chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
176 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nekrovault - Totenzug : Festering Peregrination

Chronique

Nekrovault Totenzug : Festering Peregrination
De manière surprenante, le confinement ne m’a pas été synonyme d’écoutes intensives en ce qui me concerne. Pire, il m’est même relativement difficile de reprendre ma routine musicale. Le muscle de l’écoute doit être un peu rouillé … Toujours est-il que quelques albums ont réussi à passer le filtre de mon indolence confinée. Et l’un d’eux, c’est ce Totenzug : Festering Peregrination de Nekrovault, récente signature de l’excellent Ván records.

Nekrovault est un quatuor allemand actif depuis quelques années, qui officie dans le death metal traditionnel soutenu par des ambiances plutôt empruntées au black metal. Absolument mon créneau, donc. La jolie pochette me fait d’ailleurs penser aux australiens de Temple Nightside, dont les allemands sont assez proches au niveau du style, en baissant la brutalité d’un bon cran. Les 43 minutes de l’album ne sont pas franchement marquées par la velléité et la violence, mais plutôt par des mid-tempi imposants et menaçants, qui permettent de faire monter des atmosphère bien évidemment lugubres tout en douceur. On rejoint cette branche du death metal un peu esthétique, qui vise autre chose que le pur cassage de vertèbres. Au rayon des influences, j’entends volontiers des choses inspirées par Grave Miasma, Incantation, voire Profanatia par moments. C’est lourd, étouffant, ça prend à la gorge. On saisit parfois des dissonances tirées du black, des petits accords let-ring de mauvaise augure pour renforcer la couleur sinistre de l’ensemble.

Un des gros points forts de Nekrovault, c’est sa diversité dans le chant. On passe des grognements gutturaux à des choses plus écorchées, plus malsaines et gargouillantes, jusqu’à des cris hystériques et incontrôlés. Sur « Sepulkrator », qui soit dit en passant est une des meilleures pistes de l’album, les vocalises s’éparpillent tout le long du morceau, collant aux ambiances pour les approfondir encore. La reprise du riff principal bien piétinant en fin de piste assorti de hurlements ensorcelés en impose bien comme il faut.

Death metal « esthétique » oblige, on sent que la production a été bien léchée. Les guitares ont un grain bien présent, mais gardent une bonne partie de leur épaisseur enfouie dans une réverbération omniprésente, histoire d’étendre la distorsion dans le lointain. Je reprocherai peut-être un léger manque d’impact dans le rendu sonore, mais l’esprit est définitivement très adapté aux visées manifestes du groupe. D’autant plus qu’il colle aussi bien aux passages les plus rampants qu’aux charges plus franches inspirées d’Entombed, comme sur « Pallid Eyes ». Un sacré atout que ce son taillé sur mesure.

Sur le papier, tout est là. L’ambiance, le son, le label … Le souci, c’est que Nekrovault manque de puissance. Et ce dans tous les domaines. Autant sur ses attaques frontales, rares, que sur ses longues minutes de développement d’ambiance. Quelque chose fait défaut. On fait « ah oui, c’est sinistre », mais on ne fait pas « roh lalah c’est glauque mazette ! ». Et c’est tout le problème. Nekrvault reste un poil scolaire. Je constate sur presque toutes les pistes le développement « accords flippants », puis « petite lead dissonante », passage par le « on défouraille un peu » et on termine sur « lead vicieuse + accords méchants ». Le problème n’est pas en soi la relative répétitivité de la construction, mais plutôt le fait que le groupe n’arrive pas (toujours) à rendre ses atmosphères vraiment prenantes et surtout marquantes. On fait un joli petit tour au pays des morts, mais on en revient avec les pompes impeccables. Alors que chez leurs collègues de Temple Nightside cités précédemment, on s’immerge dans un marécage de cadavres infini, et on lutte à chaque seconde pour réussir à gober un peu d’air corrompu. Nekrovault n’arrive pas à ça. Il s’en approche parfois, comme sur la déjà évoquée « Pallid Eyes », ou sur la très chouette piste finale avec son solo louvoyant et très bien fichu incorporé à une dernière partie presque rock. Mais Globalement, le tout manque de constance et d’intensité. J’ai également envie de dire qu’un supplément de violence ne ferait vraiment pas de mal.

Au fond, Nekrovault tombe un peu dans ce qui est parfois reproché à leur label, à savoir faire du tout joli mais pas forcément du tout bon. Je ne partage qu’assez peu cet avis, mais il faut bien reconnaitre que pour cette fois, la vanne a un peu de vrai. C’est bon, mais pas flamboyant. On verra dans quelques années ce qui tombera de la voûte mortuaire, mais pour l’instant, c’est du « pas mal » qui regarde le « vraiment bon » de pas si loin. La suite au prochain épisode des Contes de la Crypte.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nekrovault
Death metal
2020 - Ván Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Nekrovault
Nekrovault
Death metal - 2017 - Allemagne
  

tracklist
01.   Totenzug - Funereal Hillscapes
02.   Sepulkrator
03.   Psychomanteum - Luminous Flames
04.   Pallid Eyes
05.   Serpentrance
06.   Basilisk Fumes
07.   Eremitorium

Durée : 43 minutes

parution
27 Mars 2020

Essayez aussi
Supreme Pain
Supreme Pain
Cadaver Pleasures

2008 - Comatose Music
  
Liers In Wait
Liers In Wait
Spiritually Uncontrolled Art (EP)

1992 - Dolores Records
  
Depressed
Depressed
Beyond The Putrid Fiction

2019 - Black Lion Records
  
Valgrind
Valgrind
Morning Will Come No More

2012 - Godeater Records
  
Trauma
Trauma
Imperfect Like a God

2004 - Empire Records
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique