chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
80 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

October Falls - A Fall of an Epoch

Chronique

October Falls A Fall of an Epoch
Ah, si j’avais été en France… Mais je suis au Japon. Depuis 2001 j’y vis, éloigné donc de mon pays natal. Et en 2020, comme donc depuis une vingtaine d’années, c’est au pays de Toyota et de Nintendo que j’ai été confronté au COVID-19 et à une période particulièrement ubuesque. Sauf que voilà, le Japon est un pays à part, un peu magique comme dans un dessin animé, et il n’y a donc pas eu de confinement. Certes, nous avons eu l’état d’urgence qui demandait de limiter les déplacements inutiles, mais nous pouvions tout à fait sortir de notre caverne à notre guise. Du coup je n’ai pas vécu le confinement comme le rest du monde. Et si cela avait été le cas, j’aurais moi aussi tourné en rond avec dans les oreilles de la musique du matin au soir, et du soir au matin. Et la musique que j’aurais alors écouté à ce moment-là serait restée par la suite la bande son de cette période, la musique qui m’aurait rappelé le confinement même des années plus tard. Je me serais dit en 2030 : « Ah oui, j’écoutais ça pendant le premier confinement ! » (Oui, j’anticipe ceux qui pourraient arriver les années à venir !!!). Et cette musique qui m’aurait accompagné, cela aurait le nouvel album d’OCTOBER FALLS. Pas uniquement pour le moment d’écoute, mais parce qu’il a les qualités requises pour revenir encore et encore dans la platine, à s’installer dans nos oreilles puis dans notre vie ! Et surtout parce qu’il peut se transformer en bouée, en clé, en lumière, en tout ce qui peut vous aider dans les moments compliqués.

OCTOBER FALLS, c’est un groupe finlandais que j’ai adulé le temps de deux sorties : The Womb of Primordial Nature en 2008 et A Collapse of Faith en 2010. Ils m’ont accompagné longtemps encore après leur sortie, et font partie des albums que je réécoute avec le même plaisir. Mais malheureusement, c’est le suivant que j’ai chroniqué sur Thrashocore en 2013 : The Plague of a Coming Age. Et il m’avait froissé. Il m’avait agacé. Nos musiciens voulaient évoluer en mettant, ou remettant, des éléments trop doux à leur musique. Eux qui avaient toujours été fans d’OPETH et de KATATONIA semblaient vouloir s’en approcher, et glissait une sensibilité différente de cele qu’on leur connaissait. Ils avaient alors fait appel aux services vocaux de Tomi Joutsen, chanteur d’AMORPHIS, qui le temps de deux pistes (sur neuf) mettait de la clarté dégueulasse dans les compositions. La voix de notre homme, qui convient pour son propre groupe, ne faisait ici que polluer les atmosphères d’OCTOBER FALLS, brisant l’équilibre fragile des anciens enregistrements. Ces morceaux s’effondraient dans une douceur mièvre, gênante, irritante. Joutsen était tout ce que je gardais en mémoire de l’album. Il n’était pourtant pas le seul élément à trop s’allonger dans la faiblesse et la légèreté : le visuel rêveur et enchanté avait un goût nunuche, et la durée plus courte que d’habitude des morceaux trahissaient aussi une envie de changement, de ne plus développer de la même manière une composition. La moyenne d’un titre était alors aux alentours de 5 minutes 30.

Sept années ont passé après ma déception, et le groupe revient. Je n’en attendais plus rien, m’étant fait une raison sur l’évolution, et pensant que l’âge avait donné d’autres envies aux Finlandais. Belle surprise donc ! Il a effectué un réel retour en arrière. Visuellement d’abord ! J’avais trouvé très mauvais le dessin de la pochette précédente. Là, je retrouve une image inquiétante, mature, classe même. Ensuite, le nombre de pistes aussi s’est rapprochée du raisonnable : 5 morceaux. Mais d’une durée là aussi idéale puisque toutes dépassent les 8 minutes. C’est nécessaire pour OCTOBER FALLS ! Finalement l’album atteint 47 minutes. Ni trop, ni pas assez. Et donc, le principal, la musique, est elle aussi revenue à ce qu’on aimait ! Des morceaux qui sentent la nostalgie, la mélancolie, mais sans tomber dans le fragile ! Et avec au contraire des ambiances majestueuses qui transportent ! L’agressivité domine, tout en laissant apparaître les rais de lumière parfaits. La guitare acoustique est au rendez-vous dès l’introduction, et c’est vrai que ce groupe en abuse, mais c’est sans arriver à la crise foie. Elle est employée quand il faut, où il faut. Du coup, c’est vrai, il n’y a pas de surprise. Du coup, c’est vrai, on se retrouve avec un résultat extrêmement proche des albums de 2008 et 2010. « Rôlala, rien de neuuuuuuf ». Eh bien ferme ta gueule, parce que cette formation n’en a pas besoin. On la savoure ainsi, avec ses qualités de base, toujours aussi efficace en 2020 ! Et chaque piste est un délice. Les 5. Sans exception. Même schéma à chaque fois, même baffe. Une introduction bien longue pour chaque morceau, qui pose l’ambiance, puis l’apparition des vocaux au bout de 2 à 3 minutes, des riffs clairs qui transportent, et donc la guitare acoustique à un moment ou l’autre. Ça suffit, pas besoin des artifices agaçants de l’opus précédent !

Très, très satisfait du résultat !!! J'aurais presque aimé être confiné pour rester avec lui constamment et qu'il devienne donc ce partenaire dont je me serai souvenu à l'avenir en me remémorant l'époque de sa sortie...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

TarGhost citer
TarGhost
29/05/2020 23:08
Parfaitement résumé. J'adoooore ce nouvel album du trio finlandais !
von_yaourt citer
von_yaourt
29/05/2020 19:22
Très cool mais un peu trop conservateur, cet album. J'attends toujours de October Falls d'innover comme Bergtatt en son temps, mais je me contente volontiers d'un album sans surprise et sans véritable brillance.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
October Falls
Black Metal Atmosphérique
2020 - Purity Through Fire
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  8.3/10

plus d'infos sur
October Falls
October Falls
Black Metal Atmosphérique - 2001 - Finlande
  

tracklist
01.   A Fall of an Epoch
02.   The Endtimes Rising
03.   The Ruins of What Once Was
04.   Hammering the Tide
05.   The Flood of Drought

Durée : 47:18

parution
30 Mai 2020

voir aussi
October Falls
October Falls
The Plague of a Coming Age

2013 - Debemur Morti Productions
  
October Falls
October Falls
The Womb Of Primordial Nature

2008 - Debemur Morti Productions
  

Essayez aussi
Borgne
Borgne
Royaume des Ombres

2012 - Sepulchral Productions
  
Neokhrome
Neokhrome
Perihelion

2012 - Autoproduction
  
Blurr Thrower
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)

2019 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Urfaust
Urfaust
Die erste Levitation (Single)

2013 - Ván Records
  
Earth and Pillars
Earth and Pillars
Earth I

2014 - Avantgarde Music
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique