante-neuf minutes. Sa nuit est La Nuit, avec le gris en guise d’éclairage, que nos yeux voient à force d’habitude. Un gris verdâtre, uniforme et métallique, vert-de-gris comme sa pochette, qui sera ici la seule aide pour apprécier du regard les images que la bande invoque. Des images de lisière, entre sludge monolithique et doom implacable, entre ville et forêt, une banlieue qui s’arrête brutalement vers aucun lieu, une nature sauvage et inexplorée marquant la frontière. Une lisière dont on peine à percevoir le début de ce qui est connu et le pas vers l’inconnu, décor surnaturel et morne, l’au-delà à distance d’une porte qu’on ne franchit jamais.

Raison pour laquelle j’ai si souvent cherché en V une clé, tant j’avais l’impression de me situer à deux pas d’entrer dans la musique d’Unearthly Trance ? Peut-être. Toujours est-il que les verrous ont fini par sauter, à l’écoute de ces quelques moments d’élévation statique, ces instants où les guitares s’ébrouent, se mêlent au paysage, se meuvent dans une dynamique impavide, presque héroïque par à-coups, et en même temps souffreteuse, essoufflée par quelques maladies pulmonaires inconnues... D’autres ont pu créer de belles œuvres de travail au noir, faire de la nuit leur lieu de besogne interdite mais entendue, comme un contrat convenu entre l’écoutant et l’écouté : les New-Yorkais, eux, réintroduisent en elle sa mystique particulière, ce qu’elle a de total et en même temps d’irrésolu, son ton-sur-ton qui n’appuie rien, à part le Rien. Ce qu’elle a d’identifiable, de quotidien et, paradoxalement, la clandestinité de ses sons sans origine claire, son opacité qui grouille de vie, son silence apparent et ses milles froissements, hululements, bruissements.

Certainement, cela peut laisser penser de ce cinquième longue-durée qu’il est le plus difficile d’accès, le plus mental, où l’esprit pourra chercher en Season of Seance, Science of Silence ou encore In the Red des ambiances proches mais nettement plus distinctes. Pourtant, V est l’aboutissement de la part la plus fascinante d’Unearthly Trance, ce héraut d’un style urbain qui, chez lui, a donné plus d’une fois l’envie inattendue de partir hurler avec les loups. Ce que le groupe pouvait avoir de trouble, de plus habité qu’ailleurs, explose ici, conquiert chaque ligne insoluble et fiévreuse.

V reste malgré les années et les certitudes que j’y ai trouvé un album que j’écoute avec des envies particulières, des dispositions que je n’ai pas toujours. C’est bien en raison de sa personnalité forte, de son atmosphère à-part, qu’il me rebute autant qu’il me passionne selon les occasions. Une étrangeté qui fait de ce disque – et plus largement d’Unearthly Trance – un objet qui ne sera jamais culte, dans le sens où il ne fait et ne fera ni date, ni école. V est bien au-delà de tout cela, tant il conserve des allures d’ovni malgré le temps qui passe. Peu importe les chronologies : il fut et reste l’album de la fin d’Unearthly Trance.



...Quant à vous dire ce que ce climat nocturne et sans retour peut éveiller en soi, lorsque s’envisage d’entendre ici sa nuit intérieure, celle qu’on sent nous appeler parfois lors des heures qu’on vole au soir... Ce voyage-ci reste personnel, et je serai bien malpoli de vous en priver.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unearthly Trance
Sludge / Doom Metal
2010 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  8.5/10
Webzines : (3)  7.17/10

plus d'infos sur
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Sludge / Doom - 2000 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Unveiled  (07:03)
02.   The Horsemen Arrive in the Night  (03:14)
03.   Solar Eye  (06:50)
04.   Adversaries Mask 1  (04:21)
05.   Adversaries Mask 2  (02:53)
06.   The Tesla Effect  (03:48)
07.   Sleeping While They Feast  (04:55)
08.   Submerged Metropolis  (06:06)
09.   Current  (03:15)
10.   Physical Universe Distorts  (03:43)
11.   Into a Chasm  (04:43)
12.   The Leveling  (07:26)
13.   Untitled  (00:55)

Durée : 59 minutes 12 secondes

line up
parution
28 Septembre 2010

voir aussi
Primitive Man / Unearthly Trance
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)

2018 - Relapse Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Season of Seance, Science of Silence

2003 - Rise Above Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
In the Red

2004 - Rise Above Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Electrocution

2008 - Relapse Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Stalking the Ghost

2017 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Gloson
Gloson
Grimen

2017 - Art Of Propaganda
  
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  
Malemort
Malemort
Individualism, Narcissism, Hedonism

2017 - Prison Tatt Records
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique