chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Serment - Chante, O Flamme de la Liberté

Chronique

Serment Chante, O Flamme de la Liberté
La scène BM québécoise regorge de pépites, tu le sais. Innombrables sont aujourd’hui les noms à fleurir le sombre chemin. Rapporté à la taille du pays, il n’est guère que la Finlande pour pouvoir rivaliser en quantité et, surtout, en qualité. Serment est de ces pépites, qui nous présente avec Chante, Ô Flamme de la Liberté, son premier album. Nouveau venu sur la scène, le groupe québécois est le nouveau projet solo de Moribond, de Forteresse, autre groupe phare de cette scène BM ultra qualitative.

Sans surprise, l’amoureux des grands espaces enneigés va retrouver les thématiques chères à son cœur. Comme Forteresse, Monarque, Akitsa, Gris, Grimoire, Sorcier des Glaces, Chasse-Galerie ou encore Sombres Forêts, Serment se propose d’explorer les forêts enneigées, de plonger au cœur d’un Québec authentique, ancestral et chargé de légendes.

La traduction de ce projet passe, comme chez Forteresse ou Monarque notamment, par une utilisation habile et soutenue de l’emphase et de guitares raw déchirantes de tristesses, comme habitées. Le résultat ? Il est superbe.

Dès l’intro (Ouverture), le hululement du hibou balayé par le blizzard plonge immédiatement l’auditeur dans la transe, au centre des débats, dans l’attente, quelques secondes plus tard du tourbillon des guitares avec Sonne, le Glas Funèbre. L’enchaînement rappelle les grandes heures de Metal Noir Québécois et des Hivers de notre époque. Les mélodies sont sublimes, fondues dans la masse, aérant et noyant dans l’emphase pure une batterie épileptique qui tapisse l’arrière-plan de ses blasts incessants. Le son, comme chez Forteresse, reste suffisamment équilibré, entre clarté et âpreté, pour donner à entendre la richesse du morceau et d’en saisir les évolutions sans difficulté. Les arrangements sont nombreux et, comme à l’habitude, la force tient dans ces ponts centraux dont Moribond parsème ses créations. Ici encore, il est tout simplement sublime, la batterie ralentissant le tempo, jouant sur les cymbales pour créer un rappel auditif répétitif qui tranche avec la mélodie enlevée.

La dynamique des titres renforce considérablement l’immersion souhaitée. Sonne, Le Glas Funèbre tient tout entier sur cette vélocité, que le pont central, on l’a dit, enrichit bien plus qu’il ne perturbe. Par-Delà Collines et Rivières fonctionne sur le même mode opératoire. L’ouverture est violente, extrêmement épique et emphatique, comme des chevaux en plein galop qui traversent la steppe, portée par une voix hantée et surtout une mélodie magnifique, très simple, ultra symphonique, qui gonfle encore l’émotion procurée par le titre. L’auditeur est happé, tout entier absorbé par ce tourbillon d’émotions, de sentiments, la sensation du vent balayant son visage devenant quasiment palpable. Sublime, Par-delà Collines et Rivières est sans doute la pièce maîtresse de l’album. Là encore, un pont central vient apaiser le tout et relancer la dynamique en substituant à la mélodie symphonique une mélancolie lente, très douce et là encore sublime. Une merveille.

Dès la seconde partie de l’album, dès Flamme Hivernale, Serment relance l’album en partant vers des terres encore plus symphoniques, comme en témoignent l’ouverture de Flamme Hivernale et Avant que ne Meure la Gloire ou Hymne à la Patrie, tout instrumental. Le son gagne en profondeur et l’emphase s’accroît très sensiblement. Pour autant, cette seconde partie est encore plus violente que la première, la batterie montant d’un cran dans l’intensité (Flamme Hivernale, Avant que ne Meure la Gloire). Paradoxalement, c’est dans ces moments violents, où la vitesse le dispute à l’intensité, que Serment révèle sa puissance et Moribond, sa force créatrice. Les ponts son nombreux, plus axés sur les guitares (Flamme Hivernale, Avant que ne Meure la Gloire) mais sans que jamais les mélodies ne soient sacrifiées. Fondues dans la structure, elles se révèlent tout au contraire dans les aspérités laissées libres par les guitares et dans les ralentissements de la batterie. Il est remarquable, de nouveau, de constater à quel point le tout s’enchaîne naturellement, sans à coup. Les structures sont chargées, bourrées d’informations et pourtant, le tout peut bien être riche, il n’est jamais écœurant.

J’écoute du BM depuis près de 30 ans. Les albums qui, aujourd’hui, me surprennent, me bouleversent, sont rares. A tel point que depuis quelques années maintenant, je vais de plus en plus chercher mon bonheur loin des rivages du metal. Serment vient de m’y ramener brutalement. Chante, Ô Flamme de la Liberté est une pure merveille. Un joyau. Il démontre à tous les vieux cons de mon espèce que le metal peut encore sortir des chefs d’œuvre, peut encore surprendre et définitivement emporter l’auditeur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Goodnacht citer
Goodnacht
24/06/2020 22:51
ALBUM DE L'ANNÉE 2020 !!!

Album de black de l'année 2020
Album de metal de l'année 2020
Album tout-court de l'année 2020

C'est pas un groupe de post black qui pourrait faire ça, hum hum..

Une totale et franche réussite, clairement au niveau de Forteresse.
Mais qu'est-ce que c'est bon putain !

Synthèse musicale de tout ce que le (vrai !) black metal peut offrir en nuancier d'émotions.

Le black metal a encore des choses à dire !
(Interdisons donc le post black d'urgence ;-)
Flesh29 citer
Flesh29
22/05/2020 19:14
J'abonde dans le sens de Solarian : très enthousiaste et le chant ne me dérange absolument pas.
J'ai écouté les deux titres disponibles (intro et premier titre) et oui, sacré niveau.
Je n'hésite même pas, ce sera achat direct.
Merci pour la découverte Raziel !
Solarian citer
Solarian
22/05/2020 18:36
Sans aller aussi loin que toi dans les louanges, je suis quand même sacrément emballé, et le chant ne me dérange pas bien au contraire, car il colle selon moi parfaitement à l'esprit du truc. Question BM québécois, la dernière claque que j'ai eu l'occasion de ramasser c'était avec le 1er Cantique Lépreux donc ça fait bien plaisir de retrouver des sensations de cet ordre !
Un projet relativement confidentiel et même pas encore référencé sur MA, donc merci au passage pour la découverte !
Sagamore citer
Sagamore
22/05/2020 10:50
TarGhost a écrit : Un peu moins enthousiaste que toi raziel sur ce coup là. Superbe musique, glaciale et épique à souhait, en effet mais je bloque complètement sur le chant...

Je suis pareil, j'ai du mal avec le chant, mais vu les incroyables qualités de l'album, je ne vais pas avoir trop de mal à passer outre je pense !
Raziel citer
Raziel
21/05/2020 16:11
note: 9.5/10
Ah ben, le chant, il est comme dans Forteresse, habité, hanté, sourd...
ça reste harsh, c'est clair.
TarGhost citer
TarGhost
21/05/2020 16:06
Un peu moins enthousiaste que toi raziel sur ce coup là. Superbe musique, glaciale et épique à souhait, en effet mais je bloque complètement sur le chant...
Sulphur citer
Sulphur
21/05/2020 12:44
note: 9/10
Très curieux de pouvoir écouter cela. Sur le papier, c'est tout ce que j'aime.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Serment
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Serment
Serment
Black Metal - 2020 - Canada
  

nouveaute
A paraître le 24 Juin 2020

tracklist
01.   Ouverture  (01:47)
02.   Sonne, le Glas Funèbre  (07:17)
03.   Par-Delà Collines et Rivières  (08:01)
04.   Flamme Hivernale  (07:53)
05.   Avant que ne Meure la Gloire  (08:59)
06.   Hymne pour la Patrie  (06:47)

Durée : 40:45

line up
  • Moribond / Chant, Guitare, Basse, Batterie

Essayez aussi
Urgehal
Urgehal
Ikonoklast

2009 - Season Of Mist
  
Obsidian Dawn
Obsidian Dawn
Echoes Of A New Dawn (EP)

2019 - Black Gangrene Productions
  
Odraza
Odraza
Esperalem tkane

2014 - Arachnophobia Records
  
Ritual Knife
Ritual Knife
Hate Invocation

2017 - Fallen Empire Records
  
Death Like Mass
Death Like Mass
Kręte Drogi (EP)

2015 - Under The Sign Of Garazel Productions
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique