chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Laetitia in Holocaust - Fauci Tra Fauci

Chronique

Laetitia in Holocaust Fauci Tra Fauci
"Encore un nom de groupe à la con."

C'est la première chose qui m'est venue en tête lorsque, séduit par la pochette étonnamment classieuse (surtout quand on voit les horreurs qui lui ont précédé), j'ai fini par me pencher sur le cas de Laetitia in Holocaust. Plutôt friand de la scène transalpine en général, je ne connaissais le groupe ni d'Eve, ni d'Adam - alors qu'il fête bientôt ses vingt ans, et que c'est (déjà) son troisième album ! "Fauci Tra Fauci", donc. Sorti chez Third I Rex, l'année dernière... Dans l'indifférence générale. Peu d'échos, peu de papiers écrits à son sujet. En général, ce genre de cas ne peut que supposer l'une de ces deux affirmations : soit l'album est une merde infâme, soit c'est l'un de ces petits bijoux de l'underground, qui ne se dévoilent qu'aux plus téméraires, ceux qui fouillent et remuent la toile à la recherche de la prochaine douceur à se mettre sous la dent.

Le constat est clair, dès les premières notes de "Diva Fortuna" : c'est du second cas de figure dont il est question ici. Le duo formé par N. et S., en charge de la quasi-totalité des instruments, nous délivre, durant près de trois quart-d'heure, un Black Metal aussi classieux que racé. Épaulés par Marcello Malagoli (d'ordinaire batteur de Death option "Technico-pénible") qui nous gratifie de sections rythmiques redoutablement carrées, les deux compères donnent dans le pompier, le flamboyant... Sans oublier d'infuser du spleen, une certaine mélancolie à leurs morceaux. Ce qui fait toute la différence.

Laetitia in Holocaust excelle dans la dualité. Le groupe est aussi compétent quand il s'agit d'aligner des riffs donnant envie de bomber le torse (le superbe "Diva Fortuna") que lorsqu'il faut sortir les mouchoirs, de l'interlude "Exile", auquel on pardonnera volontiers l'accent anglais approximatif du chant vu la qualité de la ligne de piano qui l'accompagne jusqu'à "The Foot That Submits", presque tribal dans ses rythmiques, rabâchant ses lignes de guitares lavasses comme on traîne son cafard le Dimanche soir. Forcément, ce côté chemise noire plus ou moins assumé, ces recettes de lignes de guitare tortueuses, font diablement penser à leurs compères de Spite Extreme Wing - ce qui est un sacré gage de qualité, le groupe d'Azoth et Argento étant parmi ce qu'il a pu arriver de mieux à la scène Italienne. Pour autant, Laetitia in Holocaust possède immanquablement sa petite patte, sa personnalité, qu'on la décèle dans cette basse fretless chirurgicale dans ses interventions (le motif central de "Through the Eyes of Argo", saisissant), ou parmi ces grandes envolées déchirantes ("In Cruelty and Joy"), qui font immanquablement revenir au disque.

Malgré quelques petits ventres mous disséminés çà et là (des transitions pas toujours très heureuses, notamment sur "The Elders Know"), "Fauci Tra Fauci" se savoure. Technique, très technique,sans jamais sombrer dans la démonstration gratuite, jonglant sans cesse entre la pure puissance et les parties plus grisâtres, il fait partie de ces excellentes surprises qui prennent de court, ces petites pépites qui n'attendaient que d'être dénichées. Sacrément savoureux !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sulphur citer
Sulphur
26/05/2020 09:02
C'est sympa, avec une petite saveur qui nous ramène aux années 90, Dissection ou Abigor en tête. Merci pour la découverte également. Par contre, ça riff peut-être un peu trop pour que je ne finisse pas par m'en lasser.
Fabulon citer
Fabulon
25/05/2020 20:05
C'est effectivement super bon ça ! Belle découverte, merci !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Laetitia in Holocaust
Black Metal
2019 - Third I Rex
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.67/10

plus d'infos sur
Laetitia in Holocaust
Laetitia in Holocaust
Black Metal - 2001 - Italie
  

tracklist
01.   Diva Fortuna  (05:57)
02.   Through the Eyes of Argo  (06:21)
03.   In Cruelty and Joy  (05:54)
04.   Exile  (04:11)
05.   The Elders Know  (04:09)
06.   The Foot That Submits  (05:36)
07.   Gods of the Swarm  (09:27)

Durée : 41:35

parution
31 Mars 2019

Essayez aussi
Archgoat
Archgoat
The Light-Devouring Darkness

2009 - Moribund Records
  
Craft
Craft
Fuck The Universe

2005 - Carnal Records
  
Kawir
Kawir
Exilasmos
(Εξιλασμός)

2017 - Iron Bonehead Productions
  
Urgehal
Urgehal
Ikonoklast

2009 - Season Of Mist
  
Gardsghastr
Gardsghastr
Slit Throat Requiem

2019 - Profound Lore Records
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique