chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
137 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Violence Gratuite - EPonyme

Chronique

Violence Gratuite EPonyme (EP)
Violence Gratuite. Avec un nom pareil, pas de surprise, on n’est pas sur le haut du panier. Rajoute à cela le fait qu’ils soient lyonnais et que les membres du groupe crowdkillent eux-mêmes leur public, et le niveau de cassosserie est posé. Maintenant que c’est dit, qu’on est là, en famille, on peut commencer à discuter un peu plus sérieusement. Les quatre lyonnais n’en sont qu’à leur deuxième EP en deux ans, ce qui ne les place clairement pas dans le peloton de tête en termes de productivité. Deux ans après Symptômes, plutôt convaincant, qu’est-ce qu’ils nous proposent ? L’attente en valait-elle la peine ?

Le quatuor s’annonce comme un groupe beatdown, metal et hardcore. Au vu de la pochette (Saturne dévorant un de ses fils de Francisco de Goya), les ponts avec le metal paraissent évidents, cette tendance à utiliser des tableaux étant bien moins fréquente au sein de la scène hardcore. En l’occurrence, l’œuvre choisie colle parfaitement et ne ment pas sur le contenu. Le regard semi-hystérique, semi-affligé de Saturne est en parfait accord avec le contenu lyrical et les thèmes abordés : un mélange entre une attitude beatdown classique (très street, agressive et provocatrice) et un message beaucoup plus personnel, torturé et profond. Musicalement, on s’y retrouve aussi car contrairement à ce à quoi on pouvait s’attendre, les influences sont variées, très variées même. Alors bien sûr, difficile de perdre de vue Malevolence et Nasty à l’écoute de cette galette, que ce soit pour le côté beatdown, les riffs thrash ou encore certains phrasés très hip-hop. Pour autant, une très grosse composante slam est à noter et, plus surprenant encore, l’interlude et le titre No Love rappellent un sludge très Crowbar dans l’esprit. Enfin, cerise sur le gâteau, des relents black metal se font ressentir sur certaines parties, notamment dans Learn to Lose ou encore Vague à l’âme. Si l’on pourrait craindre que le tout donne un gloubiboulga indigeste et chaotique, que nenni ! Le groupe réussit avec brio à mélanger tout ça sans tomber dans la copie, l’ersatz.

Si le mélange des genres est heureux, le mélange des langues, quant à lui, est discutable. Certaines bonnes idées parsèment l’album (la répétition d’une phrase d’accroche en anglais dans un titre puis la même en français dans le suivant) mais le fait de changer de langue n’apporte rien de substantiel. Pire encore, la langue de Shakespeare est massacrée. Au même titre, je trouve que certaines parties rap sont un peu hasardeuses voire clichées. Est-il vraiment nécessaire de singer des gimmicks déjà poncés dans leur style originel ? Non pas que je doute de la sincérité du combo mais quand on voit l’évolution dont ils ont été capables musicalement comme dans les paroles entre leur deux premiers efforts, la question de ces attaches se pose sérieusement. Enfin, dans la première partie, je parlais de cerise sur le gâteau, ici, je choisis de ne pas aborder la question des klaxons de forain au milieu de certains titres. Moins drôle que de citer M. Garisson, plus cliché encore. C’est très certainement assumé et revendiqué mais ça fera lever le sourcil à plus d’un auditeur.

Violence Gratuite est un groupe qui porte franchement mal son nom car si la violence est au rendez-vous et qu’elle a pu être gratuite sur le premier EP, ici, la marge de progression les propulse dans quelque chose de beaucoup plus complexe que ce qui est annoncé. Habile stratégie que d’inviter le public à un défouloir bête et méchant pour finalement en appeler à ses tripes autant qu’à son cerveau. Qui aurait pu imaginer un gros balourd de 120kg avec des écarteurs de 51mm en plein moulinet se dire « putain mais c’est bien branlé ce truc en fait » ? Défi relevé !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Violence Gratuite
Hardcore Beatdown
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Violence Gratuite
Violence Gratuite
Hardcore Beatdown - 2017 - France
  

vidéos
Vigipirate
Vigipirate
Violence Gratuite

Extrait de "EPonyme"
  

tracklist
Faux semblant(s)

Psychose

Learn to lose

Interlude

No love

Vague à l'âme

Vigipirate

Durée : 20'28

line up
Essayez aussi
Silverhammer
Silverhammer
Epoca De Sufrimiento (EP)

2011 - Fight for the Cause Records
  
Xibalba
Xibalba
Madre Mia Gracias Por Los Dias

2011 - Southern Lord Recordings
  
Xibalba
Xibalba
Hasta La Muerte

2012 - Southern Lord Recordings
  
Parjure
Parjure
Who I Am

2018 - Autoproduction
  
Incendiary / Xibalba
Incendiary / Xibalba
Split 7'' (Split 7")

2012 - Closed Casket Activities
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique